Ron Sexsmith

Ronald (Eldon) Sexsmith. Auteur-compositeur-interprète, guitariste (St. Catharines, Ontario, 8 janvier 1964). Élevé à St. Catharines, Ron Sexsmith découvre très jeune sa passion pour la composition et, au début de son adolescence, il apprend la guitare tout seul.

Ron Sexsmith

Ronald (Eldon) Sexsmith. Auteur-compositeur-interprète, guitariste (St. Catharines, Ontario, 8 janvier 1964). Élevé à St. Catharines, Ron Sexsmith découvre très jeune sa passion pour la composition et, au début de son adolescence, il apprend la guitare tout seul. À 17 ans, il donne des spectacles réguliers à la Lion's Tavern et dans d'autres clubs de St. Catharines.

Ses débuts
En 1985, Ron Sexsmith devient père et passe plusieurs mois au Cap-de-la-Madeleine, au Québec. Cette expérience lui fournit l'inspiration de sa première période de composition, qui sera d'ailleurs la plus fructueuse de sa carrière. En 1986, Sexsmith retourne dans le sud de l'Ontario et enregistre avec Kurt Swinghammer, auteur-compositeur de la région de Niagara, l'album indépendant There's A Way. Fin 1987, Sexsmith s'installe de nouveau à Toronto. Il rencontre ainsi Bob Wiseman, claviériste de Blue Rodeo, avec qui Sexsmith et son groupe, The Uncool, enregistre un deuxième album indépendant, Grand Opera Lane (1991).

En 1991, il signe un contrat avec la compagnie de Los Angeles Interscope Music Publishing suivi, en 1993, d'un contrat d'enregistrement avec Interscope Records. En 1995, avec le producteur Mitchell Froom, il sort son premier album chez eux, Ron Sexsmith. Tout d'abord, le ton mélancolique et les arrangements acoustiques légers du disque ne plaisent pas chez Interscope mais, grâce à l'appui enthousiaste d'Elvis Costello, les médias s'y intéressent et en font d'excellentes critiques. Dans sa critique du 7 septembre 1995 pour Rolling Stone, Bud Scoppa écrit que « Sexsmith est sûrement le chanteur de ballades le plus agréable à écouter depuis Tim Hardin ou Harry Nilsson ».

La route vers le succès
La musique de Sexsmith devient un mélange unique et universel des styles populaires classiques, folkloriques contemporains et typiques des débuts du rock. Il a bonne réputation auprès des critiques et des auteurs-compositeurs tels que Paul McCartney, Paul Simon, John Hiatt, Elton John et k.d. lang grâce à son approche honnête, sensible et durable de la composition.

Depuis 1995, Sexsmith sort régulièrement des albums et enregistre avec les producteurs Froom, Daniel Lanois et Martin Terefe. En 2001, à Nashville, Sexsmith travaille avec l'artiste et producteur originaire des États-Unis, Steve Earle, sur l'album Blue Boy. Il enregistre son douzième album, Long Player Late Bloomer (2011), avec Bob Rock, qui produit de grands succès canadien.

Même si ses ventes de disques augmentent lentement au Canada, ses fans lui vouent un véritable culte et assurent le succès de ses tournées internationales. Sexsmith donne des représentations avec, entre autres, Elvis Costello, Elton John, The Tragically Hip, Coldplay et Leslie Feist. Ses chansons sont reprises par Rod Stewart, k.d. lang, Emmylou Harris, Dallas Green, , Mary Black et la mezzo-soprano suédoise Anne Sofie von Otter.

En 2001, Sexsmith fait partie du groupe d'auteurs-compositeurs de la SOCAN à la conférence de musique North By Northeast à Toronto et donne une représentation lors de l'intronisation de Gordon Lightfoot au Temple de la renommée de la musique country canadienne. De plus, on peut l'entendre à l'émission radiophonique américaine « The World Café » et fréquemment sur les stations radio de la BBC et de la SRC. On peut aussi le voir dans la série télévisée « Sessions at West 54th » de PBS. En 2002, il est invité à « Songwriter's Circle » de la SRC et à « Live at the Rehearsal Hall » de Bravo. En 2001, il est le sujet du documentaire Love Shines, réalisé par Douglas Arrowsmith.

Prix et récompenses
En 1998, Ron Sexsmith reçoit son premier Prix Juno pour l'album Other Songs. En 2002, il remporte le prix Génie de la meilleure chanson originale avec « Love is Free to Go » du film The Art of Woo et le Canadian Independent Music Award, pour l'album Blue Boy. En 2005, il est récompensé par le prix Juno de l'auteur-compositeur de l'année.

Discographie

Grand Opera Lane, 1991, Ron Sexsmith ACC-49255.

Ron Sexsmith, 1995, Interscope Records CD 92485.

Other Songs, 1997, Interscope Records INTSD-90123.

Whereabouts, 1999, Interscope Records INTSD-90299.

Blue Boy, 2001, Linus Entertainment 2-70001.

Cobblestone Runway, 2002, Linus Entertainment 2 70011.

Rarities, 2003, Linus Entertainment.

Retriever, 2004, Warner Canada 2 61600.

Destination Unknown, 2005, Sexsmith et Don Kerr. Ronboy Rhymes 2 91667.

Time Being, 2006, Warner Canada 2 63185 WEA.

Exit Strategy of the Soul, 2008, Warner Canada 2 959211 WEA.

Long Player Late Bloomer, 2011, Warner Canada 1 745692.

Bibliographie

Attenborough, Debra, « Niagara's voice », Jamm Niagara (8 fév.-8 mars 1986).

Chiclo, Ian, « Secret Heart: Ron Sexsmith's simple voice », Vox (mai 1995).

Scoppa, Bud, « Ron Sexsmith », Rolling Stone (7 sept. 1995).

Murphy, Angela, « The boy next door », The Standard (St. Catharines) (27 déc. 1996).

Jones, Christopher, « Small songs, big punch », Words and Music (juin 1997).

Powell, Betsy, « A musician's musician », The Toronto Star (23 mai 1999).

Contemporary Canadian Musicians (avril 2000).

Doole, Kerry, « Stranger in his own land: songwriter Ron Sexsmith... », Toronto, Globe and Mail (5 juin 2001).

Cooke, Stephen, « Sexsmith out of the blue », The Chronicle-Herald (Halifax) (7 juin 2001).

Bliss, Karen, « The evolution of a songwriter: how Ron Sexsmith learned to write songs... and really doesn't care if he ever has another hit », Canadian Musician (janv.-fév. 2005).

Wheeler, Brad, « Is it finally Ron Sexsmith's time to shine? », Globe and Mail (4 mars 2011).


Liens externes