Wheeler, Ken

Ken ou Kenny (Kenneth Vincent John) Wheeler. Trompettiste, joueur de flügelhorn, cornettiste, compositeur, arrangeur (né le 14 janvier 1930 à Toronto en Ontario; décédé le 18 septembre 2014 à London en Angleterre). Élevé à Saint Catharines, Ont.

Wheeler, Ken

Ken ou Kenny (Kenneth Vincent John) Wheeler. Trompettiste, joueur de flügelhorn, cornettiste, compositeur, arrangeur (né le 14 janvier 1930 à Toronto en Ontario; décédé le 18 septembre 2014 à London en Angleterre). Élevé à Saint Catharines, Ont., où son père Wilf était trombone des ensembles locaux, Wheeler joua dans des orchestres de danse et, plus tard, étudia la trompette avec Ross MacClanathan et l'harmonie avec John Weinzweig au RCMT. En 1952, il vécut quelque temps à Montréal, puis se fixa à Londres où il poursuivit finalement ses études avec Bill Russo (contrepoint) et Richard Rodney Bennett (composition). Au milieu des années 1950, il travaillait avec des orchestres de danse londoniens (dont ceux de Roy Fox et Vic Lewis) et fut membre (1959-65) de l'orchestre de John Dankworth, jouant à un certain moment aux côtés de compatriotes, les Canadiens Art Ellefson et Ian McDougall. Il eut plus tard recours à l'orchestre de Dankworth pour son premier album, Windmill Tilter. Au cours des années 1960, il joua avec les groupes bebop de Joe Harriott, Tubby Hayes, Ronnie Scott et autres; au milieu de la décennie, il se mit à faire de l'improvisation libre avec les groupes des batteurs Tony Oxley et John Stevens, et au début des années 1970 il était reconnu comme l'un des principaux interprètes de ce dernier style en Europe. Il conserva cependant son intérêt pour le jazz contemporain plus conventionnel, se produisit durant les années 1970 comme soliste avec des groupes dirigés par Ian Carr, Mike Gibbs, John Taylor, l'expatrié canadien John Warren et d'autres, et fit des arrangements musicaux pour le groupe anglais de Maynard Ferguson. En 1971, il commença à jouer dans le quatuor du saxophoniste amér. Anthony Braxton, d'abord en Europe à l'occasion et, (1974-76) comme membre régulier pour des tournées en Europe, aux États-Unis et au Canada. Au début des années 1970, il fit aussi partie du Globe Unity Orchestra (établi en Allemagne) et forma son propre grand orchestre à Londres pour des émissions annuelles de la BBC. Simultanément, il travailla dans les studios de la ville et dirigea ou codirigea plusieurs petits groupes, dont Coe, Wheeler & Co. (avec Tony Coe), Freedom For a Change et Azimuth (créé en 1977 avec la chanteuse Norma Winstone et le pianiste John Taylor). Son association avec Globe Unity et Azimuth survécut aux années 1980.

Wheeler, ainsi qu'Oscar Peterson, Maynard Ferguson et Paul Bley, figure parmi les Canadiens qui ont marqué le jazz de façon significative. Et ceci, en dépit de sa timidité qui est légendaire en Grande-Bretagne. Au contraire de Peterson et de Ferguson mais comme Bley, il a été davantage critiqué qu'acclamé par le grand public, à l'image de la voie hasardeuse en jazz moderne qu'il a empruntée. C'est avec le quatuor Braxton qu'il attira l'attention en Amérique du Nord. En 1975, il grava sur l'étiquette allemande ECM le premier de plusieurs albums avec petit ensemble sous son propre nom avec des musiciens américains et européens comme sidemen, le plus souvent le contrebassiste britannique Dave Holland (également membre de Braxton). Il continua dans les années 1980 à se produire et à enregistrer beaucoup en Europe (voir sommaire à la fin de DISCOGRAPHIE) et fit partie (1983-89) du Dave Holland Quintet qui effectua une tournée internationale (se produisant à Jazz City en 1984 et au FIJM en 1986), en même temps qu'il fut le corps dirigeant de l'atelier du jazz à l'ÉBA Banff (CA Banff). Wheeler continua d'y enseigner après 1989.

À l'occasion de son 60e anniversaire de naissance (1990), il entreprit sa première tournée en Grande-Bretagne et en Europe avec son grand orchestre, qui comptait dans ses rangs plusieurs associés de longue date (dont Holland, Taylor, Winstone et le saxophoniste Evan Parker) ainsi que le tromboniste canadien (élève de Wheeler) Hugh Fraser. Il a également exécuté sa musique pour grand orchestre avec des orchestres de radio à Rome, Helsinki et Stockholm, avec un grand orchestre improvisé à la Music Gallery de Toronto (1985) et pour un enregistrement avec la Guildhall Jazz Band à Londres (1987). Ses principales oeuvres pour grand orchestre, écrites dans un style audacieux aux harmonies denses mais richement texturées, incluent Little Suite (dédiée à Booker Little, qui a fortement influencé le jeu de Wheeler à la trompette) et The Sweet Time Suite. Au nombre de ses thèmes de jazz, à la mélodie gracieuse mais empreinte de mélancolie, Everyone's Song But My Own a été enregistré par Taylor avec le saxophoniste Stan Sulzmann (comme la mélodie titre d'un album des compositions de Wheeler), et par Oliver Jones. Autres pièces remarquables de Wheeler : Toot, Toot pour grand orchestre et 3/4 in the Afternoon, 'Smatter, et Deer Wan pour petit groupe. Les activités canadiennes de Wheeler ont en outre comporté des enregistrements à Toronto pour RCI (1976) et comme soliste de Visions de Tim Brady, à Montréal (1985). Il a rempli des engagements au cabaret Bourbon Street de Toronto (1980 et 1981), et s'est produit avec Azimuth à Jazz City (1980, 1990), au festival du Maurier Downtown Jazz à Toronto et au Festival international de jazz du Maurier à Vancouver (1990). Il s'est en outre produit avec Hugh Fraser aux festivals de jazz de Vancouver et de Victoria en 1990 et avec la saxophoniste amér. Jane Ira Bloom au festival de Toronto en 1991.


Lecture supplémentaire

  • Bavin, Pam. 'Canadians in London 3: Ken Wheeler,' Coda, Jun 1962

    Cotterrell, Roger. 'Kenny Wheeler: speaking softly but carrying a big horn,' Jazz Forum, 57, no. 1, 1979

    Miller, Mark. 'Kenny Wheeler's many vehicles,' Down Beat, Apr 1980

    Smith, Bill. 'Kenny Wheeler: windmill tilter,' Coda, 207, Apr-May 1986

    Lock, Graham. 'Brass menagerie,' Wire, 72, Feb 1990

    Boogie, Pete & The Senator