Charny

L'essor de Charny est lié au chemin de fer. Vers la fin du XIXe siècle, le Grand Trunk Railway et l'Intercolonial Railway passent à l'ouest de La Hêtrière, sur une parcelle de la seigneurie de Lauzon.


Charny

  Charny, ville du Qc; pop. 10 507 (recens. 2001), 10 661 (recens. 1996), 10 239 (recens. 1991); superf. 8,07 km2; const. en 1965; située à seulement 12 km de QUÉBEC, sur la rive Sud du fleuve Saint-Laurent et en face de SAINTE-FOY, à la sortie du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte. Charny est délimitée à l'ouest par la RIVIÈRE CHAUDIÈRE.

Historique

L'essor de Charny est lié au chemin de fer. Vers la fin du XIXe siècle, le Grand Trunk Railway et l'Intercolonial Railway passent à l'ouest de La Hêtrière, sur une parcelle de la seigneurie de Lauzon. Cette région, connue sous le nom de Chaudière Junction ou West Junction, attire plusieurs familles cherchant de l'emploi dans l'industrie du chemin de fer.

En 1903, la concession de La Hêtrière se sépare de SAINT-JEAN-CHRYSOSTOME et forme la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours de Charny, avec une population de 445 habitants. En 1965, la paroisse devient la ville de Charny et compte 4564 habitants. Son nom vient de Charles de Lauzon, sieur de Charny, fils de Jean de Lauzon qui fut gouverneur de la Nouvelle-France.

Situation actuelle
Depuis 1965, la population de Charny a plus que doublé, mais l'activité industrielle y est réduite comme il s'agit avant tout d'un centre commercial et résidentiel. Le parc des Chutes-de-la-Chaudière se trouve sur la rivière Chaudière. Les eaux de la rivière semblent bouillir en tombant du haut des chutes de 35 m dans un large bassin en forme de chaudière d'où s'élève la vapeur.