Lise Daoust

Lise Daoust. Flûtiste, professeure (Montréal, 15 mai 1950). Premiers prix flûte, lecture à vue (Cons. d'Orléans) 1972. Après avoir étudié au CMM, elle alla se perfectionner au Cons. d'Orléans, France, en 1972 et remporta le Concours Léopold Bellan de Paris la même année. Elle fut admise au Cons.

Lise Daoust

Lise Daoust. Flûtiste, professeure (Montréal, 15 mai 1950). Premiers prix flûte, lecture à vue (Cons. d'Orléans) 1972. Après avoir étudié au CMM, elle alla se perfectionner au Cons. d'Orléans, France, en 1972 et remporta le Concours Léopold Bellan de Paris la même année. Elle fut admise au Cons. de Paris (1972-75) où elle étudia sous la direction d'Alain Marion, Christian Lardé et Jean-Pierre Rampal qui devait écrire d'elle dans une lettre manuscrite (10 octobre 1976) : « Sa sensibilité et son intelligence musicale la placent dans le peloton de tête de sa génération. » Elle revint au Québec en 1976, après avoir été deuxième flûte à l'Orchestre des Concerts Pasdeloup et titulaire de la classe de flûte du Cons. de Poissy (1975-76). En 1980, elle devint professeure à l'Université de Montréal. Lise Daoust a été soliste invitée à plusieurs reprises à la SMCQ et à la SRC où elle avait réalisé en 1991 plus de 15 émissions de radio et de télévision. Outre trois tournées en Europe (1980, 1983, 1987), elle effectua un stage à l'IRCAM en 1986. À son répertoire figurent des oeuvres de toutes les époques et de tous les styles mais elle excelle particulièrement dans le domaine de la musique contemporaine. En 1988, elle mérita le Prix Flandre-Québec pour son apport à la musique contemporaine et en 2009, elle est nommée ambassadrice du CENTRE DE MUSIQUE CANADIENNE en reconnaissance de son extraordinaire contribution à la nouvelle scène musicale du Canada. Elle a fait la création d'œuvres de compositeurs canadiens dont Trois solos d'un personnage d'Alain GAGNON (1977) et Zone grise de René Lussier (1990). En 1990, elle donna la première nord-américaine de Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem pour flûte et bande de Stockhausen, pièce qu'elle avait travaillée auprès du compositeur et de la flûtiste Kathinka Pasveer. À l'issue de ce concert, le critique Claude Gingras écrivit : « ... elle ne semble connaître aucun problème de technique et, mieux encore, son discours possède la musicalité, l'expression et le naturel caractéristiques de l'artiste complet » (La Presse, Montréal, 5 février 1990).

Discographie

La Flûte moderne : Couperin, C.P.E. Bach, J. Hétu, A. Lalonde, Vivier : Sigmund clavn, Blondin p; 1982; RCI 535, (Hétu) 4-ACM 31 (CD), (Vivier) 4-ACM 36 (CD).

P. Ménard Ré-à-Lise : 1984; CAPAC WRC5-4420.

Mozart et les oiseaux : Mozart, Messiaen, Gougeon et autres; Bessette p; 1989; RCI 650 (CD).

Papineau-Couture Églogues, Verségères : Jalbert contralto, Goyette p; (1988); RCI 647.

Vivier Paramirabo : Lupien vn, Lamothe vc, L.-P. Pelletier p; 1988; Dob-Yppan DO-99 et 4-ACM 36 (CD).


Lecture supplémentaire

  • Méthot, Ève. 'Lise Daoust a vendu son âme au diable,' Musicien québécois, vol 3, Apr 1991