Quatuor à cordes Parlow/Parlow String Quartet

Quatuor à cordes Parlow/Parlow String Quartet. Ensemble fondé par Kathleen Parlow peu de temps après son retour au Canada en août 1941 pour occuper un poste de professeure au TCM (RCMT).

Quatuor à cordes Parlow/Parlow String Quartet

Quatuor à cordes Parlow/Parlow String Quartet. Ensemble fondé par Kathleen Parlow peu de temps après son retour au Canada en août 1941 pour occuper un poste de professeure au TCM (RCMT). Dès le 19 janvier 1941, dans une lettre adressée à sir Ernest MacMillan, elle avait fait part de son désir de former un quatuor. L'ensemble donna son premier concert à la SRC le 11 avril 1943 et joua pour la première fois en public le 1er mai 1943 à l'Eaton Auditorium. Le quatuor se produisit régulièrement jusqu'en 1958. À ses débuts, il se composait de Parlow et Samuel Hersenhoren, violons, John Dembeck, alto (voir Quatuor à cordes Dembeck), et Isaac Mamott, violoncelle. Andrew Benac remplaça Hersenhoren en 1951. À Dembeck succédèrent Robert Warburton en 1945, Michael Barten en 1946 et Stanley Solomon de 1946 à 1958. Cornelius Ysselstyn remplaça Mamott en 1948-49 et Ysselstyn et Rowland Pack le remplacèrent en plusieurs autres occasions. En plus de jouer fréquemment à la radio de la SRC, l'ensemble donna de nombreux concerts à Toronto, fit de fréquentes tournées en Ontario et une dans l'Ouest canadien en 1945. Il joua à quelques reprises au Québec et dans les Maritimes. Outre les quatuors du répertoire, il interpréta des oeuvres de Bartók, Bridge, Britten, Dohnányi, Fauré, Glinka, Jongen, Kreisler, Turina et Wolf. Parmi des oeuvres canadiennes, il créa le Quatuor à cordes de James Gayfer (1944), le Quatuor à cordes n 2 de Weinzweig (1947) et le Quatuor à cordes n 2 de Morawetz (1956). Il fit aussi entendre le Quatuor à cordes n 1 de Pépin et Five Pieces de Freedman.

La célébrité de sa fondatrice assura au Quatuor Parlow le statut d'ensemble le mieux connu du genre au Canada pendant les 15 années de son existence. Avec le Quatuor à cordes Dembeck et le Quatuor à cordes McGill, il sut maintenir une tradition de style et d'excellence au cours de la période allant de la disparition du Quatuor à cordes Hart House à la création du Quatuor à cordes Orford. À la suite d'un concert au RCMT, le critique torontois John Kraglund définit le quatuor en ces termes : « Mlle Parlow est à son meilleur lorsque l'occasion lui est donnée de s'exprimer avec force et M. Mamott est... à tous moments le membre le plus fiable du groupe. Andrew Benac, second violon, et Stanley Solomon, alto, sont prompts à suivre l'élan des deux autres... » (Globe and Mail, 21 janvier 1957). Un album de coupures de presse où il est fait mention des activités du Quatuor à cordes Parlow jusqu'en 1951 figure au nombre des documents du fonds Hersenhoren à la Bibliothèque nationale du Canada.