Lutte professionnelle

La lutte professionnelle est peut-être le sport professionnel le plus ancien auquel s'exercent les hommes. En fait, autant les riches que les pauvres pratiquent la lutte depuis des siècles pour gagner leur vie.

Lutte professionnelle

La lutte professionnelle est peut-être le sport professionnel le plus ancien auquel s'exercent les hommes. En fait, autant les riches que les pauvres pratiquent la lutte depuis des siècles pour gagner leur vie. De nombreux athlètes remarquables sont devenus riches et célèbres grâce à l'attrait qu'exerce ce sport. Toutefois, la lutte professionnelle moderne au Canada et aux États-Unis tient davantage du spectacle que du sport. Il est désormais plus important d'être haut en couleurs que d'être athlétique. Gene Kiniski est peut-être le lutteur canadien professionnel le plus connu présentement. Le 7 janvier 1966, il défait le vétéran Lou Thesz grâce à deux chutes contre une et devient ainsi le champion du monde des poids lourds professionnels. Kiniski, une ancienne étoile de l'équipe de football les Eskimos d'Edmonton, avait déjà acquis une certaine notoriété en défaisant le champion de l'empire britannique, « Whipper Billy »WATSON. Parmi les autres canadiens champions du monde, on compte Dan McLeod, de Montréal, connu sous le nom de George Little, champion du monde en 1902. En 1908, May Cullen, de Toronto, défait la championne du monde et remporte une bourse de 25 dollars. En 1947, « Whipper Billy » Watson devient champion du monde des poids légers, mais, en 1948, perd son titre qu'il récupère en 1956. On compte aussi d'autres lutteurs canadiens professionnels populaires en Amérique du Nord, dont Yukon Eric, qui perd une oreille au cours d'un des 15 matchs âprement disputés contre « Killer Kowalski », Édouard Carpentier, neveu du champion du monde de boxe Georges Carpentier et Maurice « Mad Dog » Vachon, qui a pris sa retraite dernièrement.


En savoir plus