Musical Canada

Musical Canada. Revue mensuelle fondée à Toronto en 1906 par Edwin Parkhurst. Son nom original, The Violin, fut changé en celui de Musical Canada en 1907. Une des revues musicales canadiennes les plus durables, Musical Canada fut tour à tour la propriété de Parkhurst (jusqu'en 1920), A.L.
Musical Canada. Revue mensuelle fondée à Toronto en 1906 par Edwin Parkhurst. Son nom original, The Violin, fut changé en celui de Musical Canada en 1907. Une des revues musicales canadiennes les plus durables, Musical Canada fut tour à tour la propriété de Parkhurst (jusqu'en 1920), A.L.


Musical Canada

Musical Canada. Revue mensuelle fondée à Toronto en 1906 par Edwin Parkhurst. Son nom original, The Violin, fut changé en celui de Musical Canada en 1907. Une des revues musicales canadiennes les plus durables, Musical Canada fut tour à tour la propriété de Parkhurst (jusqu'en 1920), A.L. Robertson (1920-28, avec Augustus Bridle, H. Cecil Fricker et Robertson comme rédacteurs en chef successifs), C.F. Thiele (1928-32) et, durant une courte période, Gordon V. Thompson. Victime de la Dépression, elle cessa d'exister en 1933, avant que Thompson ait pu publier son premier numéro. Même si des numéros se trouvent à la bibliothèque publique de Toronto, à la bibliothèque de la faculté de musique de l'Université de Toronto, à la Bibliothèque nationale du Canada, à la Bibliothèque du Congrès, aux bibliothèques publiques de New York et Hamilton et à l'Université Mount Allison, aucun de ces endroits n'en possède une collection complète et certains volumes demeurent introuvables. (La numérotation des volumes s'est poursuivie après celle de The Violin. Elle commença du début après le vol. XVI, no 6, lors du premier changement de propriétaire en décembre 1920. Le tout dernier numéro, février 1933, fut le vol. XIII, no 9.) Sous Parkhurst, Musical Canada fut essentiellement un « journal d'informations et d'opinions musicales » consacré aux comptes rendus de concerts et à des nouvelles sur les interprètes. Plus tard, il se transforma en une combinaison de chroniques servant les intérêts de groupes précis. En 1924, Robertson incorpora The Canadian Bandsman and Orchestra Journal (qu'il avait publié précédemment comme organe de la maison R.S. Williams & Co.), et en 1928, le CCO (CRCO) commença à utiliser Musical Canada comme son bulletin, ce que fit aussi la section musicale de l'Ontario Educational Assn (OMEA). Lorsque Thiele devint propriétaire de la revue, il déménagea ses bureaux à Waterloo, Ont. Augmentant le contenu, il inséra dans chacun des numéros de la musique imprimée dont les droits appartenaient le plus souvent à son entreprise, Waterloo Music Co. Parmi les compositeurs figurèrent Frederick Egener, Ernest Dainty, Albert Ham, Clifford Higgin, A.W. Hughes, W.O. Forsyth, Leslie Grossmith (dont l' Air de ballet gagna un concours organisé par Musical Canada et parut dans le numéro de juin 1929), Luigi von Kunits, Louis Waizman et d'autres compositeurs canadiens et étrangers. La série de numéros parus de 1928 à 1933 est d'intérêt historique parce qu'elle contient des essais biographiques de musiciens canadiens signés H.C. Hamilton.

L' EMC utilise l'abréviation MCan pour désigner le présent périodique. L' EMC emploie l'abréviation Musical Canada en référence à Musical Canada : Words and Music Honouring Helmut Kallmann, John Beckwith et Frederick A. Hall, dir. (Toronto 1988). Le titre de ce livre d'essais a été choisi pour rappeler les revues Musical Canada et Le Canada musical.


//