St. John the Baptist, basilique

La basilique est l'oeuvre de l'évêque Michael Anthony Fleming, qui achète le terrain en 1838 après une longue bataille avec les autorités.

St. John
La basilique St. John's \u00e0 St. John's, Terre-Neuve (photo de Ben Hansen).

St. John the Baptist, basilique

Visible de toute la ville et, facteur très important au XIXe siècle, édifice le plus frappant lorsqu'on pénètre dans le port, la basilique St. John the Baptist a été construite pour affirmer l'existence et la puissance de la population catholique irlandaise de Terre-Neuve. Construite entre 1841 et 1855, il s'agit d'un défi démesuré par rapport à la taille et aux besoins de la population. Elle est aussi bâtie sur une hauteur surplombant la partie animée de la ville et n'est pas orientée selon un axe adéquat d'un point de vue liturgique. Ses trois caractéristiques : taille, emplacement et orientation, critiquées au temps de sa construction, assurent sa visibilité dans le paysage.

La basilique est l'oeuvre de l'évêque Michael Anthony Fleming, qui achète le terrain en 1838 après une longue bataille avec les autorités. Il réussit ensuite à convaincre la population locale de s'atteler à des corvées exceptionnelles, au cours desquelles on transporte pendant des semaines des pierres et du bois de construction jusqu'au site. Le concepteur était probablement l'architecte allemand M. Schmidt, dont les plans ont été respectés malgré les changements apportés à la disposition. Se distinguant par ses deux tours de façade, le plan de la basilique est cruciforme et constitue au moment de sa construction la plus grande église d'Amérique du Nord. Elle est de style roman lombard, ce qui est inhabituel. Il ne semble pas y avoir d'autre exemple aussi ancien de ce style pour une église, bien qu'il soit devenu courant en Irlande une vingtaine d'années plus tard.

La basilique abrite d'importantes oeuvres du sculpteur irlandais John Hogan, dont The Dead Christ (trad. Le Christ mort) et des monuments commémoratifs dédiés aux évêques Scallan et Fleming. Il y a sur la façade trois statues d'un contemporain de Hogan, John Edward Carew. À l'est de la basilique se trouvent les couvents et les écoles de la Mercy et de la Présentation; à l'ouest se trouvent l'évêché, la Bishop's Library et le St. Bonaventure's College. L'ensemble de ces édifices crée autour de la basilique un quartier religieux remarquablement vaste et bien conservé.


Lecture supplémentaire

  • Raymond J. Lahey, "The Building of a Cathedral, 1838-1855," in Rev. John F. Wallis et al, The Basilica-Cathedral of St. John the Baptist, St. John's, Newfoundland, 1855-1980 (1980); Shane O'Dea, "The Basilica of St. John the Baptist, St. John's, Newfoundland," Historic Sites and Monuments Board of Canada, 1988-27.