Huron Brant

Huron Eldon Brant, soldat mohawk, héros de guerre, mécanicien automobile (né le 30 décembre 1909 à Deseronto, en Ontario; mort le 14 octobre 1944 près de Bulgaria, en Italie). Huron Brant a reçu la Médaille militaire (MM) pour avoir attaqué un ennemi supérieur en forces durant la bataille de Grammichele en Sicile (voirDeuxième Guerre mondiale), mais il a été tué ensuite au cours d’une bataille en Italie continentale (voir Campagne d’Italie).



Jeunesse

La mère d’Huron Brant, Elizabeth, est une Mohawk de la Première Nation de la baie de Quinte. À l’école, Huron Brant est un élève moyen qui s’entend bien avec ses professeurs. Il pratique la crosse et la boxe, des sports qu’il poursuivra après avoir quitté l’école, après sa septième année. Il se marie en 1930 et travaille comme mécanicien automobile pendant sept ans. Il n’a pas d’enfant avec sa femme Irene.

Service de guerre

Après le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), Huron Brant s’enrôle dans le Hastings and Prince Edward Regiment (Hast & PER), le 24 avril 1940, à Picton, en Ontario. Il est âgé de 30 ans. Durant un entretien médical, en mai 1944, un médecin note qu’il dit s’être enrôlé « parce que la plupart des membres de sa famille l’ont fait et qu’il voulait rester avec eux ».

Après avoir terminé sa formation de carabinier d’infanterie, Huron Brant s’embarque pour l’Angleterre en juillet 1940, dans le cadre d’une mobilisation de renfort pour son unité qui s’y trouve déjà depuis janvier 1940. En Angleterre, il reçoit une nouvelle formation. À la mi-décembre 1942, son entraînement s’oriente vers l’attaque d’une côte occupée par l’ennemi, incluant l’utilisation de filets de sauvetage, de barges et de débarquements amphibies. Plus tard, Huron Brant est assigné à la Compagnie A de son unité. Le Hast & PER est l’un des trois bataillons d’infanterie de la 1re Brigade d’infanterie, qui est elle-même l’une des trois brigades de la 1re Division d’infanterie canadienne (voir Armée canadienne).

Opération Husky

Quand il est devenu clair qu’ils sont sur le point de vaincre les forces allemandes en Afrique du Nord, les Alliés décident, à la conférence de Casablanca, en janvier 1943, que leur prochaine opération majeure sera une invasion de la Sicile, en Italie. Fin avril, la 1re Division d’infanterie canadienne et la 1re Brigade blindée canadienne constituent la contribution canadienne à l’opération Husky, le nom de code de l’invasion alliée de la Sicile (voir Campagne d’Italie).

Le 13 juin 1943, Huron Brant et ses camarades de la Compagnie A s’embarquent sur le HMT Derbyshire à Greenoch, en Écosse. Quinze jours plus tard, ils appareillent dans un vaste convoi à destination de la Sicile. Le Hast & PER est désigné comme l’un des principaux bataillons d’assaut du secteur de la 1re Division sur la côte sud-est de l’île montagneuse, près de Pachino. Le 10 juillet, les Canadiens débarquent, avec la 1re Brigade à leur droite et la 2e Brigade à leur gauche. La Compagnie A d’Huron Brant, en réserve, est débarquée au mauvais endroit, quelque 4 600 mètres trop à l’ouest. Heureusement, cette erreur n’a pas de conséquences à long terme, et les compagnies du bataillon sont rapidement réunies. Le lendemain, le Hast & PER pénètre dans les terres.

Grammichele

La première action majeure à laquelle participent Huron Brant et ses camarades est une attaque contre une ville située sur une colline, Grammichele (voir Campagne d’Italie). C’est aussi la première fois que des Canadiens affrontent les troupes allemandes. Huron Brant reçoit la Médaille militaire (MM) pour sa bravoure. La citation se lit ainsi :

Durant la bataille pour Grammichele, le 14 juillet 1943, le soldat H.E. Brant s’est distingué par son attaque prompte et courageuse, avec sa mitrailleuse Bren, d’une force ennemie d’une trentaine d’hommes, infligeant de sérieuses pertes. Le soldat H.E. Brant a totalement négligé sa sécurité personnelle devant un feu ennemi très nourri, et a rendu possible la mort ou la capture de la force ennemie dans son ensemble.

L’action d’Huron Brant a contribué à la prise du village et a forcé l’ennemi à retraiter, permettant aux Canadiens de reprendre leur progression dans le territoire. Honneur très rare, le général Bernard Montgomery, commandant de la 8e Armée, a personnellement épinglé la Médaille militaire sur la poitrine d’Huron Brant, au cours d’une cérémonie dans un verger de Catanzaro, dans la péninsule italienne, en septembre 1943.

Huron Eldon Brant en 1943

Le lieutenant-général sir Bernard Montgomery remet la Médaille militaire au caporal H.E.Brant, du Hastings and Prince Edward Regiment, à Catanzaro, en Italie, en septembre 1943.

Mort

En septembre 1943, la conquête de la Sicile étant achevée, les Alliés envahissent l’Italie continentale (voir Campagne d’Italie). Au cours des mois suivants, des combats très ardus se déroulent dans la botte italienne. Le stress continuel fait son œuvre et Huron Brant tombe physiquement et mentalement malade. Le 19 décembre 1943, après avoir été blessé, il rencontre un psychiatre militaire qui diagnostique un épuisement mental. Plus tard, en mai 1944, un autre psychiatre lui diagnostique une légère psychonévrose, ce que l’on appelle aujourd’hui trouble de stress post-traumatique (TSPT). La psychonévrose, alors appelée « obusite », touche près de 10 % des soldats dans la zone de combats.

Dans son histoire du Hast & PER, l’auteur d’après-guerre (et environnementaliste convaincu) Farley Mowat (l’un des trois commandants de peloton de la Compagnie A d’Huron Brant) décrit ainsi le TSPT : « Il y avait des hommes qui avaient fait cinq ans de service actif, et passé un an et demi continuellement au combat, et dont les nerfs n’étaient plus que des gaines vides — des hommes qui avaient donné leurs réserves jusqu’à la lie, et qui craignaient qu’une seule bataille de plus les réduise à un amas de poussière palpitante. » Huron Brant n’en est pas encore là, et il est renvoyé au combat. Pendant son entretien avec le psychiatre, en 1943, Huron Brant remarque qu’il « aime l’armée ».

Le 10 octobre 1944, après une période de repos, le Hast & PER relève une unité britannique pour l’étape suivante de l’avance alliée dans le nord de l’Italie. Quatre jours plus tard, le bataillon affronte une solide position allemande dans le village de Bulgaria. Pendant une offensive contre le village, Huron Brant et sa section de cinq hommes sont tués dans un fossé étroit où ils se retrouvent pris de flanc sous le feu ennemi. Huron Brant est enterré dans une tombe temporaire sur le bord de la route. Plus tard, ses restes sont transportés dans le cimetière de la Commonwealth War Graves Commission à Cesena, en Italie.

Postérité

Dans le territoire mohawk de Tyendinaga, à Deseronto, en Ontario, un mémorial de marbre est dédié à la mémoire des victimes locales de la Deuxième Guerre mondiale (voir aussi Les peuples autochtones et la Seconde Guerre mondiale). Le nom d’Huron Brant est gravé dans la pierre avec une douzaine d’autres. Une rue, Huron Brant Drive, porte aussi son nom dans le territoire.


Liens externes