Site archéologique de la Carrière des ancêtres

 Pendant la période de PRÉ-CONTACT, les résidents du nord de l'Alberta et de la Saskatchewan connaissaient manifestement la valeur du GSRB pour la fabrication d'outils.

Pointe de lance
Pointe de lance en grès silicifié de la rivière Beaver. Elle appartient à la Tradition Goshen/Fort Creek Fen et date de 9900 à 9400 ans (avec la permission de Barney Reeves)
La Carrière des ancêtres
(avec la permission de Barney Reeves)
Un aperçu du terrain couvert par la Carrière des ancêtres, qui mesure environ 200 ha (avec la permission de Barney Reeves)

Site archéologique de la Carrière des ancêtres

La Carrière des ancêtres couvre une aire de 199 ha localisée à 48 km au nord de Fort McMurray, en Alberta. Située au cœur de la forêt boréale et des terres humides vallonnées de la vallée de la rivière Muskeg, la Carrière comprend deux larges occurrences de grès silicifié de la rivière Beaver (GSRB) de surface ou de faible profondeur. Malgré son appellation, le GSRB est en fait un orthoquartzite, c'est-à-dire un type de roche avec un taux de SILICE très élevé et peu d'impuretés. Des variantes du GSRB sont de couleur beige pâle à gris foncé, et de grains fins à grossiers en texture. La plupart des spécimens présentent des irrégularités et des faiblesses internes. Toutefois, les pièces de GSRB à grains plus fins avec peu ou pas d'imperfections peuvent être cassées de façon prévisible et conviennent donc bien pour le débitage, un processus qui consiste à tailler la pierre en la frappant de façon contrôlée pour en fabriquer des outils. Les occurrences de GSRB à la Carrière des ancêtres varient en texture mais produisent une quantité substantielle de la variante à grains fins.

Pendant la période de PRÉ-CONTACT, les résidents du nord de l'Alberta et de la Saskatchewan connaissaient manifestement la valeur du GSRB pour la fabrication d'outils. Le fait qu'ils en ont longuement dépendu est évident en raison de la haute densité de sites archéologique situés à la Carrière elle-même et dans les environs. Ces sites révèlent habituellement des assemblages extrêmement riches, où les outils et les éclats de taille de GSRB prédominent. En fait, les archéologues ont pris conscience de l'intensité de l'activité de pré-contact dans cette région à travers la découverte de certains de ces sites, lors d'études archéologiques sur le terrain menées en association avec les projets d'exploitation commerciale des sables bitumineux, pendant les années 1970 et 1980. Les premières initiatives pour déterminer l'origine de la pierre utilisée dans la fabrication des outils provenant de ces sites se sont concentrées autour de la vallée Athabasca, où l'érosion fluviale a exposé la formation McMurray, la couche géologique qui contient les sables bitumineux ainsi que le GSRB. Ces recherches ont permis d'identifier un certain nombre de sources possibles de GSRB, tel le site de la Carrière de la rivière Beaver. Néanmoins, les surfaces de GSRB à cet endroit et à d'autres emplacements le long de la rivière Athabasca et de ses affluents contiennent généralement la variété de GSRB à grains grossiers plutôt que celle à grains fins qui prévaut dans les assemblages des sites archéologiques de la région.

Les recherches archéologiques associées à d'autres travaux d'exploitation commerciale des sables bitumineux dans les années 1990 et 2000 s'étendent aux régions situées à l'est de la rivière Athabasca, où l'on trouve encore un nombre élevé de sites riches en artefacts fabriqués avec du GSRB. En 2003, la consultante en archéologie Nancy Saxberg entreprend une étude pour Birch Mountain Resources avant un projet de développement proposé dans la région de la vallée Muskeg. Elle détermine que l'endroit contient non seulement un grand nombre de sites riches en GSRB, mais également deux occurrences géologiques de GSRB avec de la roche à grains fins. Ce matériau est comparable aux variantes de GSRB archéologiques répandues sur les différents sites de la région, ce qui donne fortement à croire que c'était en fait une source principale. D'autres études archéologiques effectuées dans la région de la vallée Muskeg continuent de documenter la longue durée et l'intensité de l'utilisation du GSRB pendant la période de pré-contact. Elles ont conduit à une initiative dans le but protéger cet endroit archéologique unique en le désignant ressource historique provinciale (voirLIEU HISTORIQUE).

Les recherches antérieures et les travaux archéologiques qui se poursuivent avant l'intensification des activités d'extraction des sables bitumineux ont permis de retrouver des pointes projectiles qui semblent indiquer que l'utilisation du GSRB à la période de pré-contact était plus intensive il y a de 9800 à 5500 ans. On tente d'obtenir une confirmation à partir de datations au carbone 14, ce qui est extrêmement difficile car les sols acides de cette région détruisent tous les artefacts organiques qui seraient convenables pour cette méthode de datation. Par conséquent, il y a un débat en cours quant à la crédibilité d'assigner des dates en comparant des pointes trouvées à la Carrière et à proximité, à des spécimens de forme et de taille distinctives dont on connaît l'âge et qui proviennent des régions adjacentes, telles les Plaines du Nord. Il n'en reste pas moins que la Carrière a probablement été utilisée par certains des premiers habitants de la région à la période de pré-contact. Il semble que ces habitants aient pénétré sur le territoire peu après que celui-ci ait été exposé par le retrait de l'inlandsis laurentidien (une nappe glaciaire continentale), au moment où l'épanchement des eaux de fonte glaciaire du LAC AGASSIZ, situé à proximité, remodelait encore les reliefs locaux. Le registre archéologique de la Carrière des ancêtres et des environs constitue donc une ressource inestimable, non seulement pour comprendre l'activité de pré-contact dans une région que l'on croyait auparavant faiblement peuplée, mais également pour mieux saisir comment cette région en est venue à être habitée.


En savoir plus