Jansénisme

Le jansénisme est une doctrine théologique marquée par l'exigence d'une plus grande sainteté personnelle, par la croyance en la prédestination et par une certaine affinité avec le GALLICANISME.

Jansénisme

Le jansénisme est une doctrine théologique marquée par l'exigence d'une plus grande sainteté personnelle, par la croyance en la prédestination et par une certaine affinité avec le GALLICANISME. La synthèse de cette doctrine, qui se réclame des écrits de saint Augustin, est effectuée par Cornelius Jansen (1585-1638), évêque catholique d'Ypres, dans son ouvrage posthume Augustinus (1640), condamné par le pape Urbain VIII en 1642.

En désaccord avec Rome et particulièrement hostile aux jésuites, le jansénisme, à partir de 1650, est frappé par une série de condamnations qui secouent l'Église de France. Il adopte rapidement une attitude moraliste et s'oppose rigoureusement à toute forme de laxisme; il devient aussi le porte-parole des courants d'opinion qui s'opposent au centralisme romain. La Nouvelle-France, bien tenue en main par les Jésuites, n'est guère touchée par la doctrine janséniste, laquelle y compte toutefois quelques adeptes enthousiastes. Néanmoins, le rigorisme moral de Mgr de SAINT-VALLIER et de ses successeurs s'inspire du moralisme janséniste, car il puise à la même source augustinienne (malgré ses présupposés théologiques différents) en plus de s'alimenter parfois par la lecture de certains ouvrages jansénistes. Le mouvement religieux ultramontain (voir ULTRAMONTANISME) du milieu du XIXe siècle balaie les dernières traces d'influence janséniste indirecte au Canada, mais sans en éliminer le rigorisme lui-même.