Ressources naturelles de l’Alberta

L’Alberta compte parmi ses ressources naturelles des montagnes, des lacs et des cours d’eau, des combustibles fossiles, des forêts et des terres agricoles.

L’Alberta compte parmi ses ressources naturelles des montagnes, des lacs et des cours d’eau, des combustibles fossiles, des forêts et des terres agricoles.


Lac morainique dans le parc national Banff (2012)

L’Alberta se divise en deux grandes zones géologiques : les montagnes Rocheuses et le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien. Les Rocheuses (à l’ouest) se prêtent aux loisirs de plein air et au tourisme écologique. Leurs splendides paysages de montagnes et de lacs et leurs nombreux cours d’eau attirent les amateurs de pêche, de canot, de kayak et de camping. Protégées dans les parcs nationaux de Jasper et de Banff, les ressources naturelles de cette région procurent à la fois les bienfaits de la nature et les revenus du tourisme.

Le bassin sédimentaire de l’Ouest, qui couvre la plus grande partie de la province, recèle d’importants gisements de charbon, de pétrole et de gaz naturel. Des sociétés du secteur énergétique ont entrepris l’exploitation à grande échelle des sables bitumineux du nord de l’Alberta. Elles extraient le bitume par pelletage et forage, et le pétrole et le gaz de schiste par fracturation hydraulique (Voir aussi Exploration et production du pétrole.) Ces combustibles fossiles sont transportés par pipeline, par chemin de fer, par bateau et par camion. Les sables bitumineux sont une grande source de richesse pour les économies canadienne et albertaine.

Edward Burtynsky, Alberta Oil Sands #10 (Sables pétrolifères de l’Alberta no. 10), Fort McMurray, Alberta (2007)

Bien des gens s’inquiètent des effets néfastes que l’extraction de combustibles fossiles des sables bitumineux de l’Alberta pourrait avoir sur la santé et l’environnement, dont la contamination de l’eau, la pollution et l’émission de gaz à effet de serre. Une étude réalisée en 2014 reliait cette activité aux taux plus élevés de cancer enregistrés chez les Premières Nations établies à proximité, les Chipewyans d’Athabasca et les Cris de Mikisew. L’infrastructure pétrolière et gazière aussi menace la flore et la faune dont s’alimentent les communautés autochtones.

En 2016, l’Alberta se classait au troisième rang des provinces quant au volume de bois d’œuvre récolté (derrière la Colombie-Britannique et le Québec). De vastes étendues de terres arables de bonne qualité couvrent la moitié méridionale de la province, mais la sécheresse met un frein à l’agriculture dans le sud-ouest.


//