Vancouver en vedette: Meurtre au manoir de Shaughnessy Heights

Le sous-sol d’une maison huppée au 3851 de la rue Osler, dans le quartier de Shaughnessy Heights, est durant les années folles la scène d’un meurtre qui fait trembler l’establishment de Vancouver. Le crime n’a jamais été résolu.
Le sous-sol d’une maison huppée au 3851 de la rue Osler, dans le quartier de Shaughnessy Heights, est durant les années folles la scène d’un meurtre qui fait trembler l’establishment de Vancouver. Le crime n’a jamais été résolu.


Près d’un siècle après ce meurtre qui fit sensation, l’affaire Janet Smith fait toujours vendre des livres.
Le 3851, rue Osler
Le 3851, rue Osler, de nos jours

Le 24 juillet 1924, le corps d’une nourrice écossaise de 22 ans, Janet Smith, est découvert étendu dans une mare de sang dans la laverie du sous-sol d’un manoir de Shaughnessy Heights, appartenant à l’une des familles les plus en vue de la ville. La police pense d’abord à un suicide. Mais la thèse du meurtre s’impose rapidement.

Compte tenu du racisme anti-asiatique omniprésent à l’époque, il n’est pas surprenant que les premiers soupçons tombent sur l’employé de maison chinois, Wong Foon Sing, la seule autre personne qui, selon les dires, était présente au manoir au moment du meurtre. Des «justiciers» kidnappent alors Wong Sing et essaient de lui soutirer une confession en le rouant de coups. Leur tentative échoue, mais cela n’empêche pas la police d’inculper officiellement Wong Sing pour meurtre. Le tribunal rejettera cependant les accusations par manque de preuves.

Pendant ce temps, les rumeurs vont bon train en ville. L’anecdote a tous les éléments dont raffole la presse à sensation: orgies débridées, trafic de stupéfiants et traite des Blanches. L’affaire monte jusqu’aux bancs de l’assemblée législative provinciale où des activistes sociaux tentent de faire adopter une loi visant à protéger les femmes blanches de la nécessité de travailler en compagnie d’hommes asiatiques.

L’hystérie finira par retomber; le meurtrier de Janet Smith, lui, reste inconnu à ce jou>


//