Institut d'histoire de l'Amérique française

L’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF) est une société savante qui rassemble des historiens travaillant sur l'histoire du Québec et de l'Amérique française. Fondé en 1946 par Lionel Groulx, l’Institut est une corporation sans but lucratif depuis 1970.

L’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF) est une société savante qui rassemble des historiens travaillant sur l'histoire du Québec et de l'Amérique française. Fondé en 1946 par Lionel Groulx, l’Institut est une corporation sans but lucratif depuis 1970.

L’organisme

Fondé en 1946 par l’historien, prêtre et porte-parole nationalisteLionel Groulx, l’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF) est le lieu de rassemblement des historiens travaillant sur l'histoire du Québec et de l'Amérique française. Il est chapeauté par un conseil d’administration formé de 12 administrateurs élus en assemblée générale pour un mandat de 3 ans. L’IHAF « regroupe professeurs, professionnels et amateurs d’histoire provenant de toutes les régions du Canada et de l’étranger ». L’organisme est aussi engagé dans la défense de la profession d'historien; il intervient publiquement dans les grands dossiers d’actualité en matière d’enseignement de l’histoire, de la recherche, de la protection du patrimoine et des archives. L’IHAF est membre de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales. Elle publie, quatre fois par an, la Revue d'histoire de l'Amérique française, organise un congrès annuel, des colloques et des tables rondes, et décerne plusieurs prix qui reconnaissent l'excellence de la recherche historique.

Revue d'histoire de l'Amérique française

Fondée en 1947 par Lionel Groulx, la Revue d’histoire de l’Amérique française (RHAF) est une revue savante trimestrielle. Elle est la première revue de langue française traitant spécifiquement de l’histoire de l’Amérique du Nord francophone. On retrouve dans ses pages des études de cas, des réflexions théoriques et méthodologiques, des bilans historiographiques (voir Historiographie de langue française), des notes de recherche et des comptes rendus de lecture d’ouvrages historiques. Des numéros thématiques peuvent aussi être présentés à l’occasion. Tous les articles publiés font l’objet d’une évaluation par le comité de rédaction (composé d’un directeur et de quatre membres) en plus de deux évaluations à l’externe. La revue est aujourd’hui distribuée dans plus de 20 pays et est disponible via le portail Érudit. L’abonnement à la revue est automatique avec l’adhésion à l’IHAF.

Congrès annuel

Chaque année, l’IHAF organise un congrès scientifique. Il est accueilli par une université du Québec ou de l’Ontario. Les conférenciers sont invités à présenter leurs travaux sur une thématique prédéterminée allant de l’histoire au quotidien à l’histoire urbaine, en passant par la commémoration, les recherches de nature biographique ou encore l’étude des élites et des institutions. Ce congrès scientifique est aussi l’occasion de tenir l’assemblée générale annuelle des membres de l’Institut et de récompenser par le biais de différents prix la qualité de la recherche et de la publication scientifique en histoire.

Prix

La plus prestigieuse de ces récompenses est le prix Lionel-Groulx qui couronne la meilleure étude scientifique, publiée en français ou en anglais, portant sur l'histoire du Québec ou de l'Amérique française. Elle est accompagnée d’une bourse de 3 500 $. Le prix Michel-Brunet est attribué au meilleur travail en histoire québécoise réalisé par un chercheur de moins de 35 ans et doté d’une bourse de 1 000 $ (voir Michel Brunet). L’auteur du meilleur article paru dans la RHAF remporte quant à lui le prix Guy-et-Lilianne-Frégault d’une valeur de 1 000 $. Le prix est offert par la famille de l’ancien directeur de l’IHAF, l’historien et haut fonctionnaire québécois Guy Frégault. Attribué pour la première fois en 2009, le prix de l’Assemblée nationale du Québec honore l’auteur d’un ouvrage d’histoire politique qui se distingue par sa qualité, son originalité, la rigueur de sa recherche historique et son accessibilité au grand public. Enfin, le prix Louise-Dechêne va à l’auteur de la meilleure thèse, publiée en français ou en anglais, portant sur l’histoire de l’Amérique française.


Liens externes