Naviguer "Lieux historiques"

Afficher 61-80 de 210 résultats
Article

Fort William

Nommé en l'honneur de William MCGILLIVRAY, surintendant principal de la CNO, le fort William est la plaque tournante du vaste réseau commercial de la compagnie. En 1816-1817, lord SELKIRK occupe le fort William pendant 10 mois à la suite de l'INCIDENT DE SEVEN OAKS.

Article

Gastown

Gastown est un quartier commercial et de vente au détail de la ville de Vancouver, en Colombie-Britannique. Il est délimité par Cordova Street et par la rive du port de Vancouver entre Richards Street et Main Street. Dès son établissement, Gastown a formé le centre névralgique à la ville de Vancouver, et il est maintenant un site historique national.

Article

Haliburton House

La Haliburton House, sise à WINDSOR (Nouvelle-Écosse), est une villa à étage mansardé construite en 1836 sur un domaine qui à l'origine faisait 16 ha. Il s'agit de la résidence de Thomas Chandler HALIBURTON, l'une des figures les plus illustres de la Nouvelle-Écosse du XIXe siècle.

Article

Haut-Canada

Le Haut-Canada est le prédécesseur de l’actuel Ontario moderne. Il naît en 1791 de la division de l’ancienne province de Québec en Bas-Canada à l’est et Haut-Canada à l’ouest. Le Haut-Canada était une étendue sauvage colonisée majoritairement par des loyalistes et des fermiers avides de terres émigrant vers le nord en provenance des États-Unis. Le Haut-Canada doit tour à tour endurer la guerre de 1812 contre les États-Unis, la rébellion de 1837 de William Lyon Mackenzie, l’administration coloniale du Family Compact et un demi-siècle de difficultés économiques et politiques croissantes. Dans le cadrede l’Acte de l’Union en 1841, il est rebaptisé le Canada-Ouest et est réuni avec le Bas-Canada (Canada-Est) pour devenir la Province du Canada.

Article

Hochelaga

Historiquement, le terme « Hochelaga » désigne un village autochtone que l’explorateur français Jacques Cartier (1491-1557) a visité le dimanche 3 octobre 1535, lors de son deuxième voyage en ce qui est aujourd’hui le Québec (1535-1536). Hochelaga est un terme iroquoien qui serait soit une variante du mot osekare signifiant « sentier des castors », ou du mot osheaga qui veut dire « gros rapides ». Aujourd’hui, le mot désigne des îles au confluent de fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais, ainsi que divers arrondissements et circonscriptions électorales.

Article

Hogan's Alley

​Hogan’s Alley est un ancien quartier de Vancouver, en Colombie-Britannique, qui accueillait les immigrants de communautés multiples, mais surtout la population afro-canadienne. Le nom de « Hogan’s Alley » n’a jamais été officiel, mais demeure le terme populaire utilisé pour décrire l’intersection en « T » comprenant Park Lane et les entreprises et les résidences situées au sud-ouest de Strathcona.

Article

Île Anthony

Maintenant dégagés de la dense végétation qui les recouvrait, les restes des maisons longues et des totems rendent silencieusement hommage à leurs créateurs.

Article

Kennedy, maison

La maison Kennedy est un LIEU HISTORIQUE provincial situé au nord de Winnipeg, sur le chemin River, l'ancienne route qui reliait la COLONIE DE LA RIVIÈRE ROUGE à LOWER FORT GARRY et UPPER FORT GARRY.

Article

Kitigaaryuit (Kittigazuit)

Kitigaaryuit est connu comme l'endroit du plus large rassemblement saisonnier d'INUITS dans l'Arctique canadien. On a rapporté que jusqu'à 1000 personnes s'y réunissaient en été pour une chasse au BÉLUGA hautement coordonnée.

Article

L'Anse Amour, site de

Le site contient le tertre funéraire le plus ancien qu'on ait trouvé en Amérique du Nord à ce jour. Il date d'environ 7 500 ans et est de forme circulaire et d'un diamètre de 8 m. Il est recouvert de gros rochers qui protègent un caveau funéraire vide déposé sur un lit de cailloux.

Article

L’Anse aux Meadows

L’Anse aux Meadows est le site où ont été découverts les vestiges d’un camp scandinave datant du 11e siècle, à l’extrémité de la Grande Péninsule du Nord de Terre-Neuve. Probablement l’emplacement de « Straumfjord », des Sagas du Vinland, on pense qu’il s’agit du premier village européen établi en Amérique du Nord. L’Anse aux Meadows a été désignée lieu historique national du Canada en 1968 et site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978. Aujourd’hui, on y trouve un centre d’interprétation prisé des touristes et un centre de recherche archéologique.

Article

La Fourche

La Fourche est un espace public au cœur de la ville moderne de Winnipeg au Manitoba. Au confluent des rivières Rouge et Assiniboine, il occupe la zone riveraine à l’est de la rue Main et au sud du pont ferroviaire de la ligne principale du CN. Ce lieu a joué un rôle complexe dans l’histoire de la région et du Canada dans son ensemble : pendant des milliers d’années, il a constitué un point de rassemblement traditionnel, puis un carrefour essentiel de la traite des fourrures aux 18e et 19e siècles. À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, de nombreux immigrants s’arrêtaient à La Fourche dans leur périple vers l’Ouest. Désigné lieu historique national du Canada en 1974, il abrite d’autres sites revêtant une grande importance historique et archéologique ainsi que des musées, des monuments, des parcs et des théâtres.

Article

Lawrence House Museum

Le Lawrence House Museum, à Maitland, en Nouvelle-Écosse, est à la fois un LIEU HISTORIQUE national et provincial. William Lawrence, un important constructeur de navires, fait construire cette maison familiale aux environs de 1870.

Article

Le Canada au jour J: Juno Beach

Juno Beach est le nom de code donné par les Alliés aux 10 km de côte française sur lesquels les soldats canadiens ont mené la bataille du jour J, le 6 juin 1944, durant la Deuxième Guerre mondiale. La 3e Division d’infanterie et la 2e Brigade blindée de l’Armée canadienne, en s’emparant de la plage et de ses villages côtiers sous le feu nourri de la défense allemande, ont fait montre de leur impressionnant savoir-faire militaire et de leur courage à l’échelle individuelle. La 3e Division d’infanterie a accusé de lourdes pertes lors de la première vague, avant de s’emparer de la plage en fin de journée. Plus de 14 000 soldats canadiens débarquent ou sont parachutés en France lors du jour J. La Marine royale canadienne contribue à hauteur de 110 navires et 10 000 soldats, et l’Aviation royale canadienne (ARC) fournit 15 escadrons de chasseurs et de chasseurs-bombardiers pendant l’assaut. On compte 1 074 victimes canadiennes, dont 359 morts.