Tupiq

Historiquement, les Inuits utilisaient une simple tente, appelée tupiq (au pluriel tupiit), lorsqu’ils voyageaient ou chassaient durant les mois d’été. De nos jours, le tupiq traditionnel est rarement utilisé (parce que des variations modernes l’ont largement remplacé), mais les Aînés et les communautés inuites s’efforcent de préserver le tupiq et d’autres traditions. (Voir aussi Histoire de l’architecture des Autochtones au Canada.)



Une famille inuite devant un tupiq, 1915.

Qu’est-ce qu’un tupiq ?

Alors que les igloos offrent un abri aux familles et aux chasseurs inuits durant l’hiver, le tupiq fournit aux Inuits une habitation d’été. Les étés chauds sont une période active pour la chasse et la pêche, ce qui fait que la communauté est mobile. La portabilité des tentes permet aux chasseurs de suivre leur proie. Le tupiq est la parfaite structure portable pour ces activités.

Au fil du temps, le tupiq traditionnel s’efface progressivement de l’usage courant alors que les Européens présentent différentes versions de tentes ainsi que des structures d’habitation plus permanentes.

De quoi est fait le tupiq ?

Les couvertures de la tente sont cousues de peaux de phoques, de caribous et d’autres animaux. Les peaux sont soutenues par des poteaux, qui sont souvent faits d’os de baleine. Les bords du tupiq sont alourdis par des roches. Les foyers, utilisés pour cuisiner et pour se réchauffer, sont situés à l’extérieur. (Voir aussi Nourriture traditionnelle au Canada.)

Le saviez-vous ?

En 2009, l’artiste Inuk Shuvinai Ashoona présente le tupiq dans une œuvre d’art contemporaine intitulée Aujaqsiut Tupiq. (Voir aussi Art inuit et Art inuit contemporain.)


Variations de la forme

Les Inuits du long de la côte du Labrador, ainsi que certains groupes centraux, construisent des tentes qui comportent une partie arrière connectée en forme de dôme et une entrée de forme triangulaire. La disposition de l’entrée et de l’espace de vie circulaire est semblable au modèle de l’igloo.

La forme du tupiq varie selon les groupes. Le tupiq des Inuits Iglulik est une structure simple, assez semblable à la minitente d’aujourd’hui (une minitente est petite et triangulaire, et ne peut accueillir généralement qu’une ou deux personnes). Le tupiq des Inuits de l’archipel de Belcher, dans la baie d’Hudson, est en forme de cône et a un trou de fumée central, semblable au tipi utilisé traditionnellement par les Peuples autochtones des Plaines au Canada.

Importance moderne

Le tupiq est une structure traditionnelle, mais il revêt une importance culturelle pour les Inuits de nos jours. Les formes de construction autochtones comme le tupiq font partie de systèmes de connaissances traditionnels. Bien que le tupiq traditionnel soit rarement utilisé (parce que les variations modernes l’ont largement remplacé), certains Aînés Inuits travaillent à préserver les traditions de fabrication du tupiq. En 2017, des couturières de Pond Inlet, au Nunavut, ont préparé des peaux de phoques afin de les utiliser pour la reproduction d’un tupiq traditionnel.


Collection Inuit

Guide pédagogique perspectives autochtones

Lecture supplémentaire

  • Société géographique royale du Canada, Atlas des peuples autochtones du Canada (2018)

Liens externes

  • Aujaqsiut Tupiq : examinez de plus près l’œuvre d’art de 2009 de Shuvinai Ashoona, sur le site InuitSculptures.com (en anglais seulement)