Solliciteur général, ministère du



Solliciteur général, ministère du

Ce ministère comprend quatre organismes, en plus du ministère du Solliciteur général proprement dit : la GENDARMERIE ROYALE DU CANADA (GRC), le SERVICE CANADIEN DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ (SCRS), le Service correctionnel du Canada (SCC) et la Commission nationale des libérations conditionnelles (CNLC). Le ministère compte aussi quatre organes de surveillance qui veillent à la reddition de comptes et au respect intégral de la primauté de droit. L'ensemble du ministère est doté d'un budget de plus de 2,5 milliards de dollars et compte plus de 34 000 employés.

Le rôle du ministère proprement dit est d'aider le ministre (qui, en 1997, est Andy Scott) en le conseillant dans les domaines du maintien de l'ordre, de l'application des lois, de la sécurité nationale, des services correctionnels et des libérations conditionnelles. Il incombe au ministre de protéger la population du pays et de travailler au maintien de la paix dans la société canadienne.

Avant 1936, le ministère est dirigé soit par un membre du Cabinet, soit par un ministre n'appartenant pas au Cabinet. De 1936 à 1945, les responsabilités du Solliciteur général sont assumées par le Procureur général. En 1945, la Loi du solliciteur général rétablit le poste au Cabinet. En 1966, le ministère du Solliciteur général est constitué parce que le Solliciteur général a besoin d'un soutien plus important.