Jully Black

Jully Ann Inderia Gordon, chanteuse, compositrice, actrice, femme de télévision (née le 8 novembre 1977 à Toronto, en Ontario). Auteure‑compositrice‑interprète de musique R&B et soul, surnommée la « reine du R&B » au Canada, Jully Black est lauréate de nombreux prix. En 2013, CBC Music la nomme dans sa liste des 25 plus grands interprètes canadiens de tous les temps. Sa voix rauque d’alto parfaitement reconnaissable suscite des comparaisons avec Tina Turner et Amy Winehouse. Son album Revival (2007) est certifié or au Canada et remporte le prix Juno du Meilleur enregistrement R&B et soul de l’année. Elle écrit des chansons entre autres pour Destiny’s Child, Nas, Sean Paul et Missy Elliot, et crée sa propre maison d’enregistrement, de gestion et d’édition. Jully Black monte sur scène dans une production torontoise de la pièce de trey anthony « da Kink in my Hair, ainsi que dans la pièce Caroline, or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori. Elle est aussi très populaire en tant qu’animatrice à la télévision et juge invitée.

Jully Ann Inderia Gordon, chanteuse, compositrice, actrice, femme de télévision (née le 8 novembre 1977 à Toronto, en Ontario). Auteure‑compositrice‑interprète de musique R&B et soul, surnommée la « reine du R&B » au Canada, Jully Black est lauréate de nombreux prix. En 2013, CBC Music la nomme dans sa liste des 25 plus grands interprètes canadiens de tous les temps. Sa voix rauque d’alto parfaitement reconnaissable suscite des comparaisons avec Tina Turner et Amy Winehouse. Son album Revival (2007) est certifié or au Canada et remporte le prix Juno du Meilleur enregistrement R&B et soul de l’année. Elle écrit des chansons entre autres pour Destiny’s Child, Nas, Sean Paul et Missy Elliot, et crée sa propre maison d’enregistrement, de gestion et d’édition. Jully Black monte sur scène dans une production torontoise de la pièce de trey anthony « da Kink in my Hair, ainsi que dans la pièce Caroline, or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori. Elle est aussi très populaire en tant qu’animatrice à la télévision et juge invitée.


Jully Black

Premières années et vie de famille

Fille de parents immigrants jamaïcains, Jully Black grandit dans une famille chrétiennepentecôtiste fervente à Toronto, dans le quartier Jane and Finch. Elle est la plus jeune d’une fratrie de neuf enfants et la première née au Canada. Sa vie familiale est marquée par la tragédie. Son frère jumeau meurt à la naissance et sa sœur Colleen décède à la Jamaïque à l’âge de 11 ans. Après le départ de son père alors qu’elle n’est âgée que de sept ans, Jully Black est élevée uniquement par sa mère, Agatha, qui travaille sans relâche pour pouvoir emmener tous ses enfants au Canada. En 1990, sa sœur Sharon décède subitement à l’âge de 24 ans, laissant derrière elle deux jeunes enfants.

Dès l’âge de six ans, l’une de ses sœurs l’ayant emmenée avec elle à une séance de répétition de la chorale de l’église, Jully Black commence à chanter. Elle porte au crédit de Whitney Houston, entendue à la radio alors qu’elle est âgée de sept ans, de lui avoir fait découvrir la musique pop. Elle déclare un jour au National Post : « Sans Whitney Houston, il n’y aurait pas de Jully Black. » Inspirée par la passion artistique de sa défunte sœur Sharon et par le manque de femmes de couleur dans les médias canadiens, elle décide, à l’âge de 12 ans, de poursuivre une carrière dans la musique. C’est à peu près à cette époque que sa mère l’inscrit à des cours de modeling et de musique. Après avoir remporté un concours de jeunes talents locaux et avoir chanté lors de nombreuses manifestations, elle commence à se rendre régulièrement à New York lors des fins de semaine pour chanter et enregistrer ; elle n’a alors que 14 ans. Tout en continuant à mener une carrière de musicienne, elle suit des cours au C.W. Jefferys Collegiate Institute avant d’intégrer l’Oakwood Collegiate en raison de l’excellente réputation du programme de musique de cet établissement. Elle poursuit ses études jusqu’à l’obtention de son diplôme en technique policière du Collège Seneca.


Début de carrière

À 20 ans, Jully Black collabore avec le rappeur de Toronto Choclair sur le morceau What It Takes Il remporte, en 1997, un prix Juno dans la catégorie Meilleur enregistrement de rap. Cette même année, elle chante également avec Kardinal Offishalll sur le morceau Jeevin’ (Life) et avec le rappeur torontois Infinite sur sa chanson 360 Degrees. Ce dernier morceau fait partie de la sélection pour les prix MuchMusic de 1998 dans la catégorie Meilleure vidéo de rap.

À 21 ans, elle signe chez Warner/Chappell Music Canada.  Elle continue à écrire des chansons pour Destiny’s Child, Nas, Sean Paul, Missy Elliott et de nombreux autres artistes. Sa chanson « I Know », écrite pour Destiny’s Child, fait partie de la bande‑son de la comédie musicale filmée The Fighting Temptations en 2003. Un autre de ses morceaux, « The Things You Do », rebaptisé « Heaven », est inclus sur l’album de Nas God’s Son, sorti en 2002, qui obtiendra une certification platine.

Jully Black produit, à titre indépendant, un certain nombre de chansons originales, dont Rally’n. Celle-ci fait partie, en 1999, de la sélection pour les prix Juno dans la catégorie Meilleure chanson R&B ou soul et pour les prix MuchMusic Video dans la catégorie Meilleure vidéo R&B ou soul. En 2000, sa collaboration avec le rappeur 2Rude et avec Grimmi Grimmi lui vaut un prix MuchMusic Video dans la catégorie Meilleure vidéo R&B ou soul. Elle interprète également un certain nombre de morceaux du groupe hip‑hop et R&B torontois Baby Blue Soundcrew, notamment Money Jane et The Day Before. Money Jane est sélectionné en 2001 pour un prix Juno dans la catégorie Meilleur enregistrement rap, et The Day Before est, lui, sélectionné dans la catégorie Meilleure collaboration ou meilleur groupe canadien pour les prix MuchMusic Video 2002.

Sa chanson originale You Changed fait partie de la bande‑son du film de 2002 Brown Sugar. Elle est sélectionnée en 2003 pour les prix Juno dans la catégorie Meilleur enregistrement R&B ou soul. Un autre de ses simples, « I Travelled », est intégré sur la compilation de 2003 Women & Songs 7. Jully Black fait également l’ouverture de 50 Cent et de Jay‑Z aux côtés de Choclair à Toronto en 2003.


I Travelled (2003) et This Is Me (2005)

La sortie du premier album de Jully Black, I Travelled, est prévue en 2003. Cependant, elle est retardée et l’album est abandonné après l’absorption de sa maison de disques, MCA, par Interscope. Elle travaille alors comme employée de banque. Elle lance également sa propre entreprise d’enregistrement, de gestion et d’édition, Jully Black Entertainment Inc. En 2004, elle décroche une sélection pour les prix Gemini dans la catégorie Meilleure interprétation ou animation dans une émission ou un programme de variétés pour sa performance dans l’émission spéciale Tonya Lee Williams : Gospel Jubilee.

Jully Black signe finalement avec Universal Music Canada et sort son premier album, This Is Me, en 2005. Dès sa sortie, il se classe au 34e rang du palmarès Nielsen SoundScan. L’un de ses morceaux, « 5x Love/Material Things », fruit d’une collaboration avec Nas, culmine même à la 30e place des classements canadiens. Le simple « Sweat of Your Brow » atteint, lui, la 16e position. En 2005, Jully Black fait l’ouverture des Black Eyed Peas lors de leur tournée pancanadienne et This Is Me est sélectionné, en 2006, pour les prix Juno dans la catégorie Meilleur enregistrement R&B ou soul. L’artiste décroche également une sélection pour les prix Gemini 2006 dans la catégorie Meilleure interprétation ou animation dans une émission ou un programme de variétés, cette fois pour son interprétation de la chanson de Gene MacLellan Put Your Hand in the Hand lors de la cérémonie d’intronisation au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens cette année‑là.

Revival (2007)

En 2007, le deuxième album de Jully Black, Revival, produit par le batteur et producteur des Black Eyed Peas, Keith Harris, est dédié à sa sœur décédée Sharon. Présentant un mélange plus varié de pop, de R&B, de soul et de rock que le précédent opus, Revival intègre le morceau « Seven Day Fool », chanté à l’origine par Etta James, qui demeure à ce jour le simple de Jully Black ayant réalisé les meilleures ventes, culminant à la neuvième place du classement des meilleures ventes canadiennes du magazine Billboard.Revival obtient une certification or au Canada et remporte le prix du Meilleur enregistrement R&B ou soul lors des prix Juno de 2008. Jully Black fait la clôture du spectacle en interprétant « Seven Day Fool », un morceau sélectionné dans la catégorie Meilleur simple.


The Black Book (2009)

Sorti en 2009, le troisième album de Jully Black, The Black Book, rassemble des morceaux danceurban et rock et marque une rupture par rapport au son hip‑hop du début de sa carrière. L’énergique simple « Running » atteint le 40e rang au classement des 100 plus grands succès canadiens. Il est sélectionné pour les prix Juno 2010 dans la catégorie Meilleur enregistrement R&B ou soul.

En 2010, At the Roncies, un morceau à propos du quartier Roncesvalles à Toronto, est choisi pour représenter l’Ontario dans le cadre du concours d’écriture de chansons organisé par CBC Radio 2, intitulé Great Canadian Song Quest.

Droppin W(8) (2012) et Jully Black the LP (2016)

Le quatrième album studio de Jully Black, qui devait s’appeler à l’origine (8) ight, sort finalement sous le titre Made In Canada qui traduit sa fierté d’être canadienne. Cet album est précédé, en 2012, par la sortie numérique gratuite de Droppin W(8), un album de 11 titres dance et reggae.Fugitive, un simple sorti en 2012, obtient une sélection pour les prix Juno 2013 dans la catégorie Meilleur enregistrement R&B ou soul.

Avant la sortie prévue de Made in Canada, l’artiste quitte Universal Music Canada, en expliquant qu’elle souhaite accroître le contrôle artistique sur son travail. En 2015, elle sort Fever, un nouveau simple expressif et chargé d’émotion. Il fait partie de son album Jully Black the LP. L’album est publié par la maison de disques d’Atlanta The Officials Music Group en 2016.

Jully Black

Scène et apparitions à la télévision

En 2005, alors qu’elle est en tournée avec les Black Eyed Peas, Jully Black décroche un poste de correspondante pour l’émission d’actualité sur le divertissement eTalk, de CTV.  Elle travaille pour cette émission jusqu’en 2010, effectuant des entretiens avec des personnalités telles qu’Oprah Winfrey et Jay‑Z. Toujours en 2005, elle joue le rôle de la prédicatrice dans la production torontoise de la pièce de trey anthony da Kink in my Hair. La pièce obtient un grand succès critique et 106 représentations sont présentées à guichets fermés au Princess of Wales Theatre. En 2007, elle interprète la chanson principale de la pièce dans le cadre d’une adaptation pour Global TV et apparaît également dans plusieurs épisodes de cette série.

De 2005 à 2008, elle fait partir du jury de plusieurs épisodes de Video on Trial diffusés sur MuchMusic. En 2008, elle devient correspondante et mentore pour l’émission de télé‑réalité Canadian Idol et décroche un rôle dans le film policier Saving God. En 2011 et 2012, elle intervient également dans l’émission‑débat The Marilyn Denis Show. En 2015, elle est juge dans un épisode de l’émission‑concours de télé‑réalité de CBC Canada’s Smartest Person.

En 2018, Jully Black fait une apparition à l’émission Canada Reads sur CBC, où elle défend The Marrow Thieves (Pilleurs de rêves), un roman futuriste de l’écrivaine métis Cherie Dimaline. Jully Black soutient que l’histoire est une allégorie de l’impact des pensionnats indiens sur les peuples autochtones. Elle s’exclame que le « privilège colonial » est présent au Canada. Son débat avec Jeanne Beker, qui défend le livre « Forgiveness » de Mark Sakamoto, devient si animé que Jeanne Beker le prend comme une attaque personnelle. « Pourquoi m’attaques-tu ? » dit-elle. « Je sens que tu me parles comme si je n’y croyais pas. » Jully Black répond en disant : « Peu importe ce que tu ressens, apporte ça au pied de l’autel (take it to the altar), car je ne suis pas responsable de tes sentiments. » Le hashtag #takeittothealter devient un sujet chaud sur Twitter. Le Toronto Star déclare cette phrase comme représentant la meilleure façon abrupte de réagir lorsque des gens privilégiés placent leurs propres sentiments au centre d’une conversation qui ne les concerne pas. L’incident de Canada Reads fait les manchettes nationales et internationales. Jully Black commence à vendre des tee-shirts portant la phrase « Whatever you’re feeling #takeittothealtar » (peu importe ce que tu ressens, apporte ça au pied de l’autel).

En mai 2019, le Musical Stage Company et le Obsidian Theatre Production de Toronto annoncent que Jully Black jouera avec Measha Brueggergosman dans leur production de Caroline, or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori. Ce rôle est le premier pour Jully Black au sein d’une production de théâtre musical. Dans une déclaration, elle en parle comme étant « une manifestation, un rêve devenu réalité ». La production devrait se dérouler au Winter Garden Theatre de Toronto du 30 janvier au 15 février 2020.


Activités caritatives

Jully Black défend un vaste éventail de causes, au Canada comme à l’étranger, et participe à de nombreuses manifestations caritatives. En partenariat avec Care Canada et MuchMusic, elle se rend au Bangladesh pour témoigner sur les conditions de travail dans les ateliers clandestins. En 2006, elle se produit aux côtés des Black Eyed Peas lors d’un concert‑bénéfice en Afrique du Sud. L’objectif consiste à récolter des fonds et à mieux faire connaître la Shanduka Foundation et son programme Adopt‑a‑School.

Ardente promotrice de l’éducation et des programmes musicaux dans les écoles, Jully Black s’exprime régulièrement devant des élèves partout au Canada et contribue au programme éducatif MusiCounts, de l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement, un programme qui fournit des instruments de musique aux écoles. Elle est également ambassadrice pour le « WE Charity » de Craig Kielburger. De plus, Jully Black participe à un certain nombre de manifestations en soutien à la recherche sur le VIH/sida, notamment un concert-bénéfice au profit de la fondation Stephen Lewis. En 2014, elle anime à Toronto un camp de formation, Kick It Up for Kidney Cancer, au profit de Cancer du rein Canada. Elle s’exprime, sans ménager sa peine, en faveur des communautés LGBTQ et se produit régulièrement lors des Marches des fiertés, notamment la marche mondiale de 2015. Aussi en 2015, elle cofonde « Empowered in My Skin », un organisme qui organise des conférences à travers le monde entier dans le but d’aider les jeunes femmes à se prendre en charge et à devenir plus confiantes.

Prix

  • Meilleure vidéo R&B ou soul (Dissin’ Us avec 2 Rude et Grimmi Grimmi), prix vidéo MuchMusic (2000)
  • Meilleur enregistrement dance/electronic (Sweat of Your Brow), Canadian Urban Music Awards (2005)
  • Meilleur enregistrement R&B ou soul (Revival), prix Juno (2008)

//