Musique à Saskatoon

Saskatoon. Cité de la province de la Saskatchewan fondée en 1882 par des pionniers de l'Ontario comme colonie de tempérance. Elle fut incorporée comme ville en 1903 avec une population de 544 âmes, et comme cité en 1906 avec cinq fois plus d'habitants.

Saskatoon

Saskatoon. Cité de la province de la Saskatchewan fondée en 1882 par des pionniers de l'Ontario comme colonie de tempérance. Elle fut incorporée comme ville en 1903 avec une population de 544 âmes, et comme cité en 1906 avec cinq fois plus d'habitants. Sa population atteignit 25 000 âmes en 1925 et 178 000 en 1986. La ville était alors devenue un centre agricole, industriel, médical et universitaire reconnu.

Le premier concert donné à Saskatoon, le 1er décembre 1884 par la Pioneer Society, présenta des solos, duos, choeurs, lectures et récitations. L'érection du Saskatoon Music Hall et du Dulmage Hall (v. 1900) permet de supposer une intensification de l'activité musicale. Le Cairns' Hall, inauguré le 29 septembre 1903, fut construit par J.F. Cairns qui avait auparavant possédé un théâtre à Chatham, Ont., et dirigé la Grand Opera House à London, Ont. En 1903, l'organiste d'église et accordeur de piano F.W. Musselwhite fonda la Saskatoon Choral Society. Musselwhite dirigea également le premier concert de l'orchestre de Saskatoon, au Cairns' Hall le 16 mars 1905, avec John Jackson comme violon solo,. La même année, un ensemble instrumental et lyrique dirigé par Frank Laubach de Regina visita Saskatoon.

Au début des années 1900, les principales activités musicales furent des récitals, des concerts d'harmonie, des spectacles de « minstrels » et de vaudeville et des opérettes de Gilbert et Sullivan, présentés par des ensembles locaux et de passage. En 1908, Blanche Saint John-Baker, une élève de Leopold Godowsky et d'Olga Varet-Stepanoff, ouvrit une école de piano. Elle enseigna à Saskatoon jusqu'en 1920 et forma plusieurs pianistes de talent, dont Lyell Gustin, mais se fixa plus tard à Los Angeles. L'année 1908 fut également celle de la fondation de la Saskatoon Philharmonic Society (78 membres), première société musicale d'importance de la ville. Mise sur pied et dirigée par William Preston, elle donna son premier concert au Lyric Theatre en janvier 1909. En mai 1909, elle gagna un prix à Regina pour son interprétation de H.M.S. Pinafore lors du premier Saskatchewan Music Festival (l'année suivante, Saskatoon fut l'hôte du second festival provincial et le redevient tous les deux ans depuis lors). En 1910, des membres de la Philharmonic Society se produisant sous le nom de Grand Vaudeville Company dans une reprise de H.M.S. Pinafore inaugurèrent l'Empire Theatre où furent présentées les manifestations musicales et dramatiques durant plus de 20 ans. Pendant ces décennies, la Philharmonic (plus tard Orpheus) Society continua de jouer des opérettes.

Parmi les musiciens d'église éminents associés à Saskatoon, figurent l'organiste britannique Arthur Bates (1894-1939) qui arriva en 1911, la chef de choeur et prof. de chant Elizabeth Morrison (1889-1965) qui arriva d'Écosse en 1915 et l'organiste, pianiste, professeure et compositrice Marguerita Spencer (née en 1892) venue de l'Est canadien en 1922. Originaire de Nouvelle-Écosse, Spencer fit paraître plusieurs oeuvres dont des mélodies et deux Prairie Suites (Harris 1953, 1959). Ses 24 Preludes in All Keys pour piano furent terminés en 1971. Elle a été le sujet d'un documentaire de la télévision de la SRC en 1986 alors qu'elle était encore active comme compositrice et pianiste

En 1912, Saskatoon comptait quatre harmonies et deux orchestres. Un autre signe de l'expansion de la vie musicale fut la fondation, cette année-là, du Women's Musical Club et l'inauguration du Bell Cons. par M. et Mme Robert Bell au Odd Fellows' Hall, sur la 3e avenue. Les Bell et leurs professeurs, dont John Jackson, offraient des leçons de piano et d'instruments à cordes, de matières théoriques et de chant, et produisaient des musiciens de marque tels que Thelma Johannes O'Neill et Mabel Sanda. George C. Palmer (1879-1968), qui était né à Bristol mais s'était établi à Saskatoon en 1915, ouvrit la Palmer School of Music et enseigna le piano. Cinq ans plus tard, Lyell Gustin ouvrit son école de piano d'où allaient sortir plusieurs remarquables pianistes et professeurs canadiens. En 1924, il fonda le Musical Art Club.

Après 1900, plusieurs solistes et ensembles visitèrent Saskatoon. Le ténor Harold Jarvis y chanta en 1905 et le San Francisco Opera s'y produisit en 1908. En 1910, Nellie Melba y donna un récital conjoint avec le violoniste Jan Kubelik et le billet coûtait alors 5 $. Deux ans plus tard, Ernestine Schumann-Heink se produisit à l'Empire Theatre, et le Sheehan English Opera présenta ll Trovatore. Le ténor John McCormack chanta à l'Empire Theatre en 1913. D'autres événements musicaux de la période 1910-20 furent la venue de Kathleen Parlow (1911) qui donna un récital au cours de sa première tournée canadienne, du Trio Cherniavsky (1914), de Clara Butt (1914), des spectacles Chautauqua, du Gilbert and Sullivan Festival Opera, du De Koven Opera, du San Carlo Grand Opera, des Shuberts, du Gallo English Opera, du Royal English Opera et du Boston Opera. Les artistes qui se produisirent à Saskatoon avant 1930 incluent Harold Craxton, Marcel Dupré, Arthur Friedheim, Percy Grainger, Boris Hambourg et Edward Johnson. Le Quatuor à cordes Hart House y joua également. La Saskatoon Oratorio Society dirigée par William Preston, avec Fred Gee comme organiste, donna la première intégrale du Messie à Saskatoon, les 3 et 4 décembre 1913. Critique musical de plusieurs journaux à Saskatoon jusqu'en 1920, Irene Moore a signé d'importants comptes rendus, des entrevues et des portraits de musiciens locaux. En 1920, W. Seemer Betts vint se fixer à Saskatoon et devint l'un des chefs de la Saskatoon Philharmonic Society ainsi qu'un prof. de chant et maître de chapelle important.

La Grande dépression, la sécheresse des années 1930 et le déclin de population qui s'ensuivirent, stoppèrent la croissance rapide qu'avait connue la vie musicale dans la précédente décennie. Le développement se poursuivit cependant, surtout dans le domaine de l'éducation musicale. Un dépt de musique fut créé à l'Université de la Saskatchewan en 1931 et Arthur Collingwood, qui fonda aussi l'Orchestre symphonique de Saskatoon cette année-là ou la suivante, en devint le dir. La même année, Lyell Gustin organisa des programmes d'éveil à la musique pour les septième et huitième années dans quatre écoles de la ville. Ces programmes se poursuivirent jusqu'en 1938, le dernier ayant lieu à l'église de Third Avenue avec la participation de 3000 enfants. En 1931 également, la Saskatoon Music Teachers' Assn fut formée. George C. Palmer, qui enseigna à l'Université de la Saskatchewan de 1935 à 1950, en fut le premier prés. En 1939, la FCAPM tint son congrès biennal à Saskatoon.

Vers le milieu des années 1940, la communauté musicale commença à se remettre lentement des suites de la suite de la dépression, de la sécheresse et de la Deuxième Guerre mondiale. En 1944, le Saskatoon Kinsmen Club lança la Celebrity Concert Series qui allait, pendant 26 ans, présenter aux auditoires de Saskatoon des musiciens internationalement connus (notamment Mischa Elman, Zara Nelsova, Lily Pons, Arthur Rubinstein). De 1946 à 1955, l'Université de la Saskatchewan présenta annuellement une opérette ou une comédie musicale au théâtre Capitol. Naughty Marietta, The Desert Song, Countess Maritza, Brigadoon et Finian's Rainbow furent notamment à l'affiche. Le dépt de musique mit également sur pied une série de récitals du dimanche soir avec de remarquables interprètes. En 1952, une Saskatoon Oratorio Society (Saskatoon Choral Society après 1959) fut fondée et le premier dir. en fut Victor Kviesis. Leur premier concert, Saint Paul de Mendelssohn, eut lieu à l'église unie de Third Avenue les 3 et 4 février 1953. Au cours des années l'effectif oscilla entre 60 et 80 membres et la société présenta La Passion selon saint Matthieu de Bach, le Messie, Judas Macchabée et Solomon de Haendel, La Création de Haydn, le Requiem de Mozart, Le Christ au mont des Oliviers et la Missa solemnis de Beethoven, Elijah de Mendelssohn, Un Requiem allemand de Brahms et War Requiem de Britten. La Saskatoon Lyric Theatre Society survécut cinq ans et produisit La Fiancée vendue de Smetana en 1955. En 1963, Robert Solem devint le dir. des Greystone Singers, choeur mixte d'étudiants fondé en 1959 pour souligner le 50e anniversaire de l'Université de la Saskatchewan. Les chanteurs se sont fait entendre en Saskatchewan, en Alberta et dans le Nord-Dakota, ont tenu des ateliers annuels dans des centres de la Saskatchewan et se sont produits avec l'OS de Saskatoon. En 1977 furent fondés les Saskatoon Chamber Singers regroupant 14 membres des Greystone Singers. En 1978, le choeur comptait 21 membres. Les directeurs en ont été Robert Solem (1977-85) et Jim Hawn (1985-86), à qui succéda Patricia Charpentier. Parmie les autres choeurs, citons le Saskatoon Boys' Choir constitué sous la direction de Don Forbes en 1960 et le Saskatoon Men's Chorus organisé en 1980 par Alfred S. Driedger et dont l'effectif était de 44 membres en 1989.

Murray Adaskin, qui devint dir. du dépt de musique de l'Université de la Saskatchewan en 1952 et fut chef d'orchestre de l'OS de Saskatoon de 1957 à 1960, organisa en 1959 le premier festival d'été de musique. En 1962, Saskatoon fut l'hôte du congrès de la FCMF. L'ensemble Humphrey and the Dumptrucks vit le jour en 1967. En 1968, Murray Adaskin fonda le Quatuor à cordes Amati. L'événement le plus significatif de la décennie fut probablement l'ouverture, en 1967, du Saskatoon Centennial Auditorium qui dota l'OS de Saskatoon d'un foyer permanent et donna un centre à la vie musicale de la ville. En 1976, Ruben Gurevich devint le premier chef à temps plein de l'OS de Saskatoon.

La Saskatoon Opera Assn fut organisée en 1978 par Dorothy Howard et d'autres, avec Marilyn Harrison comme gérante. Chaque année, elle a présenté une ou deux grandes productions, deux ou trois opéras de chambre et d'autres manifestations ainsi que des programmes pour enfants. Parmi les solistes ont figuré Barbara Collier, John Fanning et Émile Belcourt. Le répertoire a inclus La Bohème, The Marriage of Figaro et La Traviata. Le Prairie Opera Inc. fut constitué à l'automne de 1986 avec Murray Moats comme dir., dans le but d'offrir des opportunités professionnelles aux interprètes, compositeurs et autres artistes de la Saskatchwan. Elle présente de trois à cinq productions chaque année, totalisant cinquante représentations. Des ateliers ont aussi été présentés de même que des représentations pour enfants en Saskatchewan et au Manitoba. On a aussi offert des spectacles intimes, des récitals et des festivals pour les jeunes. Au nombre des oeuvres à l'affiche ont figuré Amahl and the Night Visitors, The Consul et The Final Bid d'Elizabeth Raum. En 1990, la principale production fut la création d' Eos : The Dream of Nicholas Flood Davin, toujours de Raum.

Saskatoon est la ville natale de Walter Babiak, du contrebassiste Kim Brandt, de la pianiste et professeure Irene Bubniuk, de Neil Chotem, de Brenton Price Dutton, de Mike Ferbey des Rhythm Pals, de la chanteuse Lorraine McAllister Richards, de la chanteuse pop Susan Pesklevits Jacks, du pianiste David Swan et de Lesia Zubrack Romanoff.


Lecture supplémentaire

  • 'A musical city,' The Capital, anniversary number 1909

    Walls, A.H. 'City's grand old man of music [W. Seemer Betts],' Saskatoon Star-Phoenix, 28 Jan 1954

    Kasemets, Udo. 'The Saskatoon summer music festival, 1959,' CMJ, vol 4, Autumn 1959

    Gustin, Lyell. 'Music in the early days of Saskatoon,' paper ed by Mrs T.C. Vanterpool, repr Alumni Bulletin, no. 13, 1966

    History of Theatre in Saskatoon 1897-1955, 2 vols, index prepared by University of Saskatchewan drama students (Saskatoon 1974)