Naviguer "Communautés et sociologie"

Afficher 481-500 de 611 résultats
Article

Quêtes de vision

Inventé par des anthropologues du 19e siècle, le terme « quêtes de vision » (vision quest, en anglais) décrit un voyage spirituel dans diverses cultures autochtones au cours duquel les participants, souvent des adolescents, sont censés acquérir des connaissances sacrées et de la force du monde des esprits. Pratiquées comme un rite de passage dans certaines cultures autochtones en Amérique du Nord, notamment les Siksikas (Pieds-Noirs), les Cris, les Anishinaabe (y compris les Ojibwés) et les Inuit, les quêtes de vision reflètent le rôle de la spiritualité et de la pensée contemplative dans les cultures autochtones et créent un lien important entre le participant, le Créateur et la nature. Bien qu’elles moins courantes depuis la colonisation, les quêtes de vision font toujours partie des traditions culturelles des populations autochtones au Canada à l’ère moderne.

Article

Racisme

​Le racisme est une idéologie prônant que les humains peuvent être divisés selon différents groupes raciaux avec diverses caractéristiques héritées et immuables.

Article

Rafle des années soixante

La « rafle des années soixante » désigne l’enlèvement à grande échelle, ou « rafle », des enfants autochtones à leur domicile, à leur communauté et à leur famille d’origine dans les années 1960, ainsi que leur adoption ultérieure par des familles de classe moyenne, la plupart non autochtones, aux États-Unis et au Canada. Cette expérience a privé de nombreux adoptés de leur sentiment d’appartenir à un groupe culturel. Cette séparation physique et émotionnelle des enfants continue aujourd’hui à se faire ressentir sur les adoptés devenus adultes et sur les communautés autochtones.

Article

Ralliement national des Métis

Le Ralliement national des Métis représente plus de 350 000 membres de la nation métisse, dont la population se trouve en Alberta, au Manitoba, en Saskatchewan et dans certaines parties de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et des Territoires du Nord-Ouest. Il naît au début des années 1980 pendant le débat constitutionnel intense sur les droits ancestraux. Le Ralliement national des Métiscontinue de défendre la cause d’une nation métisse culturellement et politiquement à part, ancrée dans l’Ouest canadien, qui continue à revendiquer l’autonomie administrative, des territoires et d’autres droits ancestraux.

Article

Rébellion de la rivière Rouge

La rébellion de la rivière Rouge (aussi appelée résistance à la rivière Rouge) est un soulèvement violent ayant eu lieu de 1869 à 1870 dans la colonie de la rivière Rouge. Elle est déclenchée par le transfert du vaste territoire appelé « Terre de Rupert » au nouveau Dominion du Canada. La colonie, composée de fermiers et de chasseurs, dont la plupart sont des Métis, occupe un coin de la Terre de Rupert, et craint de perdre, sous le contrôle canadien, leur culture et leurs droits fonciers. Les Métis fomentent une rébellion, et déclarent un gouvernement provisoire, qui négociera les conditions selon lesquelles le territoire entrera dans la Confédération. La résistance mène à la création de la province du Manitoba, et à l’émergence du chef métis Louis Riel. Héros aux yeux de son peuple et de plusieurs Québécois, il est toutefois considéré comme un hors-la-loi par le gouvernement fédéral.

Article

Rébellion du Bas-Canada

En 1837 et en 1838, des rebelles canadiens-français au Bas-Canada ont pris les armes contre la Couronne britannique au cours de deux soulèvements sanglants. Ces deux rébellions causent la mort de plus de 300 personnes et font suite à des années de tensions entre la minorité anglophone et les aspirations nationalistes grandissantes de la majorité francophone. La campagne des rebelles contre le régime britannique est un échec, mais leur révolte a précipité la réforme politique, y compris la création de la Province unie du Canada et l’adoption d’un gouvernement responsable. Ces rébellions donnent aussi aux Canadiens français l’un de leurs premiers héros nationalistes, Louis-Joseph Papineau.

Article

Rébellion du Haut-Canada

La rébellion du Haut-Canada en 1837 a moins d’ampleur et est moins violente que celle du Bas-Canada qui se déroule la même année. Néanmoins, les demandes des chefs du soulèvement, dont William Lyon Mackenzie, sont tout aussi sérieuses. Ils réclament en effet une réforme démocratique et la fin de l’oligarchie coloniale. La rébellion échoue, mais cette défaite trace la voie d’un changement politique modéré et prudent en Amérique du Nord britannique, notamment l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada sous la bannière de la Province du Canada et l’adoption d’un gouvernement responsable.

Article

Rébellions de 1837–1838

Le Haut-Canada et le Bas-Canada sont bouleversés de 1837 à 1838 par des rébellions contre la Couronne britannique et la situation politique dans la colonie. Le soulèvement est plus important et plus violent au Bas-Canada.

Article

Recensement canadien

Un recensement est le dénombrement de la population d’une région donnée. Au Canada, il existe deux types de recensement : le recensement de la population et le recensement de l’agriculture, qui sont tous deux menés de façon quinquennale par le ministère fédéral Statistique Canada. Le recensement de la population — le plus important des deux — rassemble divers renseignements démographiques, dont le lieu de résidence, l’âge, le sexe, l’état matrimonial et l’ethnicité. Ces données sont utilisées par le gouvernement fédéral pour établir les limites des circonscriptions électorales, pour effectuer des paiements de transfert fédéraux (fonds versés aux provinces) et pour encadrer divers programmes sociaux et politiques connexes (p. ex., le Régime de pensions du Canada, les soins de santé et l’éducation). De plus, les données sont partagées aux organisations non gouvernementales et au grand public ; certains anciens rapports sont également offerts en consultation libre, notamment pour les amateurs de généalogie.

Article

Refus global

   Refus global est un manifeste dont l'essai principal, contresigné par 15 membres du mouvement AUTOMATISTE, est rédigé par Paul-Émile BORDUAS.

Article

Refus Global Manifeste

Rejetons de modestes familles canadiennes françaises, ouvrières ou petit bourgeoises, de l'arrivée du pays à nos jours restées françaises et catholiques par résistance au vainquer, par attachement, arbitraire au passé, par plaisir et orgueil sentimental et autres nécessités.

Article

Relations extérieures du Canada

Au cours de son histoire, le Canada a adopté des mesures de plus en plus ambitieuses pour passer d’une colonie britannique à une nation indépendante. Sa participation aux deux guerres mondiales s’est avérée une charnière de cette transition : ses sacrifices militaires lui ont donné la force et le courage de demander une voix qui lui est propre sur la scène internationale. Après les grandes guerres, le pays maintient sa place au sein d’alliances occidentales et mondiales. Cependant, ce sont ses relations avec les États‑Unis – d’une importance particulière pour sa sécurité et son commerce – qui dominent la politique étrangère canadienne depuis la Confédération.

Article

Religion

La religion (du latin religio, « conscience scrupuleuse, vénération ») peut être définie comme la relation entre l’être humain et sa source de valeur transcendante.

Article

Religion et spiritualité des Autochtones au Canada

Très diverses, les religions des Premières nations, des Métis et des Inuits au Canada sont constituées d’un ensemble complexe de coutumes sociales et culturelles qui permettent d’entrer en contact avec le sacré et le surnaturel. Le christianisme, propagé par les colons, les missionnaires et les politiques gouvernementales, a profondément modifié la vie des Autochtones. Dans certaines communautés, des pratiques religieuses hybrides sont apparues alors que dans d’autres, la religion européenne a complètement remplacé les pratiques spirituelles traditionnelles. Bien que les administrateurs coloniaux et les missionnaires se soient efforcés de les supprimer, en particulier entre la fin du 19e siècle et le milieu du 20e siècle, les rites spirituels traditionnels ont été perpétués ou réintroduits par de nombreuses communautés autochtones contemporaines.