Vancouver en vedette : Une manifestation en faveur de la marijuana tourne mal

Les membres de la contre-culture de Vancouver se rassemblent en grand nombre le soir du samedi 7 août 1971 pour témoigner de leur soutien à la légalisation de la marijuana. Le rassemblement est annoncé comme un « Smoke-in and Street Jamboree », mais la police a d’autres plans. Les forces de l’ordre pénétreront en effet dans la foule, à pied et à cheval, en cognant sur les têtes et en arrêtant les « militants aux cheveux longs ». Les journaux qualifieront l’intervention d’émeute policière.
Les membres de la contre-culture de Vancouver se rassemblent en grand nombre le soir du samedi 7 août 1971 pour témoigner de leur soutien à la légalisation de la marijuana. Le rassemblement est annoncé comme un « Smoke-in and Street Jamboree », mais la police a d’autres plans. Les forces de l’ordre pénétreront en effet dans la foule, à pied et à cheval, en cognant sur les têtes et en arrêtant les « militants aux cheveux longs ». Les journaux qualifieront l’intervention d’émeute policière.


L'émeute de Gastown

Cette fresque photographique de l’artiste vancouvérois Stan Douglas, installée dans l’immeuble Woodward’s, recrée la scène de l’émeute de Gastown survenue juste derrière les portes de l’édifice, au coin des rues Abbott et Cordova. Stan Douglas a composé sa photo sur un parc de stationnement de la PNE.

Émeute de Gastown, le 7 août 1971

Glenn Baglo / Vancouver Sun.

Chill Winston, le restaurant à l’intersection des rues Water et Alexander

Gastown est le centre historique de Vancouver. C’est là, sur la rue Water, que l’histoire de la ville commence en 1867 avec l’arrivée du tavernier Gassy Jack Deighton. Au fur et à mesure que la ville s’agrandit, Gastown devient une zone d’entrepôts avant de traverser une période difficile. Cependant, en 1971, lorsque survient l’émeute, le quartier jouit d’une certaine renaissance en qualité de quartier patrimonial. Gastown deviendra par la suite une sorte de piège à touristes, constellé de boutiques de T-shirts et de souvenirs. Il a cependant bénéficié récemment d’un nouveau départ avec la remise en valeur de l’immeuble Woodward’s, sur le site de l’ancien grand magasin.

Charles Woodward ouvre son magasin sur ce site de la rueHastings en 1903. Le magasin va devenir le flambeau d’une importante chaîne régionale de grands magasins et de magasins à prix réduit. Après quatre-vingt-dix ans d’activités, le magasin principal sera finalement vendu, puis démoli pour faire place à un ensemble composé d’appartements, d’une école d’arts contemporains, de bureaux municipaux, de studios d’art et de magasins. La célèbre enseigne au néon en W a été réinstallée sur le toit.


//