Éponges

Les éponges (Porifères) forment un embranchement d'organismes aquatiques qui vivent au fond fixés à un substrat . Sous leur forme adulte, elles génèrent de forts courants d'eau à travers leur corps poreux en actionnant des champs internes de flagelles microscopiques (structures en forme de fouet).

\u00c9ponges

Les éponges (Porifères) forment un embranchement d'organismes aquatiques qui vivent au fond fixés à un substrat . Sous leur forme adulte, elles génèrent de forts courants d'eau à travers leur corps poreux en actionnant des champs internes de flagelles microscopiques (structures en forme de fouet). Les éponges sont les plus primitifs des animaux multicellulaires. On en connaît entre 5000 et 10000 espèces réparties dans les milieux marins et dulçaquicoles du monde (dans une proportion de 98 p. 100 et de 2 p. 100, respectivement). Elles sont communes dans les eaux canadiennes, mais aucun inventaire exhaustif n'a été réalisé. Cet embranchement est généralement divisé en quatre classes (les Hexactinellides, les Éponges calcaires, les Démosponges et les Sclérosponges) selon la forme et la nature chimique de leur squelette formés de spicules. Les tissus des éponges communes des eaux peu profondes sont constitués de cellules lâchement organisées. Les Hexactinellides (éponges à spicules siliceux) des eaux profondes ont une organisation en syncitium, c'est-à-dire que les tissus ne sont pas divisés en cellules distinctes. Dans ces deux types d'éponges, l'eau aspirée par de petits pores et distribuée par des canaux internes fournit l'oxygène et la nourriture (capturée par filtration), permet l'évacuation des déchets (l'eau sort par le plus gros pore) et la distribution du sperme et des oeufs. Les éponges sont importantes pour l'industrie des éponges de bain. Elles sont également connues en tant qu'organismes qui endommagent les huîtres et les côtes calcaires. Elles sont une source de composés bioactifs pour l'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE. Elles sont utilisées dans l'étude de la spécialisation cellulaire et de la communication intercellulaire.


En savoir plus

Liens externes