Ressources naturelles du Québec

Les ressources naturelles du Québec comprennent la forêt, l’hydroélectricité, les minéraux, les terres agricoles, les cours d’eau et les lacs, l’énergie éolienne, les pêcheries et la faune.



Centrale hydroélectrique La Grande-1

La centrale hydroélectrique La Grande1 (LG‑1) fait partie du Projet de la baie James.

Le Québec repose en majeure partie sur le Bouclier canadien, qui regorge de ressources renouvelables, dont les forêts, la faune et les pêcheries. Les rivières qui drainent le Bouclier vers les basses terres du Saint-Laurent et la baie James sont une importante source d’énergie hydroélectrique. Les barrages du Québec l’aident à compenser son manque de réserves de combustibles fossiles (voir : Projet de la baie James; Hydro-Québec).

Outre leur importance comme habitat faunique, les nombreux lacs et cours d’eau du Québec se prêtent aux loisirs de plein air. Le fleuve Saint-Laurent est un axe de transport essentiel.

Les sols arables de bonne qualité se limitent à la partie sud de la province, près du Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais. Mais le Québec vient au deuxième rang (derrière la Colombie-Britannique) pour la productivité de ses grandes étendues forestières.

Bois d'œuvre
Pile de bois d'œuvre dans la région de Saguenay, au Québec.

Son sous-sol recèle d’importants gisements de fer, d’or et de quelques métaux communs.

Dans le nord du Québec, près de la baie James, de nombreux Cris continuent de vivre de la pêche et de la chasse. Les Cris de la baie James tirent aussi des redevances de la centrale hydroélectrique qui leur a été imposée, ainsi qu’aux Inuits, dans les années 1970 (voirProjet de la baie James).

En 2018, le Québec concentrait chez lui 30 % de la capacité canadienne de production d’électricité d’origine éolienne. Il se classait au deuxième rang à ce chapitre, derrière l’Ontario.