Chronologie

Pensionnats

Les pensionnats indiens ont été créés par les églises chrétiennes et le gouvernement fédéral pour assimiler les enfants autochtones à la société euro-canadienne.

janvier 01, 1620

Histoire 

Création d’écoles de missionnaires pour les enfants autochtones

Pendant plus de deux cents ans, du début des années1600 aux années1800, des ordres religieux gèrent des écoles de missionnaires pour les enfants autochtones, soit les précurseures des pensionnats indiens du gouvernement du Canada.

janvier 01, 1831

Institut mohawk

Histoire 

Arrivée des premiers pensionnaires au Mohawk Institute

Géré par l’Église anglicane, le Mohawk Institute de Brantford, dans le Haut-Canada (Ontario), devient la première école du système de pensionnats indiens du Canada. N’accueillant au départ que des garçons, il ouvre ses portes aux filles en 1834.

mars 20, 1845

Histoire 

Présentation du rapport Bagot

Le rapport de la commission Bagot (1842-1844) est présenté à l’Assemblée législative. Il suggère que la meilleure manière d’assimiler les enfants autochtones à la culture euro-canadienne est de les séparer de leurs parents. Il recommande également que le Mohawk Institute serve de modèle pour d’autres écoles industrielles.

janvier 01, 1847

Histoire 

Publication du rapport sur l’éducation d’Egerton Ryerson

Egerton Ryerson publie son rapport sur le système public d’éducation primaire dans le Haut-Canada. Il y décrit un système d’éducation basé sur la foi chrétienne, l’accès universel et le soutien gouvernemental. Il recommande également que les élèves autochtones continuent à être instruits dans des pensionnats distincts, dans un milieu agricole, avec une éducation religieuse en anglais. Il suggère que ces institutions soient appelées «écoles industrielles».

juin 10, 1857

Histoire 

L’Acte pour encourager la civilisation graduelle

L’Acte pour encourager la civilisation graduelle exige des Indiens inscrits et des Métis de sexe masculin ayant plus de 21 ans de lire, d’écrire et de parler l’anglais ou le français et de choisir un nom de famille approuvé par le gouvernement. En vertu de l’Acte, tout homme autochtone « suffisamment avancé » reçoit 200 000 m2 (50 acres) de terre et, en contrepartie, perd son appartenance tribale ou ses droits issus de traités.

octobre 06, 1860

Histoire 

Ouverture du pensionnat indien de l’Île-à-la-Crosse

Les Sœurs grises prennent possession du Couvent Saint-Bruno. En 1897, sous le nom de l’Île-à-la-Crosse, l’école est reconnue officiellement comme pensionnat et accueille principalement des élèves métis.

mars 29, 1867

Histoire 

Prise en charge du fédéral

En vertu de la Loi constitutionnelle (Acte de l’Amérique du Nord britannique), le gouvernement fédéral devient responsable des Premières Nations et de leurs terres de réserve. Cette prise en charge s’étend plus tard à l’éducation des Indiens inscrits.

avril 12, 1876

Histoire 

Adoption de la Loi sur les Indiens

La Loi sur les Indiens est adoptée. Elle vise à éradiquer la culture des Premières Nations et à assimiler les Autochtones à la société euro-canadienne.

mars 14, 1879

Histoire 

Soumission du rapport de Nicholas Flood Davin au gouvernement canadien

Le gouvernement canadien charge Nicholas Flood Davin d’enquêter sur les écoles industrielles pour les enfants autochtones aux États-Unis et de formuler des recommandations pour des écoles similaires au Canada. En 1879, Davin soumet au gouvernement le Rapport sur les écoles industrielles pour les Indiens et les Sangs mêlés, aussi connu sous le nom de rapport Davin.

juillet 01, 1883

Histoire 

Autorisation de la création de pensionnats indiens

Selon les recommandations du rapport Davin, sirJohnA.Macdonald autorise la création du système de pensionnats indiens, conçu pour isoler les enfants autochtones de leurs familles et de couper tous les liens avec leur culture.

avril 19, 1884

Histoire 

Création des pensionnats indiens

Des modifications à la Loi sur les Indiens de 1876 permettent la création de pensionnats indiens, financés et gérés par le gouvernement du Canada et les églises catholique romaine, anglicane, méthodiste, presbytérienne et unie. Le gouvernement interdit également les cérémonies autochtones traditionnelles, y compris les potlatchs, les pow-wow et les danses du soleil.

janvier 01, 1888

Histoire 

Ouverture du pensionnat de Gordon

Le pensionnat de Gordon, géré par l’Église anglicane depuis 1876, ouvre ses portes aux pensionnaires en 1888.

janvier 01, 1896

Histoire 

Pensionnats

Quarante-cinq pensionnats indiens existent à travers le pays. Chaque pensionnat reçoit une allocation par enfant, ce qui mène au surpeuplement et une augmentation des maladies à l’intérieur des établissements.

novembre 15, 1907

Histoire 

Constat de problèmes de santé dans les pensionnats indiens

Après avoir visité 35pensionnats indiens, le docteur Peter Henderson Bryce, médecin-chef du ministère des Affaires intérieures et indiennes (1904-1921), annonce un taux de mortalité alarmant chez les enfants autochtones: 25% lorsqu’ils fréquentent l’école et 69% après leur départ.

avril 01, 1920

Histoire 

Pensionnats indiens devient obligatoire

Le surintendant général adjoint des Affaires indiennes, Duncan Campbell Scott, rend la fréquentation des pensionnats indiens obligatoire pour tous les enfants des Premières Nations âgés de 7 à 16ans. Cette règle s’applique également de manière irrégulière aux enfants métis et inuits.

janvier 01, 1922

Histoire 

Publication de L’histoire d’un crime national

Le docteur Peter Henderson Bryce publie The Story of a National Crime, où il critique le gouvernement canadien pour avoir dissimulé des renseignements sur la santé des peuples autochtones. Il affirme que Duncan Campbell Scott et le ministère des Affaires indiennes ont négligé les besoins sanitaires des Autochtones et dénonce une « négligence criminelle quant aux promesses des traités ».

janvier 01, 1930

Histoire 

Expansion du réseau de pensionnats indiens

Un nombre record de pensionnats est atteint: plus de 80écoles en activité au Canada accueillent plus de 17000élèves.

janvier 01, 1934

Histoire 

Lancement de la recherche sur l’éducation inuite par le gouvernement fédéral

Pour la première fois, le gouvernement canadien mène des recherches sur l’éducation inuite. J.LorneTurner, de la direction des Terres, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon du ministère de l’Intérieur, incite fortement le gouvernement à offrir une éducation formelle aux enfants inuits.

février 15, 1936

Histoire 

Publication du rapport de la Commission royale responsable de l’enquête sur les conditions des populations métisses en Alberta

En décembre1934, le gouvernement de l’Alberta charge Albert Freeman Ewing de rédiger un rapport sur les conditions de vie des Métis. Le rapport indique que 80% des enfants métis de l’Alberta ne reçoivent aucune éducation et suggère de créer des écoles pour eux.

janvier 01, 1948

Histoire 

Destruction du pensionnat indien Thunderchild

Une enquête pour incendie criminel est menée sur quatre élèves. D’autres enfants se seraient réjouis en regardant l’école brûler. L’incident est l’un de plusieurs douzaines d’incendies déclenchés par des élèves comme forme de résistance dans les pensionnats indiens partout au pays.

septembre 04, 1951

Histoire 

Rafle des années soixante

La « rafle des années soixante » débute après la modification de la Loi sur les Indiens, qui donne désormais aux provinces l’autorité sur le bien-être des enfants dans les réserves. Au cours des décennies suivantes, plus de 20000 enfants des Premières Nations et des communautés métisses et inuites sont « raflés » et sont adoptés par des familles principalement non autochtones, causant chez un grand nombre d’enfants la perte de leur identité culturelle.

janvier 01, 1955

Histoire 

Expansion du système de pensionnats indiens jusqu’au nord du Canada

Le gouvernement fédéral prend en charge la gestion de plusieurs pensionnats indiens du nord gérés par l’Église. Au fil des décennies qui suivent, six écoles sont ouvertes dans l’Arctique de l’Ouest.

septembre 01, 1959

Histoire 

Ouverture de deux pensionnats indiens à Inuvik, aux T.N.O.

Grollier Hall et Stringer Hall ouvrent leurs portes à Inuvik et accueillent 500 élèves, dont la majorité sont des jeunes Inuvialuits arrachés à leur famille.

janvier 01, 1960

Histoire 

La rafle des années 60

Alors que les pensionnats indiens ferment, des milliers d’enfants autochtones sont retirés de leurs familles par des travailleurs sociaux des gouvernements fédéraux et provinciaux et sont placés dans des familles d’accueil. Ces maisons sont souvent non autochtones. Certains enfants sont même envoyés à l’extérieur du Canada.

octobre 23, 1966

Histoire 

Décès de Chanie Wenjack

Chanie Wenjack, un garçon de 12 ans, meurt après s’être enfui du pensionnat Cecilia Jeffrey, près de Shoal Lake, en Ontario.

novembre 17, 1966

Chanie Wenjack

Histoire 

Enquête du coroner sur le décès de Chanie Wenjack

Une enquête sur le décès de Chanie Wenjack est menée. Le jury, entièrement composé de Blancs, déclare que les pensionnats indiens causent d’énormes problèmes émotionnels et psychologiques. Il recommande qu’une étude soit réalisée quant à l’éducation indienne et à la philosophie actuelles, afin de déterminer si l’on fait « la bonne chose ».

janvier 01, 1969

Pensionnat White Eagle

Histoire 

Transfert au gouvernement de l’autorité sur les pensionnats indiens

Le gouvernement canadien prend le relais des églises et prend en charge la responsabilité des pensionnats indiens encore en activité.

juillet 24, 1976

Histoire 

Fermeture du pensionnat indien de l’Île-à-la-Crosse

Après des incendies en 1964 et en 1972, le pensionnat indien de l’Île-à-la-Crosse ferme définitivement ses portes en 1976. Il est remplacé par de nouvelles écoles, gérées localement: les écoles primaire et secondaire du Rossignol.

janvier 01, 1979

Histoire 

Poursuite des activités de 28 pensionnats indiens

Des milliers d’élèves autochtones fréquentent les 28pensionnats encore en activité au Canada.

octobre 30, 1990

Phil Fontaine

Histoire 

Témoignage de Phil Fontaine sur la maltraitance dans les pensionnats indiens

Phil Fontaine, président de l’Assemblée des chefs du Manitoba, fait part publiquement de la maltraitance dont il a été victime au pensionnat indien de Fort Alexander. Il demande alors une enquête publique sur les pensionnats, que le gouvernement fédéral entreprend en 1991.

août 26, 1991

Histoire 

Début de la Commission royale sur les peuples autochtones

À la suite de la Crise d’Oka, le premier ministre, Brian Mulroney, lance la Commission royale sur les peuples autochtones, qui a comme mandat d’étudier l’évolution des relations entre les peuples autochtones, le gouvernement du Canada et la société canadienne dans son ensemble.

janvier 01, 1996

Histoire 

Fermeture du dernier pensionnat indien géré par le gouvernement fédéral

Le dernier établissement géré par le gouvernement fédéral, le pensionnat de Gordon, à Punnichy en Saskatchewan, ferme ses portes.

novembre 21, 1996

Histoire 

Publication du rapport final de la Commission royale sur les peuples autochtones

Le rapport final de la Commission royale sur les peuples autochtones recommande une enquête publique sur les effets des pensionnats indiens, notamment sur les pertes linguistiques et les traumatismes. Le rapport de 4000pages, publié en cinq volumes, comprend 440recommandations pour améliorer les relations entre les peuples autochtones, les peuples non autochtones et tous les paliers de gouvernement du Canada.

juillet 01, 1997

Histoire 

Fermeture de Grollier Hall

En 1987, l’Église catholique romaine décide de ne pas renouveler son contrat en raison de manque de « personnel religieux ». Le taux de fréquentation continue alors de décroître au fil des années1990, jusqu’à ce que l’école soit transférée au Aurora College à l’été 1997, marquant ainsi la fin du réseau de pensionnats indiens dans le Nord.

septembre 01, 2007

Réconciliation  

Entrée en vigueur de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens

La Convention de règlement relative aux pensionnats indiens offre une compensation aux survivants, notamment le Paiement d’expérience commune, basé sur le nombre d’années passées dans un pensionnat. Les allégations d’abus sexuels et de maltraitance physique sont étudiées par une instance indépendante. La Convention, qui se concentre sur le financement et le soutien des services de santé et de guérison, mène également à la création d’un fonds pour la Commission de vérité et de réconciliation (CVR).

juin 01, 2008

Réconciliation  

Création de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada

Le gouvernement canadien autorise la Commission de vérité et de réconciliation du Canada à consigner les témoignages des survivants, des familles et des communautés et à informer toute la population canadienne des événements s’étant déroulés dans les pensionnats indiens. La Commission est financée par la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens.

juin 11, 2008

Réconciliation  

Présentation d’excuses officielles aux anciens élèves de pensionnats indiens

Le premier ministre Stephen Harper, au nom du gouvernement du Canada, présente des excuses officielles dans la Chambre des communes aux anciens élèves, à leurs familles et aux communautés pour le rôle qu’a joué le Canada dans le réseau des pensionnats indiens. Au cours des années suivantes, les provinces et les territoires présentent eux aussi leurs excuses.

juin 16, 2010

Réconciliation  

Déroulement du premier événement national pour la vérité et la réconciliation

La Commission de vérité et de réconciliation du Canada organise son premier événement national à Winnipeg, au Manitoba. Celui-ci traite de l’histoire du système de pensionnats indiens, de l’expérience des anciens élèves et de leurs familles ainsi que des effets qu’ont eus de tels établissements sur les peuples autochtones au Canada. Au cours des cinq années suivantes, six autres événements sont organisés dans des villes partout au pays. Une cérémonie de clôture nationale a lieu à Ottawa.

mars 27, 2014

Réconciliation  

Déroulement du dernier événement national pour la vérité et la réconciliation

Le septième et dernier événement national de la Commission de vérité et de réconciliation (CVR) du Canada se déroule sur trois jours à Edmonton, en Alberta, et invite les personnes, les familles et les communautés à partager leurs expériences par rapport aux pensionnats indiens.

mai 26, 2014

Réconciliation  

Inauguration d’un monument à Winnipeg

Un monument pour honorer les survivants des pensionnats indiens est inauguré dans le Jardin de la paix près du Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg, au Manitoba.

juin 02, 2015

Réconciliation  

Publication du rapport sommaire de la Commission de vérité et de réconciliation

La Commission de vérité et de réconciliation publie un résumé de son rapport final sur le système de pensionnats indiens et les expériences des survivants. La façon dont le Canada a traité les peuples autochtones y est qualifiée de «génocide culturel». Le rapport comprend 94appels à l’action visant à « remédier aux séquelles laissées par les pensionnats et à faire avancer le processus de réconciliation ».

novembre 03, 2015

Réconciliation  

Ouverture du Centre national pour la vérité et la réconciliation à Winnipeg

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation, où sont archivés les contenus, les documents et les témoignages sur les pensionnats indiens recueillis pendant la Commission de vérité et de réconciliation, ouvre ses portes à l’Université du Manitoba, à Winnipeg.

décembre 15, 2015

Réconciliation  

Publication du rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation

La Commission de vérité et de réconciliation publie son rapport final: Honorer la vérité, réconcilier pour l’avenir. Le premier ministre Justin Trudeau, qui assiste à la cérémonie de publication du rapport, s’engage à ce que son gouvernement mette en œuvre les 94 recommandations énoncées dans le sommaire de juin 2015.

mai 30, 2016

Kathleen Wynne

Réconciliation  

Présentation des excuses de la première ministre Wynne

À la suite des recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, présente des excuses officielles au nom du gouvernement provincial pour la maltraitance infligée aux peuples autochtones dans le réseau de pensionnats indiens et pour les politiques et les pratiques opprimantes des gouvernements ontariens précédents. La province annonce alors un investissement de 250 millions de dollars, échelonné sur trois ans, pour financer plusieurs initiatives de réconciliation.

octobre 06, 2017

Réconciliation  

Règlement pour les survivants de la rafle des années soixante

Le gouvernement fédéral annonce un règlement de 800 millions de dollars pour les survivants de la rafle des années soixante.

novembre 24, 2017

Réconciliation  

Présentation des excuses de Justin Trudeau aux pensionnaires de Terre-Neuve-et-Labrador

Le premier ministre Justin Trudeau présente ses excuses aux survivants des pensionnats indiens de Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont été exclus des excuses de 2008 de Stephen Harper : les pensionnats indiens de la province n’étaient pas gérés par le gouvernement fédéral et ont été créés avant que Terre-Neuve ne se joigne à la Confédération en 1949. Le survivant Toby Obed, qui a joué un rôle clé dans le recours collectif contre le gouvernement fédéral, accepte les excuses de Justin Trudeau au nom de sa communauté. Cependant, le grand chef de l’Innu Nation, Gregory Rich, les refuse au nom de l’Innu Nation, affirmant qu’elles ne sont pas suffisamment larges.

juin 03, 2019

Réconciliation  

Publication du rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées révèle que des violations continuelles et intentionnelles des droits de la personne sont à l’origine des taux ahurissants de violence contre les femmes, les filles et les personnes LGBTQ2S des communautés autochtones au Canada. Le rapport contient 231 appels à la justice adressés aux gouvernements, aux forces de police et aux institutions du pays.