Christie Blatchford

Christie Blatchford, journaliste, chroniqueuse de presse écrite, écrivaine, animatrice (née le 20mai1951 à Rouyn-Noranda, au Québec; décédée le 12 février 2020 à Toronto, en Ontario). Christie Blatchford est l’une des journalistes les plus connues au Canada. Au cours d’une carrière s’étendant sur cinq décennies, elle écrit pour tous les quotidiens nationaux du Canada, du Globe and Mail au Toronto Star, en passant par le National Post et le Toronto Sun. Elle publie également plusieurs ouvrages, dont Fifteen Days: Stories of Bravery, Friendship, Life and Death from Inside the New Canadian Army (2008), lauréat d’un Prix littéraire du Gouverneur général pour les études et les essais. En 1999, elle remporte le Concours canadien de journalisme pour ses chroniques, puis est intronisée au Canadian News Hall of Fame en novembre 2019. De tendance conservatrice, ses écrits traitent principalement de crimes, de souffrance humaine et de justice pénale. Ses opinions souvent controversées suscitent tollés généralisés et réactions médiatiques.



Jeunesse et début de carrière

Christie Blatchford grandit à Rouyn-Noranda, au Québec, où son père gère la patinoire et le centre communautaire de l’endroit. Attirée dès l’enfance par le journalisme, elle va jusqu’à éditer et distribuer son propre journal à la patinoire. Elle emménage avec sa famille à Toronto pendant ses études secondaires.

Pendant ses études de journalisme à l’Institut polytechnique Ryerson de Toronto (aujourd’hui l’Université Ryerson), Christie Blatchford occupe un emploi de réviseuse à temps partiel au Globe and Mail. Après avoir reçu son diplôme en 1973, elle y fait ses débuts à titre de reporter. Elle décroche son premier grand scoop en 1974 lorsqu’elle accompagne l’équipe de soutien de Cindy Nicholas lors de sa traversée du lac Ontario à la nage en un temps record. Elle devient ensuite chroniqueuse sportive pour le même quotidien, une des premières femmes en Amérique à occuper ce poste, ainsi que chroniqueuse pour le Toronto Star.

Carrière de journaliste

Christie Blatchford rejoint ensuite le Toronto Sun, où elle signe pendant près d’une vingtaine d’années des chroniques axées sur le style de vie et la ville de Toronto. Elle se met à écrire pour le National Post en 1998 dans la foulée du lancement de ce quotidien, qu’elle rejoint à nouveau en 2011 après avoir quitté le Globe and Mail, où elle était chroniqueuse depuis 2003.

Au fil des ans, Christie Blatchford reçoit sa part d’éloges tout comme de critiques. Considérée comme une écrivaine conservatrice, ses opinions provoquent tollés et vives réactions médiatiques. Ses écrits abordent divers sujets, souvent axés sur la criminalité, la souffrance humaine et les affaires de justice pénale. Elle couvre notamment les procès de Paul Bernardo et Karla Homolka, Russell Williams, Jian Ghomeshi et Mike Duffy.

En 1999, Christie Blatchford remporte le Concours canadien de journalisme pour ses chroniques. Outre ses articles de journaux et ses livres, elle est commentatrice à la radio aux stations CFRB de Toronto et CJAD de Montréal.

Livres et controverses

Spectator Sports, premier ouvrage de Christie Blatchford paru en 1986, est un recueil de ses chroniques au Toronto Sun remplies d’observations divertissantes sur la vie, l’amour et l’actualité. En 1988, elle publie une collection d’essais semblables intitulée Close Encounters. Les deux œuvres font partie de la sélection pour la médaille du meilleur livre d’humour du Stephen Leacock Memorial Award.

En 2006, elle passe six mois en Afghanistan à titre de journaliste intégrée aux Forces armées canadiennes. Son troisième ouvrage, Fifteen Days : Stories of Bravery, Friendship, Life and Death from Inside the New Canadian Army (2008), est tiré de cette expérience et lui vaut en 2008 le Prix littéraire du Gouverneur général pour les études et les essais. Le livre se concentre sur 15 jours importants ayant marqué la présence des Forces armées canadiennes en Afghanistan. Dans le cadre de son travail de recherche, Christie Blatchford prend le temps de connaître les soldats du régiment Princess Patricia’s Canadian Light Infantry et leur famille. Elle relate avec tendresse mêlée d’inquiétude les victoires, les épreuves et les tragédies qui touchent les soldats et leur famille au Canada. Mené par sa plume, le lecteur s’imprègne d’un monde de guerre qui lui est d’ordinaire inaccessible. On reproche toutefois à l’auteure d’avoir fait fi des perspectives de ceux qui s’opposent à la guerre en Afghanistan ou qui doutent de son bien-fondé.

Le quatrième ouvrage de Christie Blatchford, publié en 2010 et intitulé Helpless : Caledonia’s Nightmare of Fear and Anarchy, and How the Law Failed All of Us, suscite la controverse et vaut à l’auteure des accusations de racisme envers les peuples autochtones. Le livre se veut une condamnation de l’inaction du gouvernement et des forces policières lors du conflit concernant des territoires contestés entre les habitants des Six Nations de la rivière Grand et des promoteurs immobiliers dans les environs de Caledonia, en Ontario, conflit aboutissant à l’érection de barrages routiers. Christie Blatchford sympathise avec les parties non autochtones du conflit, omettant toutefois complètement la perspective autochtone. Tant ses détracteurs que ses admirateurs s’entendent pour dire qu’elle ne n’est pas suffisamment appuyée sur le contexte historique du conflit, en dressant de ce fait un portrait incomplet.

Christie Blatchford génère à nouveau la controverse en 2013. Nombreux sont les lecteurs qui estiment que sa chronique sur Rehtaeh Parsons, une adolescente de Nouvelle-Écosse qui se suicide après avoir été agressée sexuellement, rejette le blâme sur la victime. Dans un message publié sur Facebook, la mère de la défunte qualifie l’article de « biaisé, dégradant et accablant ».

Distinctions et décès

En plus d’un Prix littéraire du Gouverneur général et du prix du Concours canadien de journalisme, Christie Blatchford remporte le Prix Dunlop à plusieurs reprises, ainsi que le Prix George Jonas de la liberté 2019. En 2016, elle est en outre finaliste pour le prix Shaughnessy Cohen de l’écriture politique.

Christie Blatchford est intronisée au Canadian News Hall of Fame en novembre 2019. Le même mois, on lui diagnostique un cancer du poumon. La maladie l’emporte à l’âge de 68 ans. La journaliste du Toronto Sun Liz Braun dira ensuite d’elle qu’« elle est devenue un monstre sacré du journalisme grâce à son traitement des affaires criminelles et des tribunaux. Ses écrits ont changé le visage de la couverture des tribunaux ». Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, la qualifie de légende, tandis que sa prédécesseure Kathleen Wynne dit que Christie Blatchford était « une journaliste formidable doublée d’une femme débordant d’intelligence, de fougue et d’esprit. »