Moses Znaimer

Moishe Znaimer, O. Ont., cadre supérieur de radiotélévision, promoteur, acteur (né en 1942, à Kulab, au Tadjikistan). Un des magnats des médias les plus ambitieux, influents et polarisants au pays, Moses Znaimer est un précurseur de la télédiffusion indépendante au Canada. Il dirige des chaînes spécialisées canadiennes, dont City-TV, MuchMusic, MusiquePlus, MusiMAX, MuchMoreMusic, Bravo, SexTV et VisionTV. De plus, il est président de MZ Media, qui exploite la station de radio torontoise de musique classique 96.3FM et le fondateur et PDG de ZoomerMedia Limited, une marque de mode de vie et de médias qui défend les intérêts des Canadiens âgés. Moses Znaimer a également été un partisan franc du suicide assisté au Canada.

Jeunesse

Son père, Aron, de Lettonie, et sa mère, Chaja, de Pologne, sont juifs et se rencontrent en fuyant l’Europe pour échapper à l’Holocauste. Moses Znaimer naît en 1942 dans un train passant par le Tadjikistan, mais ne connaît pas sa date de naissance exacte; lors qu’il demande à sa mère, elle lui répond tout simplement « en temps de guerre ». Après la guerre, la famille voyage en Europe et reste brièvement dans un camp de personnes déplacées à Hessisch-Lichtenau, en Allemagne, avant d’immigrer au Canada. Les Znaimer arrivent à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en 1948 et s’installent finalement dans un appartement au troisième étage, sur la rue Saint-Urbain à Montréal.

Au cours de sa jeunesse à Montréal, il fréquente l’école primaire Talmud Torah et puis l’école secondaire Herzliah, où il acquiert une réputation pour la qualité de sa voix lors des services du vendredi. Il remarque que les jeunes femmes qui affluent pour l’entendre chanter les prières lui donnent un avant-goût de ce que c’est que d’avoir des groupies.

Des signes avant-coureurs pour son intérêt pour la télévision apparaissent à l’âge de 13 ans quand il consacre son argent de bar-mitsva pour acheter à sa famille son premier téléviseur. Il tient fermement à son héritage juif et refuse d’angliciser son nom. Un de ses professeurs à Herzliah est le poète Irving Layton, qu’il appelle plus tard une « influence énorme » et son « premier lien réel avec le monde des médias ».

Formation

Moses Znaimer étudie les sciences politiques et la philosophie à l’Université McGill, où il obtient son diplôme en 1963. C’est à McGill qu’il rencontre Marilyn Lightstone au McGill Players’ Club et commence sa longue relation professionnelle et personnelle. Ensuite, il reçoit une maîtrise en politique de l’Université de Harvard en 1965.

Carrière à la CBC

Sa carrière commence dans la CBC à Montréal et à Ottawa, où il travaille comme animateur, directeur et producteur, plus précisément comme animateur de Cross-Canada Checkup pour la radio de la CBC. Ce programme familiarise Moses Znaimer à l’utilisation innovatrice et démocratique de la technologie, qui permet aux auditeurs à des milliers de kilomètres du studio, d’exprimer leurs opinions sur des sujets divers. De Cross-Canada Checkup il transfère au programme d’actualités télévisées The Way It Is, où, en tant qu’animateur, il interviewe des célébrités comme Dustin Hoffman et Gloria Steinem. Il est également coanimateur de la série télévisée CBC Take 30 avec Adrienne Clarkson.

Fondation de City-TV

Sentant ses aspirations limitées par l’environnement corporatif de la CBC, Moses Znaimer et ses partenaires Phyllis Switzer, Ed Cowan et Jerry Grafstein fondent City-TV en roue libre (maintenant Citytv) à Toronto en 1972. City-TV devient la première station de télévision indépendante et privée de Toronto. Moses Znaimer travaille dans un rôle d’exécutif à City-TV durant plusieurs décennies, même après avoir vendu sa part de la station lors de la vente de City-TV à CHUM en 1981.

Télévision spécialisée

Dès le début, Moses Znaimer prévoit que la télévision se tournera vers des chaînes spécialisées qui adaptent leur programmation aux intérêts spécifiques des consommateurs. Au cours de ses années à City-TV, il lance de nombreux programmes et chaînes qui changent le paysage médiatique canadien. En 1979, deux ans avant la naissance de MTV, Moses Znaimer aide le producteur John Martin à développer son idée du « magazine Rolling Stone pour la télévision ». Résultat : le programme de journalisme musical révolutionnaire et de longue affiche, The New Music (1979-2008). D’autres programmes musicaux sur City-TV suivent, notamment CHUM 30 Countdown (1983-2008), Toronto Rocks (1984-1990) et le programme télédiffusant des vidéos toute la nuit City Limits (1983-1995) avec le jeune Mike Myers pour vedette et son alter ego dans Wayne’s World (Le monde selon Wayne).

En 1984, Moses Znaimer fonde la chaîne vidéo MuchMusic, l’une des premières chaînes câblées spécialisées au Canada. MusiquePlus, son équivalent francophone, naît en 1986. La programmation originale créée pour MuchMusic, comprend le spectacle de danse Electric Circus (1988-2003), qui tire son nom de l’emplacement qui abrite City-TV en 1972. La boîte de nuit des ondes, le programme fait ressortir la mission de Moses Znaimer d’encourager la diversité culturelle à travers la programmation, car elle montre des Canadiens de tous les horizons danser une partie de la nuit avec l’animatrice pendjabi-canadienne, Monika Deol.

Moses Znaimer découvre le potentiel démocratique de la télévision et utilise le média comme le haut-parleur pour les masses. En 1990, il crée Speakers’ Corner, un dispositif de diffusion interactif qui permet aux passants de diffuser leurs pensées dans un stand de caméra. Speakers Corner s’inspire de la tradition londonienne du même nom qui permet au public de se réunir à Hyde Park pour débattre des questions actuelles. Les créations de Moses Znaimer incluent également Bravo (alias Bravo!), la première chaîne artistique canadienne, son projet au début des années 1990 et qui est devenu la plus réussie des premières chaînes spécialisées dans la télévision par câble canadienne.

Les autres concepts innovateurs de Moses Znaimer incluent l’environnement câblé utilisé aux stations City-TV et MuchMusic, qui implique d’exposer le câblage vidéo, les moniteurs de contrôle et le personnel d’exploitation au spectateur plutôt que de cacher le tout derrière un décor. Moses Znaimer croit que ce concept, qu’il compare à un « film vivant », est approprié pour le jeune public et qu’il favorisera l’éducation. En 1995, il joue un rôle clé dans l’achat de la chaîne de télévision éducative du gouvernement albertain, ACCESS. Son nouveau Learning and Skills Television of Alberta intègre l’environnement câblé et remporte un grand succès.

En 1992, Moses Znaimer fait partie d’un groupe qui ne réussit pas à obtenir la licence pour une cinquième chaîne de télévision britannique. En 1995, il écrit et produit TVTV: The Television Revolution, un programme de trois heures consacré à l’effet de la télévision sur la vie des Canadiens. Au niveau international, il obtient des licences d’exploitation pour la station MuchaMusic au Mexique et en Argentine, Jyrki en Finlande et City-TV à Barcelone, Espagne et à Bogota, en Colombie. Il lance également le CablePulse 24 (CP24) de Toronto en 1998 dans le cadre de ses efforts pour défendre la programmation locale.

Années suivantes

Moses Znaimer est contraint de quitter City-TV en 2003. En 2008, il lance le magazine Zoomer, visant un lectorat de cinquante ans et plus et positionné comme une voix des Canadiens d’âge mûr, qu’il appelle « zoomers », ou « boomers with zip ». Moses Znaimer plaide aussi pour les Canadiens âgés en tant que président de l’Association canadienne des individus retraités, un organisme à but non lucratif affilié à ZoomerMedia. Moses Znaimer est également un partisan franc pour le droit de mourir dans la dignité et utilise souvent les chaînes de Zoomer pour présenter des arguments en faveur du suicide assisté par un médecin.

En 2007, sous l’égide de ZoomerMedia, Moses Znaimer acquiert CHWO, une station radio AM de Toronto axée sur les standards pop. En 2008, il lance une station radio commerciale classique CFMZ-FM sous la direction de sa sœur, Libby Znaimer. En 2009, il acquiert VisionTV, une chaîne religieuse multiculturelle.

En 2001, Moses Znaimer fonde ideaCity, une conférence annuelle de trois jours qui le met en contact avec d’éminents intellectuels, des scientifiques, des entrepreneurs, des artistes et des activistes. Parmi les invités figurent Deepak Chopra, Conrad Black, Margaret Atwood, Romeo Dallaire et Robert Kennedy fils.

Musée MZTV

En 1992, Moses Znaimer lance le musée MZTV à Toronto, qui comprend une collection d’environ 10 000 objets liés aux cinquante premières années de développement de la télévision. Moses Znaimer fait également don de sa collection personnelle de 383 téléviseurs antiques d’une valeur de 16 millions de dollars à la Cinématèque québécoise en 2003 et en 2007 dans le cadre de son exposition à long terme, N’ajustez pas votre appareil!

Acteur et réalisateur

L’œuvre de Moses Znaimer en tant qu’acteur comprend : une partie en tant que truand dans Atlantic City (1980) de Louis Malle, la première coproduction canadienne sélectionnée à l’Oscar du meilleur film et le seul film canadien à remporter le Lion d’Or à la Mostra de Venise; le film à suspense The Best Revenge (1984); et un camée dans Being Julia (2004), un film de Robert Lantos nommé pour un prix Génie.

Son travail comme réalisateur de théâtre comprend : Miss Margarida (1976); Tamara (1976) avec Marilyn Lightstone (partenaire de longue date de Moses Znaimer), Anjelica Huston et Karen Black, est une représentation théâtrale immersive et interactive dans laquelle les spectateurs suivent les acteurs d’une pièce à l’autre dans un foyer; et l’attraction Tour of the Universe à la Tour CN.

Connexions familiales

Moses Znaimer publie un compte rendu de l’évasion de ses parents de nazis dans la collection Passages: Welcome Home to Canada (Doubleday Canada, 2002). Sa sœur, Libby Znaimer, est journaliste et travaille pour The Associated Press, Global Television, City-TV et CP24; elle est aussi porte-parole nationale de Cancer du pancréas Canada, elle écrit In Cancerland: Living Well is the Best Revenge (Key Porter, 2007). Depuis 2006, elle est vice-présidente des Nouvelles et de l’Information pour les deux chaînes Classical 96.3FM et AM740 à MZ Media de son frère.

Vie privée

Moses Znaimer acquiert une réputation de « mauvais garçon de la télévision canadienne » en raison de sa poursuite d’opportunités dynamique, ainsi que de sa « sexualité agressive », que le Toronto Star qualifie en 2009 de « son tic de personnalité le plus vif ». Connu pour son contrôle rigoureux de son image médiatique et la façon dont il élabore un personnage énigmatique à travers de nombreuses contradictions dans son travail et sa vie. En reconnaissance de sa contribution au paysage médiatique canadien, la Ville de Toronto désigne en permanence la bande autour de l’ancien édifice City-TV situé au 299, rue Queen Ouest, sous le nom de Moses Znaimer Way.

Prix

Doctorat honorifique en lettres, Université d’Athabasca (1996)

Prix du Ruban d’or pour l’excellence en radiotélévision, Association canadienne des radiodiffuseurs(1998)

Doctorat honorifique en lettres, Université York (2001)

Médaille du jubilé de la reine Elizabeth (2002)

Doctorat honorifique en droit, Université de Windsor (2003)

Prix pour l’ensemble de sa carrière artistique (radiodiffusion), Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène (2005)

Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres (2005)

Ordre de l’Ontario (2006)

Temple de la renommée du cinéma et de la télévision canadiennes de Playback (2007)

Prix Walt Grealis pour contribution exceptionnelle, prix Juno (2008)


Lecture supplémentaire

  • Divers collaborateurs, Passages: Welcome Home to Canada (2002).

Liens externes