​Maestro Fresh Wes

Wesley Williams (connu sous le nom de Maestro), rappeur, acteur, auteur, conférencier inspirant (né le 31 mars 1968 à Toronto, en Ontario). Un des premiers artistes à avoir enregistré du hip-hop, Maestro Fresh Wes est souvent considéré comme le « parrain canadien du hip-hop ». Son premier album, Symphony in Effect (1989), est le premier enregistrement d’un artiste noir canadien à obtenir une certification platine. Il offre également le simple « Let Your Backbone Slide », l’une des chansons canadiennes ayant remporté le plus grand succès et ayant exercé l’influence la plus importante de l’histoire. En 2019, c’est la première chanson rap à être intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Maestro sera treize fois finaliste et deux fois vainqueur des Prix Juno, notamment en 1991, l’année où un prix est pour la première fois octroyé pour un enregistrement de rap. Il est désigné « numéro un » de la liste 2013 des plus grands rappeurs canadiens établie par la CBC. Maestro devient un acteur à succès, un auteur et conférencier inspirant, tout en demeurant une figure de premier plan du hip-hop canadien.



Maestro Fresh Wes
Maestro Fresh Wes, le 9 janvier 2011.

Les jeunes années

Né dans une famille d’immigrants guyanais, Wes Williams, aîné de trois enfants, grandit à North York et Scarborough dans la banlieue de Toronto. Enfant, il prend des leçons de piano, tandis que son frère joue de la batterie et que son père, à l’origine de son intérêt pour la musique, joue du saxophone. Après avoir entendu, à l’âge de onze ans, « Rapper’s Delight » sur un album du groupe Sugarhill Gang que possédait son père, Wes Williams, qui écrit également de la poésie, décide qu’il veut être rappeur.

Il se plonge dans la culture hip-hop, s’adonnant au break dance, faisant crépiter les rimes et écoutant religieusement l’émission hip-hop de la station CKLN, The Fantastic Voyage, animée par Ron Nelson. Wes Williams décide de se faire appeler Melody MC et commence à produire des maquettes réalisées à domicile. Après être passé lui-même à Fantastic Voyage en 1982, il s’associe avec le rappeur Ebony MC, dont le véritable nom est Marlon Bruce. Ils forment un groupe appelé Vision Crew qui commence à se produire localement.


Éducation et début de carrière

Wes Williams assiste à des cours à l’Université Carleton à Ottawa pendant une année durant laquelle il joue dans l’équipe de football, la musique demeurant toutefois sa véritable passion. Après être revenu à Scarborough, il travaille comme agent de sécurité au centre commercial Parkway Mall. Cet emploi lui laisse suffisamment de temps pour écrire des chansons ; c’est également là, en passant devant une boutique Tuxedo Royale, que lui vient l’idée de se faire appeler désormais Maestro Fresh Wes. C’est environ à cette époque que le groupe Vision Crew se sépare et que Maestro Fresh Wes rencontre le jeune promoteur en herbe Farley « Flex » Fridal (qui sera plus tard juge à l’émission Canadian Idol) qui devient son gérant.

Inspiré par les enregistrements pionniers de la MC Michie Mee de Toronto, Maestro Fresh Wes commence à rassembler des maquettes avec le DJ LTD dont le vrai nom est Alva Swaby, notamment I’m Showing You. Ceci comprend la chanson « Let Your Backbone Slide ». Avec Flex et avec sa mère qui cosigne un prêt de 3 000 $, Maestro réussit tant bien que mal à rassembler 5 000 $ pour produire une vidéo de cette chanson. Il effectue une première percée significative en passant dans l’émission Electric Circus sur  MuchMusic. Après avoir vu sa prestation, le célèbre artiste de dance, Stevie B, présente Maestro aux directeurs artistiques de l’étiquette new-yorkaise LMR. Il signe un contrat avec LMR pour enregistrer un disque avec une distribution canadienne gérée par Attic Records.


Un succès soudain et spectaculaire

Le premier album de Maestro, Symphony in Effect (1989), est enregistré en deux semaines environ. La couverture de l’album, photographiée dans la cave de ses parents par son père, mélange les motifs liés à la musique classique et au rap ; Maestro y apparaît vêtu d’un smoking, arborant des colliers Black Power et maniant une baguette de chef d’orchestre. Le simple vedette de l’album, « Let Your Backbone Slide », réalise une performance inédite à marquer d’une pierre blanche. Il devient le premier simple de hip-hop canadien à intégrer le classement des quarante plus grands succès ; en mars 1990, la chanson est classée numéro dix au palmarès des simples de RPM. Le morceau obtient la certification or pour s’être vendu à plus de 50 000 exemplaires et demeurera la meilleure vente de simples Canadiens de hip-hop pendant plus de vingt ans. Il est surpassé par « Dangerous » de Kardinal Offishall et « Wavin’ Flag » de K’Naan en 2010.

Symphony in Effect, qui contient également le simple à succès « Drop the Needle ». L’album obtient la certification platine pour le Canada, faisant de Maestro Fresh Wes le premier artiste noir canadien à réaliser cet exploit. « Let Your Backbone Slide » est finaliste des Prix Juno dans la catégorie « meilleur enregistrement dance » en 1990 et dans la catégorie « simple » de l’année en 1991. Le succès du morceau conduit à la création, en 1991, de la catégorie « meilleur enregistrement de rap » pour les Prix Juno, une catégorie dans laquelle Maestro remporte le premier prix pour Symphony in Effect.

En 2016, le vidéoclip de la chanson « Drop the Needle », réalisé par Joel Goldberg, est classé parmi 150 œuvres essentielles de l’histoire du cinéma canadien dans le cadre d’un sondage auprès de 200 professionnels des médias mené par le TIFF, Bibliothèque et Archives Canada, la Cinémathèque québécoise et la Cinematheque de Vancouver en prévision des célébrations entourant le 150e anniversaire du Canada en 2017.


Une suite plutôt décevante

Après ce premier succès remarquable qui lui permet d’obtenir plusieurs dates de tournée avec Public Enemy, Maestro sort son deuxième album, Black Tie Affair (1991). Il offre le simple « Conductin’ Thangs », un morceau influencé par le ska, et la chanson « Nothin’ At All », une œuvre à forte connotation sociale dans laquelle Maestro évoque ouvertement le racisme dont sont victimes les peuples autochtones et les Noirs canadiens. Soucieux d’exploiter son succès initial pour favoriser l’essor de la scène hip-hop canadienne, il intègre sur ce deuxième album de nombreux artistes émergents, notamment Simone Denny et Thrust (dont le véritable nom est Chris France). Black Tie Affair vaut à Maestro deux places de finaliste pour les Prix Juno 1992 dans les catégories « chanteur masculin » et « enregistrement de rap de l’année ». En dépit d’une 24e place au classement des ventes d’albums et d’une certification or au Canada, ce deuxième opus ne réussit pas à reproduire le succès commercial du premier.

Déménagement à New York

Déçu de la réaction du public vis-à-vis de Black Tie Affair, Maestro déménage à Brooklyn en 1992. Il sort Maestro Zone (1992), une version revue de Black Tie Affair présentant quelques nouvelles chansons. Il commence à collaborer avec Showbiz – l’un des membres du duo favori du public Showbiz and A.G. – sur des morceaux au son plus brut, notamment le simple « Fine Tune da Mic » offert sur son troisième album, Naaah, Dis Kid Can't Be From Canada ?!! (1994). Il fait également évoluer son image, laissant tomber le smoking chic en faveur d’un haut de sport à capuche beaucoup plus proche du style décontracté de la rue. Bien que l’album fasse partie des finalistes dans la catégorie Enregistrement de rap de l’année pour les prix Juno 1995, il ne se vend bien ni au Canada ni aux États-Unis. Maestro devient artiste indépendant à New York.


Le retour au Canada

Après son retour à Toronto en 1996, Maestro écoute une compilation de musique canadienne sur CD comprenant « Let Your Backbone Slide » aux côtés de morceaux d’artistes comme Joni MitchellNeil Young et The Guess Who. « These Eyes », le grand succès du groupe The Guess Who en 1969, s’avère une formidable source d’inspiration. Il échantillonne le morceau sur « Stick to your Vision » une chanson qui lui donne l’occasion de revenir longuement sur le déroulement de sa carrière (« J’ai vu de nombreuses vallées, J’ai vu de nombreux sommets/J’ai vu l’amertume et la douceur, la victoire et la défaite/Parfois je suis tombé, mais une voix m’a murmuré/Fils, garde le cap de ta vision, observe soigneusement ta vie. »)

Il supprime le « Fresh Wes » de son nom et se fait désormais appeler simplement Maestro. Il signe un contrat d’enregistrement canadien avec Attic Records. Attic publie son cinquième album studio, Built to Last, en 1998. « Stick to your Vision », le simple vedette de l’album, entre au classement des quarante plus grands succès, culminant au 32e rang au palmarès des simples Canadiens de RPM. Built to Last permet également à Maestro de nouer des liens avec une nouvelle génération d’artistes hip-hop de Toronto ayant émergé en son absence. Inclus sont Choclair et Ghetto Concept qui sont présents sur l’album. Maestro poursuit cette démarche sur son album suivant, Ever Since (2000), sur lequel il collabore avec des rappeurs canadiens de premier plan comme Kardinal Offishall, Saukrates et Infinite. Malheureusement pour lui, sa maison de disques cesse ses activités deux semaines après la sortie de l’album, résultant en une quasi-absence de promotion.


Carrière d’acteur

En 2000, Maestro élargit la palette de ses activités au-delà de la musique pour privilégier essentiellement une carrière d’acteur. Il décroche des rôles de vedette invitée dans les séries télévisées Drop the Beat (2001), Platinum (2003) et Soul Food (2004) ainsi que de petits rôles dans des films comme Paid in Full (2002) avec Mekhi Phifer et Honey (2003) avec Jessica Alba. Il apparaît ensuite au générique des séries télévisées Metropia (2004-2005) et Instant Star (2004-2008) dans des rôles de soutien classiques. Il fait également partie de la distribution de Four Brothers (2005) avec Mark Wahlberg et de Poor Boy’s Game de Clément Virgo (2007) dont la bande-son intègre deux de ses chansons.

En 2009, il est finaliste lors des Prix Gemini dans la catégorie « meilleur acteur de soutien » pour son rôle dans la série The Line (2008-09) diffusée sur The Movie Network et coécrite par George F. Walker. Après avoir obtenu des rôles d’invité vedette dans plusieurs autres séries télévisées, il endosse les habits d’un professeur dans la série comique à grand succès de Gerry Dee diffusée sur la CBCMr. D (2012-2018).


Le retour à la musique

Toutefois, Maestro n’abandonne pas sa carrière musicale : tout au long des années 2000, il se produit occasionnellement avec des groupes hip-hop comme Classified et Ghetto Concept. En 2005, il sort une compilation de ses meilleurs morceaux intitulée Urban Landmark : 1989-2005. Il publie aussi une reprise de Criminal Mind de Gowan, un morceau sur lequel apparaît le rappeur Infinite. Il est présent au Sommet du hip-hop organisé par la CBC en 2011 au cours duquel il chante « Let Your Backbone Slide » avec k-os et Shad. En 2012, Maestro fait également la une des journaux pour ses moqueries à l’encontre de Rob Ford et de Stephen Harper lors d’une prestation comique à fort contenu politique donnée à Toronto en compagnie de Public Enemy.

Wes Williams revient à l’enregistrement en 2012. Il publie l’EP Black Tuxedo, finaliste aux Prix Juno dans la catégorie « meilleur enregistrement de rap ». Après avoir atteint le sommet de la liste 2013 des 25 plus grands rappeurs canadiens de CBC, Wes Williams reprend son nom de scène complet, Maestro Fresh Wes, pour son nouvel album Orchestrated Noise (2013). Il décrit l’album comme étant une « extension conceptuelle » de son premier album. De nombreux artistes, notamment Measha Brueggergosman, Chuck D du groupe Public Enemy, Kardinal OffishallSam Roberts, The Trews et Lights, sont présents sur ce nouvel opus. On entend le rappeur Classified sur le morceau « Reach for the Sky » qui échantillonne également « Try » de Blue Rodeo et qui sera largement utilisé lors des retransmissions télévisées des Jeux olympiques d’hiver 2014 sur la CBC.

En septembre 2013, dans le cadre du festival Canada’s Walk of Fame, Maestro célèbre la sortie d’Orchestrated Noise et le 25e anniversaire de sa carrière en se produisant en spectacle à Toronto au Massey Hall. Des invités spéciaux se joignent à lui, comme k-os, Kardinal Offishall, Shad et Divine Brown. En 2016, Maestro sert de juge dans le cadre de la compétition Searchlight de CBC Radio 2.


Auteur, conférencier inspirant et activités caritatives

En 2010, Maestro devient auteur en coécrivant avec sa femme un essai de développement personnel Stick to Your Vision : How to Get Past the Hurdles & Haters to Get Where You Want to Be. On y trouve un avant-propos de Chuck D du groupe Public Enemy. Maestro intervient en tant que conférencier inspirant dans de nombreuses écoles dans le cadre du programme « Read to Succeed » mis en œuvre par le Toronto District School Board et en tant qu’orateur principal à l’occasion de plusieurs manifestations publiques ou d’entreprise, notamment lors du 75Université Carleton en janvier 2017.

Il s’investit également dans de nombreuses causes et activités caritatives, notamment le SickKids Hospital de Toronto, War Child, Save the Children, Covenant House, les Jeux olympiques spéciaux, Battered Women’s Support Services et The African AIDS Society.

Prix et distinctions

  • Meilleure vidéo de rap (« Let Your Backbone Slide »), MuchMusic Video Awards (1990)
  • Meilleure vidéo masculine (« Conductin’ Thangs »), MuchMusic Video Awards (1991)
  • Meilleur enregistrement de rap (Symphony in Effect), Prix Juno (1991)
  • Meilleure vidéo (« Let Your Backbone Slide »), Prix Juno (1991)
  • Prix Pionnier, Canadian Urban Music Awards (1998)
  • Prix Harry Jerome – Arts, Black Business and Professionals Association (2002)
  • Prix Pionnier, Reel World Film Festival (2003)
  • Scarborough Walk of Fame (2006)
  • Prix du mérite, Black Business and Professional Association (2010)
  • Intronisation au Temple de la renommée, prix Stylus DJ (2011)
  • Prix remis à un Afro-Canadien en reconnaissance de réalisations exceptionnelles (2015)
  • Intronisation (« Let Your Backbone Slide ») au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (2019)

Discographie

  • Symphony in Effect (1989)
  • Black Tie Affair (1991)
  • Naaah, Dis Kid Can't Be From Canada?!! (1994)
  • Built to Last (1998)
  • Ever Since (2000)
  • Urban Landmark: 1989-2005 (2005)
  • EP Black Tuxedo (2012)
  • Orchestrated Noise (2013)
  • Coach Fresh (2017)
  • Champagne Campaign (2019)

Cet article a été rendu possible avec le soutien de