Scotia Festival of Music

Scotia Festival of Music. Festival non compétitif présenté à Halifax sur une base annuelle, avec des programmes de printemps et d'été ainsi qu'une série de concerts durant l'hiver.

Scotia Festival of Music

Scotia Festival of Music. Festival non compétitif présenté à Halifax sur une base annuelle, avec des programmes de printemps et d'été ainsi qu'une série de concerts durant l'hiver. Le festival fut conçu par un groupe de musiciens de l'Orchestre symphonique de l'Atlantique et de l'Université de Dalhousie réunis en 1971 par Christopher Wilcox dans le but de multiplier les possibilités d'une activité musicale de haute qualité. En 1972, Robert Marcellus (ex-clarinette solo de l'Orchestre de Cleveland et cofondateur du festival) fut invité à donner des cours de maître et de musique de chambre. C'est ainsi que les Scotia Players furent fondés - nommés officiellement Scotia Chamber Players en 1976. Le groupe présenta un séminaire d'une semaine en 1980 - la Scotia School of Music Performance - à l'Arts Centre de l'Université de Dalhousie. Marcellus en fut le dir. mus. (et le demeura jusqu'en 1983, après quoi il fut nommé dir. mus. honoraire); Lynn Harrell (violoncelle), John Browning (piano) et Victor Yampolsky (violon et direction) y participèrent. William Tritt et Phillip Meyers (cor solo de l'Orchestre philharmonique de New York) furent parmi les invités. Le financement du festival fut assuré par le ministère de la Culture, des Loisirs et de la Forme physique de la Nouvelle-Écosse, la Maritime Telegraph and Telephone Company et le CAC.

En 1981, le festival, d'une durée de deux semaines, prit le nom de Scotia Festival of Music. Walter Trampler (alto), Charles Treger (violon), Phyllis Mailing (soprano) et Laurence Angell (contrebasse) étaient parmi les invités, suivis d'Anton Kuerti, Stanley McCartney (clarinette) et William Valleau (violoncelle) en 1982, puis de Jeanne Baxtresser (flûte) et Erica Goodman en 1983. En 1984, Wilcox (qui avait été administrateur et dir. artistique) devint dir. mus.; au nombre des artistes invités figuraient le Quatuor à cordes Orford, Louis Charbonneau (timbales), John Rapson (clarinette), Tritt, Yampolsky, Bratford Tracey (clavecin), Jaime Laredo (violon) et Nathaniel Rosen (violoncelle). Les oeuvres jouées au James Dunn Theatre of the Arts incluaient le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen, la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartók et l' Octuor de Mendelssohn. En 1985, on compta Maureen Forrester, Fred Sherry (violoncelle) et le Colorado String Quartet au nombre des invités. En plus des concerts, le festival présenta plus de 20 classes de maîtres, 5 concerts de jeunes artistes, des conférences, des démonstrations et des répétitions publiques. En 1986, le festival présenta sa première série d'hiver, dont il partagea les solistes avec Symphony Nova Scotia. Le festival d'été, consacré aux bois, accueillit Julius Baker (flûte), Marcellus (clarinette) et des chefs de pupitres d'orchestres canadiens et américains. Une exécution de la Sonate pour basson et piano de Glenn Gould souleva un intérêt pour cette oeuvre rarement jouée. Les classes de cordes furent confiées notamment à Ida Kavafian (violon) et Joel Quarrington. Les concerts furent enregistrés par la SRC à Halifax pour diffusion à l'émission « Arts National » . Shanadithit, une oeuvre de Michael Parker, fut exécutée durant le festival. Bernard Diamant et Rosemarie Landry participèrent au festival de 1987; Walter Trampler (alto) et Anne Epperson (piano) à celui de 1988. En 1989, le Scotia Festival Quartet (Andrew Dawes et Malcolm Lowe, violons, Steven Dann, alto, et Gary Hoffman, violoncelle) joua le Quatuor à cordes no 1 de R. Murray Schafer. Cette année-là, la série d'hiver présenta le choeur Orphei Drangar de Suède (Fils d'Orphée, un ensemble de voix d'hommes alors en tournée canadienne qui avait commandé Magic Songs à Schafer). Au festival de 1990, Dawes fit entendre la Sonatine baroque de Murray Adaskin et Lois Marshall fut narratrice dans Façade de Walton. Le dir. mus. invité du festival de 1991 fut Pierre Boulez qui amena avec lui son Ensemble InterContemporain, leur première visite ensemble au Canada. Des oeuvres avaient été commandées pour cette tournée aux Canadiens Denis Dion et Keith Hamel. Pour la première fois cette année-là, un concours de composition prit place, ouvert aux Canadiens demeurant au Canada : les gagnants Hope Lee et Juhan Puhm (Barrie, Ont.), entendirent leurs oeuvres respectives Nabripamo et Mosaic créées sous la direction de Boulez. Le Scotia Festival Orchestra, augmenté de membres de Symphonia Nova Scotia, du Nouvel ensemble moderne et de Nexus, fit entendre des oeuvres orchestrales.

Le nombre de concerts d'été (sauf les concerts d'étudiants) a varié entre six et huit et celui de la série d'hiver, entre quatre et six. Le festival a poursuivi sa série pour jeunes artistes et le programme SAMS (Sponsor-a-Music-Student) a distribué des subventions aux étudiants en musique de tous âges pour auditionner et assister aux concerts. La NSMEA a accordé une bourse pour le festival à une personne habitant la Nouvelle-Écosse.


Lecture supplémentaire

  • Senchuk, Barbara. 'Scotia Music Festival - a raffle and a gamble,' Music, vol 5, Sep-Oct 1982

    Wilcox, Christopher. 'The Scotia Festival of Music and Pierre Boulez,' TourArts, Jan 1990

    MacDonald, Bruce. 'Banner year for Scotia Festival of Music,' OCan, vol 18, Feb/Mar 1991

    'Scotia Festival names competition winners,'. Probe, vol 2, May 1991