Saint-Boniface

Saint-Boniface, au Manitoba, est constitué en tant que village en 1883 et en tant que ville en 1908, et est maintenant un des quinze quartiers de la ville de Winnipeg. On y compte une population de 46 035 personnes (recensement de 2016). Saint-Boniface est situé sur les rives de la rivière Rouge et de la rivière Seine, dans l’est de Winnipeg. Un conseiller représente Saint-Boniface au conseil municipal de Winnipeg. Étant l’une des plus grandes communautés francophones à l’extérieur du Québec, Saint-Boniface a souvent été au centre des débats pour préserver la langue et l’identité francophone au Manitoba



Historique

Des commerçants de fourrures et des mercenaires européens sont parmi les premiers habitants de la région. Ils sont recrutés par Lord Selkirk pour protéger sa Colonie de la Rivière-Rouge naissante. Une mission catholique est fondée en 1818 et Saint-Boniface devient le point central des travaux missionnaires dans l’Ouest canadien. Les premières institutions de service social, scolaires, culturelles sont créées par les ordres religieux.

Par exemple, les Sœurs de la Charité de Montréal (Sœurs grises) établissent l’hôpital Saint-Boniface en 1871. De la même façon, l’Université de Saint-Boniface ouvre ses portes en 1818, en tant que petite école dirigée par un prêtre catholique, le Père Norbert Provencher.

Saint-Boniface est aussi le lieu de naissance de Louis Riel. Dans les années 1890, le village était un centre de résistance à la législation controversée visant à modifier le système scolaire du Manitoba ainsi qu’à abolir le français comme langue officielle de la province (voir aussiQuestion des écoles du Manitoba).

Économie

L’agriculture est la base de l’économie initiale de Saint-Boniface. Union Stockyards, développé en 1912 et 1913, devient le plus important marché à bestiaux au Canada, et le point central de l’industrie de conditionnement et de transformation de la viande. Au début des années 1900, de nombreuses industries légères et lourdes sont établies.

De nos jours, Saint-Boniface est une communauté résidentielle, industrielle et commerciale. Un déclin de l’industrie du conditionnement de la viande dans les années 1980 mène à la fermeture graduelle de Union Stockyards. Toutefois, elle dispose toujours d’un large éventail d’industries légères et lourdes, de points de vente au détail et de services. Basé à Saint-Boniface, le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba fait la promotion des entreprises bilingues à travers la ville et la province. Le quartier abrite également le Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine, situé au Centre de recherche de l’Hôpital de Saint-Boniface.

Vie culturelle

 Couvent des Soeurs grises
1846-1851, Saint-Boniface, au Manitoba.
Precious Blood Church
Conçue par Étienne Gaboury, située à Saint-Boniface, au Manitoba.
La cathédrale de Saint Boniface
Photo prise en novembre 2013.

Les anciennes églises dominent le paysage du Vieux Saint-Boniface. La Cathédrale Saint-Boniface a été reconstruite à la suite d’un incendie désastreux survenu en 1968. Le couvent des Sœurs grises, construit en 1846-1847, est maintenant un musée. Les vieux secteurs de Saint-Boniface ont fait l’objet de programmes de revitalisation, comme le vieux site de Union Stockyards (maintenant appelé Public Markets). Les organismes communautaires culturels comprennent un poste de radio francophone ; La Liberté, un journal hebdomadaire ; le Centre culturel franco-manitobain et le Centre du patrimoine ; un centre d’arts ; le Festival du Voyageur, un événement d’hiver annuel ; et des troupes d’art de la scène telles que Le Cercle Molière et l’Ensemble folklorique de la rivière Rouge.


Lecture supplémentaire

  • R.C. Wilson, ed, St Boniface, Manitoba, Canada 1818-1968 (1967).

Liens externes