St. Paul

 Les Québécois de langue française, les Ukrainiens et les autres personnes qui s'installent à cet endroit s'y rendent sans avoir recours au chemin de fer, jusqu'à ce que des bénévoles terminent, en 1920, la construction de la ligne du Canadien National, partant de la municipalité voisine de Spedden.

St. Paul, ville de l'Alb.; pop. 5106 (recens. 2006), 5061 (recens. 2001); const. en 1937. Chef-lieu du comté de St. Paul, la ville est située sur la rive Nord du lac Therrien supérieur, à 202 km au nord-est d'Edmonton. En 1895, on fait appel au père oblat Albert LACOMBE pour la création de deux réserves cantonales situées à proximité de la réserve indienne de Saddle Lake, afin de permettre l'établissement des Métis (voir ÉTABLISSEMENTS MÉTIS). L'agriculture et le piégeage n'assurent qu'une maigre subsistance à St-Paul-des-Métis qui ne se développe qu'après l'ouverture de la réserve à l'établissement général en 1909.

Pere Albert Lacombe
Lacombe se réclame de sa filiation en partie indienne pour obtenir une place dans le coeur des métis et des autochtones en 1852, alors qu'il part pour l'Ouest afin de se mettre à leur service (avec la permission des Provincial Archives of Alberta).

Les Québécois de langue française, les Ukrainiens et les autres personnes qui s'installent à cet endroit s'y rendent sans avoir recours au chemin de fer, jusqu'à ce que des bénévoles terminent, en 1920, la construction de la ligne du Canadien National, partant de la municipalité voisine de Spedden. La variation considérable de sol fait de l'agriculture mixte (notamment l'élevage de bovins de boucherie et la culture des céréales) une activité populaire. La ville comprend aussi plusieurs usines de transformation des produits agricoles.

Les organismes culturels autochtones, français et ukrainiens reflètent les traditions de St. Paul. Parmi les établissements pédagogiques spéciaux, on compte l'Alberta Vocational Centre, le Lakeland College et le Blue Quills Indian College, situé à proximité.