Massue, Nicholas

Nicholas (Nicolas) Massue. Ténor (Varennes, près Montréal, 31 juillet 1903 - 1er juillet 1974). Dès l'âge de cinq ans, il fit avec ses parents de longs séjours en Italie, faisant ses études scolaires à Florence, Rome, et Fribourg, Suisse.
Nicholas (Nicolas) Massue. Ténor (Varennes, près Montréal, 31 juillet 1903 - 1er juillet 1974). Dès l'âge de cinq ans, il fit avec ses parents de longs séjours en Italie, faisant ses études scolaires à Florence, Rome, et Fribourg, Suisse.


Massue, Nicholas

Nicholas (Nicolas) Massue. Ténor (Varennes, près Montréal, 31 juillet 1903 - 1er juillet 1974). Dès l'âge de cinq ans, il fit avec ses parents de longs séjours en Italie, faisant ses études scolaires à Florence, Rome, et Fribourg, Suisse. Ce n'est toutefois qu'à 24 ans qu'il s'orienta vers la carrière de chanteur. À Florence, il étudia avec le célèbre baryton Mario Ancona puis alla se perfectionner à Milan. Sous le nom de Giuseppe Massù, il débuta à Lecco (1931) dans le rôle du Duc de Rigoletto et obtint d'élogieuses critiques pour sa tenue vocale et scénique. Il chanta subséquemment à Catane, Syracuse, Trieste, Palerme et Legnano pour arriver finalement au Teatro alla Scala de Milan (1934) où il débuta dans le rôle de Lorenzo de Fra Diavolo d'Auber. La Scala lui confia bientôt les premiers rôles d'oeuvres importantes comme Faust, Lohengrin et Mefistofele. Il participa à la création de deux opéras, La Favola d'Orfeo de Casella (Venise 1932) et La Farsa amorosa de Zandonai (Rome 1933).

Engagé par le Metropolitan Opera, il y fit ses débuts le 16 mai 1936 dans le rôle du Duc de Rigoletto. Il y fit ensuite cinq saisons (1936-41), interprétant divers rôles dont Arturo (Lucia di Lammermoor), l'Astrologue (Le Coq d'or), Cassio (Otello), Paris (Roméo et Juliette), le Chanteur italien (Der Rosenkavalier), Narraboth (Salomé), Parke (The Man Without a Country de Damrosch) et quelques autres. À Montréal, il fut soliste de La Passion selon saint Matthieu lors du premier festival de l'Orchestre des CSM en juin 1936 et fut à nouveau soliste lors d'un concert régulier en janvier 1938. Le 18 octobre 1937, il donna à l'auditorium Le Plateau un récital que Frédéric Pelletier, dans Le Devoir du lendemain, qualifia de « belle soirée d'art vocal ».

De mentalité, éducation et formation, Massue était devenu un véritable artiste italien. Ce fut pour lui une immense déception quand, au moment de la Deuxième Guerre mondiale, l'Italie annula tous ses contrats à cause de sa nationalité canadienne. Massue s'enrôla alors dans l'ARC et se retira par la suite dans le manoir familial de Varennes. Pour plusieurs, cet abandon volontaire d'une carrière plus que prometteuse demeure inexplicable. Ses intimes savent cependant que les années de guerre l'avaient profondément marqué et qu'il préférait une vie retirée auprès de sa mère.

La voix de ce ténor, « dont le timbre rappelait celui de Lauri-Volpi » selon le New York Herald-Tribune, peut être entendue dans l'enregistrement Great Scenes from Verdi's Otello où il tient le rôle de Cassio aux côtés de Jepson, Martinelli et Tibbett, avec le choeur et l'orchestre du Metropolitan Opera sous la direction de Wilfrid Pelletier. Il était chevalier de l'Ordre papal du Saint-Sépulcre.


//