Sociétés pour la protection des animaux

Les sociétés pour la protection des animaux (SPA) sont des organismes de prévention de la cruauté envers les animaux.

Sociétés pour la protection des animaux

Les sociétés pour la protection des animaux (SPA) sont des organismes de prévention de la cruauté envers les animaux. La première SPA voit le jour en 1824, au terme d'une longue bataille en faveur d'une loi contre la cruauté envers les enfants et les animaux d'élevage, livrée notamment par Richard Martin, propriétaire foncier et parlementaire britannique. Bien que ce dernier en soit membre fondateur, l'organisme est effectivement fondé par le révérend Arthur Broome, membre du clergé anglican, et Lewis Gompertz, auteur juif. En 1840, cet organisme précurseur de la Société d'aide à l'enfance devient, par ordonnance de la reine Victoria, la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA).

Le mouvement de protection des animaux est introduit en Amérique du Nord par Henry Bergh. Après une visite à la RSPCA, il fonde à New York l'American SPCA en 1866. La même année, une loi assurant la protection des animaux est adoptée. Établie à Montréal en 1869, la Société canadienne de protection des animaux est la première du genre au Canada, bientôt suivie d'entités locales à Québec (1870), à Ottawa (1871) et à Toronto (1873). Actuellement, il existe des SPA dans les grandes villes du Canada et dans quelque 85 municipalités. Ce sont tous des organismes de bienfaisance à but non lucratif. La plupart recueillent des animaux perdus ou abandonnés, principalement des CHATS et des CHIENS, et sont souvent chargés du contrôle des animaux au nom de la municipalité. Beaucoup sont régis par les SPA provinciales ou par les lois sur la protection des animaux, lesquelles les habilitent à enquêter sur les plaintes de cruauté envers les animaux et, au besoin, à engager des poursuites. De même, les agents des SPA peuvent se référer aux articles du Code criminel du Canada relatifs à la cruauté envers les animaux. Ils ne peuvent pas porter d'arme à feu, mais peuvent, avec la permission des tribunaux, retirer des animaux maltraités à leur propriétaire.

Parallèlement à la multiplication des SPA, le besoin d'apporter des réponses collectives aux problèmes d'envergure nationale, tels le transport et l'abattage d'animaux destinés à l'alimentation, se faisait plus pressant. Ainsi, vers la fin des années 50, le Dr A.E. Cameron, médecin vétérinaire canadien retraité, le lieutenant-colonel Richard Taylor, président de la Société protectrice des animaux d'Ottawa, K. Switzer, directeur-général de cette même société, et le sénateur F.A. McGrand organisent des réunions visant à mettre sur pied une SPA nationale. En 1957, la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux (FSCAA), basée à Ottawa, est dotée d'une charte fédérale. Il s'agit d'un groupe de coordination des 42 sociétés membres autonomes, des SPA pour la plupart, mais qui comptent aussi d'autres organismes s'intéressant à certaines questions spécifiques par rapport au bien-être des animaux. La FSCAA ne participe pas à la gestion des activités quotidiennes des abris, mais elle s'attaque aux problèmes de plus grande envergure. Elle intervient auprès de 10 ministères fédéraux dont les sphères d'attributions recouvrent, d'une façon ou d'une autre, certains aspects de l'utilisation des animaux par les humains aux échelles nationale, internationale et interprovinciale.