Bob Edwards

Alcoolique et le plus souvent endetté, R.C. Edwards déménage à Toronto en 1909, puis à Montréal, à Port Arthur (Ontario) et à Winnipeg, avant de revenir à Calgary, en 1911.

Robert Chambers Edwards
Bob Edwards, vers 1910 (avec la permission des Provincial Archives of Alberta).

Robert Chambers Edwards

Robert Chambers Edwards, « Bob », directeur de journal (Édimbourg, Écosse, 12 sept. 1864 -- Calgary, 14 nov. 1922). Parent des Chambers, une famille d'éditeurs, il immigre dans l'Ouest du Canada en 1894. En 1897, il lance le Wetaskiwin Free Lance, précurseur du Calgary Eye Opener, journal itinérant d'abord publié à High River en 1902, qui acquiert une réputation d'originalité et de bon sens. Raillant la société et les personnalités politiques, le Eye Opener fait l'objet de poursuites judiciaires dont l'une intentée par le premier ministre A.L. Sifton. Le journal avait qualifié de plus gros menteurs de l'Alberta les trois personnalités suivantes : « Robert Edwards, gentilhomme; l'honorable A.L. Sifton, premier ministre; et Bob Edwards, directeur du Eye Opener ». Le premier ministre abandonne sa poursuite quand Edwards entreprend une procédure semblable de la part de Robert Edwards, gentilhomme, et de Bob Edwards, directeur du journal.

Alcoolique et le plus souvent endetté, R.C. Edwards déménage à Toronto en 1909, puis à Montréal, à Port Arthur (Ontario) et à Winnipeg, avant de revenir à Calgary, en 1911. Foncièrement anticonformiste, il appuie la prohibition lors du référendum de 1916, puis se fait élire député indépendant lors des élections provinciales de 1921. Il ne peut toutefois assister qu'à une seule séance avant son décès. Il jouit alors d'une telle réputation que des policiers en tenue de cérémonie portent son cercueil. Aujourd'hui, son image de marque comme directeur de journal rebelle est devenue une légende de l'Ouest.