Tafelmusik



Tafelmusik

Tafelmusik. Orchestre d'instruments d'époque fondé à Toronto au printemps 1979. Il emprunte son nom aux trois volumes de musique de table (banquet) de Telemann. L'orchestre interprète des œuvres baroques et classiques sur des instruments d'époque ou des répliques modernes et utilise les techniques appropriées à ces instruments et à ces styles.

Depuis ses origines modestes comme un collectif de musique de chambre de quatre membres donnant une saison de six concerts et ayant un budget de 11 000 $, Tafelmusik devient un orchestre de renommée internationale avec un noyau de 18 exécutants à plein temps, avec des contrats de maisons d'enregistrement internationales et, en 2003-2004, une saison de plus de 50 concerts avec 3500 abonnés et un budget de 3 000 000 $.

1978-1981

L'histoire de Tafelmusik est, sous plusieurs aspects, celle du mouvement international en faveur des instruments d'époque, lequel se développe par étapes expérimentales durant les années 1970 et 1980 pour en arriver à une assurance technique et musicale accrue, passant d'un statut marginal à une position au centre de la scène musicale.

Le groupe qui devient par la suite Tafelmusik apparaît en tant qu'ensemble de chambre baroque en 1978, sous le nom de The Toronto Chamber Music Collective. Il est établi par l'hautboïste et flûtiste à bec Kenneth Solway et la bassoniste Susan Graves (tous les deux nés en 1954) à leur retour d'une année d'étude de la pratique instrumentale baroque aux Pays-Bas. Durant ses premières années, le groupe interprète aussi des œuvres de la Renaissance et des compositions contemporaines écrites pour instruments d'époque.

La formation de l'ensemble est mobile durant les deux premières années, avec un noyau stable de quatre exécutants (hautbois / flûte à bec, basson, violoncelle, clavecin) augmenté selon les besoins. Jusque-là, Toronto compte très peu d'exécutants jouant des instruments d'époque. Tafelmusik engage les instrumentistes modernes intéressés et fait venir des solistes et directeurs invités pour donner des classes de maîtres et des cours de formation. Ces invités incluent les violonistes Jeanne Lamon, Stanley Ritchie (É.-U.) et Lucy van Dael (Pays-Bas); les flûtistes à bec Marion Verbruggen et Frans Bruggen (Pays-Bas); les clavecinistes Scott Ross et Elizabeth Wright (É.-U.). Lors des premières saisons, l'accent est mis sur la musique de chambre plutôt que sur la musique d'orchestre.

Pour la saison 1980-1981, le budget de Tafelmusik atteint 183 000 $ et l'orchestre quitte l'église Holy Trinity de Toronto pour son foyer permanent, l'Église unie Trinity-Saint Paul's, sur la rue Bloor. En décembre 1980, Tafelmusik présente pour la première fois à Toronto Le Messie de Haendel avec des instruments d'époque.

Changements importants de 1981 à 1986

La saison 1981-1982 est l'occasion d'importants développements pour Tafelmusik. Les changements les plus importants concernent le personnel, avec la nomination de Jeanne Lamon aux titres de premier violon et de directrice musicale et Ottie Lockey devient le premier directeur général. Depuis, Lamon dirige la plupart des concerts de son pupitre de premier violon. Le noyau instrumental de 11 membres est engagé à temps plein et le Tafelmusik Chamber Choir est fondé sous la direction conjointe de David Fallis et Ivars Taurins. Ces derniers développements permettent à l'orchestre d'aborder les grandes œuvres chorales avec un chœur spécialisé dans la technique et le style du 18e siècle (par exemple, la Passion selon saint Jean et la Messe en si mineur de Bach, en 1984 et 1990 respectivement).

Lamon développe un noyau de cordes des plus efficaces et fait du concerto grosso baroque le fondement du répertoire de l'orchestre. Sa direction énergique et communicative ne tarde pas à donner des résultats. Dès le 9 novembre 1981, John Kraglund louange la qualité nouvelle de l'orchestre et trouve que la « vitalité » est le « nouvel ingrédient ajouté à l'orchestre cette saison » (Globe and Mail, Toronto). Le 31 octobre 1981, Tafelmusik entreprend une tournée en Amérique du Nord incluant un début à New York (Metropolitan Museum of Art, 21 novembre). Plus tard cette même saison, l'orchestre se produit au Alice Tully Hall avec Frans Bruggen comme soliste invité (25 avril 1982).

Avant le début de la saison 1982-83, Ivars Taurins assume déjà entièrement la direction du Tafelmusik Chamber Choir; des rénovations majeures font de Trinity-Saint Paul's un lieu plus adéquat pour les concerts. En 1982 paraît le premier enregistrement du groupe, Popular Masterpieces of the Baroque.

Dans l'intervalle, certaines frictions se développent entre les fondateurs de Tafelmusik et le conseil d'administration; en mars 1983, Solway démissionne de son poste de directeur général et Graves se retire de celui de directeur général adjoint. Tous les deux cessent d'être membres de l'orchestre à temps plein.

La saison 1985-1986 marque le début d'une collaboration toujours en cours avec la compagnie d'opéra baroque de Toronto, Opera Atelier, avec qui Tafelmusik participe depuis à des productions d'époque d'opéras de Mozart, Monteverdi, Lully, Charpentier et Gluck, sous la direction de chefs tels qu'Andrew Parrott, Hervé Niquet et Marc Minkowski.

Tournées

En 1984, Tafelmusik devient le premier orchestre baroque nord-américain à être invité à effectuer une tournée en Europe. Par la suite, il y retourne annuellement à compter de 1987 - se produisant en Australie, en Belgique, en République Tchèque, au Danemark, en Angleterre, en France, en Allemagne, en Italie, en Lettonie, en Lituanie, au Luxembourg, au Portugal, en Espagne et en Suisse. En Europe, il est acclamé comme l'égal des principaux orchestres baroques européens; en 1989, Curt Diederlichs du Kölnische Rundschau (5 juin 1989) écrit : « Depuis son passage au Alte-Musik-Festival de 1987 à Ratisbonne, l'orchestre baroque Tafelmusik est reconnu dans notre pays [l'Allemagne] comme un ensemble à chérir, l'un des tout premiers dans son domaine. En précision, virtuosité et raffinement sonore, il est comparable en tous points aux orchestres baroques anglais et hollandais et même à celui du Musica Antiqua Köln ». Après le début de l'orchestre au Wigmore Hall de Londres (21 juin 1987), Virginia Rounding loue « l'autorité discrète » de Lamon et la capacité de l'orchestre de jouer « avec verve et tempérament, tout en maintenant un excellent ensemble... la finale du Concerto brandebourgeois n 3 de Bach est bien contrôlée, mais avec une vitalité suffisante pour tenir les auditeurs en haleine » (Early Music News, juillet-août 1987).

Un contrat d'enregistrement avec BMG-Deutsche Harmonia Mundi en 1986 apporte à Tafelmusik une distribution de ses enregistrements à l'échelle mondiale, ce qui permet d'élargir le calendrier des tournées internationales (visites à Hong Kong, au Japon, en Corée et à Taïwan en novembre 1990, et c'est la première de quatre tournées en Asie). Il se fait un point d'honneur de visiter le Canada et, en 2004, donne des concerts dans toutes les provinces et territoires du Canada, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nunavut. Il va régulièrement autant dans les centres importants que dans les petites communautés.

Enregistrements

En 1990, le directeur général Ottie Lockey négocie un contrat exclusif avec Sony Classical pour 40 CD, permettant à Tafelmusik d'entretenir la relation établie plus tôt tout en enregistrant quatre CD chez BMG avec Wolf Erichson, l'un des meilleurs producteurs d'Europe. Tafelmusik est le premier groupe engagé par la nouvelle étiquette Vivarte de Sony Classical.

Erichson entame aussi la collaboration de Tafelmusik avec le chef d'orchestre allemand Bruno Weil, qui participe au premier projet de l'orchestre chez Vivarte cette année-là - un enregistrement de Don Giovanni de Gazzaniga. Weil dirige un grand nombre des enregistrements chez Sony durant les 10 années suivantes, notamment des symphonies et œuvres chorales sacrées de Haydn, des concertos pour cor, des sérénades et le Requiem de Mozart et des concertos pour piano de Beethoven.

Répertoire plus récent

En 1993, Weil fonde le festival annuel « Klang und Raum » (son et espace) à Irsee en Allemagne du Sud, dont Tafelmusik est l'orchestre résident. Le festival joue un rôle dans l'expansion confiante de Tafelmusik vers le répertoire classique - non seulement de Mozart et Haydn, mais aussi de Beethoven et Schubert. Certains des programmes d'Irsee, dernièrement les 5e et 6e symphonies de Beethoven (2003), se donnent à Toronto.

À l'occasion, Tafelmusik commande aussi de nouvelles œuvres pour des anniversaires, notamment de José Evangelista et de Marjan Mozetich pour la saison 1999-2000.

Projets télévisés

Récemment, l'orchestre a entrepris des projets télévisés et multimédias. D'ailleurs, déjà en 1985, on peut le voir dans le film de Rhombus MediaMagnificat. En 2002, il se produit dans le documentaire Le Mozart Noir : Reviving a Legend, sur le violoniste et compositeur du 18e siècle Joseph Boulogne et il est diffusé au Canada, aux États-Unis et à l'étranger. Il se mérite cinq nominations aux prix Gémeaux, une nomination à la Rose d'Or (Suisse) et un Banff Rocky Award.

En 2004, Tafelmusik travaille sur un deuxième documentaire, The Four Seasons Magic, qui explore les Quatre Saisons de Vivaldi, le pipa (luth chinois) la veena (instrument de musique de l'Inde) et le chant guttural inuit (voir Jeux vocaux inuit).

Initiatives éducatives

Sous la gérance de Tricia Baldwin, qui succède à Ottie Lockey lorsque celle-ci se retire à la fin de la saison 1999-2000, Tafelmusik développe des initiatives éducatives qui jouent un rôle de plus en plus important dans ses activités. Elles vont des concerts d'écoles aux programmes de formation d'artistes. L'une des plus importantes est la mise en place du Tafelmusik Baroque Summer Institute en 2002, un cours intensif pour étudiants avancés et musiciens professionnels. Il s'agit à l'origine d'un partenariat avec le Royal Conservatory of Music et aujourd'hui d'une collaboration avec l'Université de Toronto. L'orchestre lance le Baroque Learning Centre en ligne pendant sa saison 2002-2003.

Prix

Les réalisations artistiques de l'orchestre sont reconnues par des prix internationaux. Tafelmusik est nommé orchestre résident de l'Université de Toronto. Son enregistrement Virtuoso Chamber Music of 17th-Century Italy remporte le Grand prix du disque du Conseil canadien de la musique en 1985 et son enregistrement de Boccherini se mérite le prix Juno (1990) du meilleur album classique (grand ensemble). En 1988, il est nommé ensemble de l'année par le Conseil canadien de la musique et reçoit le Echo Klassik Award du meilleur orchestre de l'année de la German Phonographic Academy en 1996. Le Tafelmusik Chamber Choir gagne le prix Healey Willan en musique chorale.

Parmi les autres prix remportés pour ses enregistrements figurent un Diapason d'Or pour Bach Orchestral Suites, le prix de musique classique de Cannes pour Paris Symphonies de Haydn, 26 nominations aux prix Juno et cinq prix Juno. L'orchestre reçoit quatre prix du lieutenant-gouverneur. Jeanne Lamon est aussi récompensée de plusieurs prix individuels.

Classement international

Le fait que Tafelmusik est l'un des rares ensembles à temps plein au monde à utiliser des instruments d'époque a certainement à voir avec son succès et lui confère une sonorité et une personnalité distinctes ainsi qu'une communion de pensée unique qui permet au groupe de s'illustrer parmi ses pairs.

Discographie

Avison Concerti Grossi d'après Domenico Scarlatti : 1986; CBC SM-5061.

Boccherini Concerti da Violoncello, Sinfonie : Bylsma violoncelle; 1988; Deutsche Harmonia Mundi 7867-2-RC (CD).

Corelli Concerti grossi op. 6 no 1, 3, 7, 8, 9, 11 : 1988; Deutsche Harmonia Mundi 7908-2-RC (CD).

Gazzaniga Don Giovanni : Chœur de chambre de Stuttgart, Weil chef d'orchestre; 1990; Sony Vivarte SK-46693 (CD).

Haendel Floridante (extraits) : Argenta et Attrot soprano, Robbin et Maguire mezzo, M. Braun baryton, Curtis chef d'orchestre; 1990; CBC SMCD-5110.

Haydn, Kraft Cello Concertos : Bylsma violoncelle; 1991; Deutsche Harmonia Mundi 7757-2-RC (CD).

Leonardo Leo The Complete Instrumental Works : Bylsma violoncelle, Nediger clavecin; 1984-1985; 2-Collegium COL-8405-06 et Mus H Soc MHS-922176.

Italian Concerti Grossi : Locatelli, Vivaldi, Scarlatti, Geminiani, Torelli; 1987; CBC SMCD-5099.

Masters of the German Baroque : Bach, Haendel, Rosenmüller, Biber; Tafelmusik Baroque Soloists; 1987; CBC Musica Viva MV-1031.

Mozart Deutsche Tänze K509, 536/567, 571, 586 : Weil chef d'orchestre; 1991; Sony Vivarte SK-46696 (CD).

- Overtures, Eine kleine Nachtmusik : Weil chef d'orchestre; 1991; Sony Vivarte SK-46695 (CD).

- Six Symphonies from Serenades K100, 185, 203, 204, 250, 320 : Weil chef d'orchestre; 1991; 2-Sony Vivarte S2K-47260 (CD).

Popular Masterpieces of the Baroque : Purcell, Pachelbel, Vivaldi et autres; 1982; Collegium COL-82-01, Mus H Soc MHS-912187 et, avec une œuvre additionnelle, Reference Recordings RR-13 (CD).

Virtuoso Chamber Music of 17th-Century Italy : Montalbano, Castello et autres; 1982; Collegium COL-82-02 et Mus H Soc MHS-912225.

Vivaldi Cantatas, Concertos and Magnificat : Kirkby soprano, Tafelmusik Chamber Choir; 1987; Hyperion CDA-66247.

Zelenka Missa dei Filii, Litaniae Laurentanae : Chœur de chambre de Stuttgart, Argenta soprano, Bernius chef d'orchestre; 1990; Deutsche Harmonia Mundi 7792-2-RC (CD).

Bibliographie

Catherine KENTRIDGE, « Tafelmusik sparkles with original talent », Music, VII (mars-avr. 1984).

Ulla COLGRASS, « Tafelmusik », Bravo, II (nov.-déc. 1988).

William LITTLER, « Tafelmusik takes off », Music, XII (déc. 1989).

Scott PATERSON, « Bach to basics », PfAC, XXVI (mars 1990).

Heidi WALESON, « Toronto's Tafelmusik », Early Music America, III (hiv. 1997-1998).

Urjo KAREDA, « Dead composers' society », Toronto Life (sept. 1999).

Joseph SO, « Jeanne Lamon : The Seasons », La Scena Musicale (mars 2003).


Liens externes