Koprowski, Peter Paul

Peter Paul (né Piotr Pawel) Koprowski. Compositeur, chef d'orchestre, pianiste, professeur (Lódz, Pologne, 24 août 1947, naturalisé canadien 1976). Diplôme d'artiste (Collège de musique d'État, Lódz) 1966, M.A. (École supérieure de musique, Cracovie) 1969, D.Mus. (Toronto) 1977.
Peter Paul (né Piotr Pawel) Koprowski. Compositeur, chef d'orchestre, pianiste, professeur (Lódz, Pologne, 24 août 1947, naturalisé canadien 1976). Diplôme d'artiste (Collège de musique d'État, Lódz) 1966, M.A. (École supérieure de musique, Cracovie) 1969, D.Mus. (Toronto) 1977.


Koprowski, Peter Paul

Peter Paul (né Piotr Pawel) Koprowski. Compositeur, chef d'orchestre, pianiste, professeur (Lódz, Pologne, 24 août 1947, naturalisé canadien 1976). Diplôme d'artiste (Collège de musique d'État, Lódz) 1966, M.A. (École supérieure de musique, Cracovie) 1969, D.Mus. (Toronto) 1977. Koprowski étudie avec Boleslaw Woytowicz (1966-1969) à Cracovie (où il est aussi directeur musical de l'ensemble de musique nouvelle Ars Nova) et Nadia Boulanger à Paris (1969-1971) alors qu'il habitait Londres. Il se produit comme chef d'orchestre invité et pianiste en Europe avant de choisir de se concentrer sur la composition. Il s'établit au Canada en 1971 et étudie avec John Weinzweig à l'Université de Toronto (1971-1977). En 1981, il est compositeur résident à la Leighton Artists' Colon, au Centre d'arts de Banff et à la Compagnie d'opéra canadienne (COC) (1988-1989).

Compositeur prolifique, Koprowski est surtout connu pour ses œuvres orchestrales, dont la première, In Memoriam Karol Szymanowski (1963, révisée 1977), est encore jouée. Il travaille avec des ensembles comme le Quintette à vent de l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre philharmonique d'Oslo (qui crée son concerto pour flûte en 1983), l'Orchestre de chambre de Pologne et l'Orchestre du Centre national des arts, et avec des musiciens tels que Pinchas Zukerman et Trevor Pinnock. Pendant sa résidence à la COC, Koprowski écrit l'opéra en un acte Dulcitius, que la compagnie présente pour la première fois en mai 1989 et que la radio de la SRC diffuse le 21 octobre 1989. Ensuite viennent des œuvres telles que Letters pour mezzo-soprano, violon, clarinette et piano, créée en 1994 par la mezzo Laura Pudwell (certaines sections sont reprises en 1996 sans voix), un concerto pour alto composé pour Rivka Golani en 1995, un concerto pour trompette pour Eric Schulz et le Sinfonia Mississauga en 1998 et Millennium Cantata, exécutée par l'Orchestre symphonique d'Ottawa et la Société chorale d'Ottawa en 2001. Behind the Iron Curtain, une réflexion symphonique sur le passé de Koprowski, est présentée pour la première fois le 29 janvier 2005 par l'Orchestre symphonique de Winnipeg sous la direction d'Andrey Boreyko. Elegia, une œuvre pour soprano et orchestre à cordes inspirée du poème Eulogy for a Polish Boy de Krysztof Kamil Baczynski, est créée le 10 novembre 2005 par l'Orchestre symphonique de l'Université d'Ottawa.

Koprowski a remporté le prix Jules Léger deux fois, en 1989 pour Sonnet for Laura et encore une fois en 1994 pour son Quintette à vent. On lui a remis le prix Victor M. Lynch-Staunton du Conseil des Arts du Canada en 1989. En 1997, il a reçu le prix national de musique Jean A. Chalmers pour son Concerto pour alto et d'autres œuvres. Le Concerto pour alto, enregistré par Golani, fut également en nomination pour un prix Juno en 2002.

Bien que ses premières influences, Scriabin et Szymanowski, modèlent en grande partie sa musique, Koprowski expérimente bon nombre de langages musicaux d'après-guerre. Toutefois, son choix ne s'arrête sur aucun de ces styles; dans ses propres mots, son esthétique musicale « est dans la tradition des compositeurs qui ont tenté d'effectuer une synthèse. Je suis moins intéressé par le développement du langage que par la façon dont on l'utilise » (site Web Accordion, États-Unis). Ainsi, sa musique est considérée parfois comme postmoderne et parfois comme néoromantique, ses harmonies rappellent souvent Nielsen, Sibellus et Mahier. Le concerto pour accordéon qu'il écrit pour Joseph Petric et le Toronto Symphony en 1993 est décrit comme « le premier concerto pour accordéon intertextuel postmoderne dans le répertoire » (site Web Midtown Media). Koprowski s'inspire de bien des sujets, allant du mystique à l'absurde, mais son déclencheur, à la fois sur le plan conceptuel et pratique, est très souvent sa famille; il aurait écrit sa Symphony of Nordic Tales (1995) en pensant à sa fille adolescente comme public cible (Words & Music, mai 1998).

Koprowski enseigne la théorie et la composition à l'Université de Toronto de 1971 à 1973, à l'Université McGill de 1973 à 1974 et, par la suite, à l'Université de Western Ontario, où il est coordonnateur de nouvelle musique lors de concerts sur le campus et chef d'orchestre du New Music Ensemble. Il est membre de la Ligue canadienne de compositeurs et compositeur agréé du Centre de musique canadienne.

COMPOSITIONS (Sélection)

La Jolie Russe : 1964; baryton, orchestre chambre (piano); manuscrit.

In Memoriam Karol Szymanowski : 1966; orchestre; manuscrit.

Quatuor à cordes : 1967; manuscrit.

Trio à cordes : 1967; violon, alto, violoncelle; manuscrit.

Symphonie no 1 : 1969; manuscrit.

Lullabies for an Angel : 1979; soprano, contralto flûte, piano; manuscrit.

Epitaph : 1980; quatuor cordes, orchestre cordes; manuscrit.

Concerto : 1982; flûte, orchestre; manuscrit.

Souvenirs de Pologne : 1983; piano, orchestre; manuscrit.

Moment musical : 1984; orchestre; manuscrit.

Rachel - Games and Daydreams of a Child : 1986; orchestre; manuscrit.

Sinfonia da Camera : 1987; orchestre chambre; manuscrit.

Vignettes : 1987; quintette piano; manuscrit.

Capriccio : 1988; manuscrit.

Songs for Christmas : 1988; chœur d'enfants; manuscrit.

Songs of David : 1988; mezzo, SATB (flûte, cor optionnels); manuscrit.

Sonnet for Laura : 1988; flûte, piano; manuscrit.

Three Poems on a Winter Day : 1988; mezzo, orchestre (flûte et piano); manuscrit.

Dulcitius; opéra de chambre (R. Anderson, d'après Hrotsvitha) : 1989; manuscrit.

Intermezzo : 1989; orchestre; manuscrit.

Three Madrigals (C. Sivier) : 1989; SATB; manuscrit.

Rhapsody on a Theme of Brahms : 1990; piano; manuscrit.

Pygmalion and Galatea : 1991; flûte, basson, piano; manuscrit.

Quintette à vent : 1991; flûte, hautbois, clarinette, cor, basson; manuscrit.

Songs of Forever : 1991; mezzo, orchestre; manuscrit.

Sinfonia Concertante : 1992; orchestre.

Dream People : 1993; narrateur, flûte, clarinette, violon, violoncelle, piano, percussion.

Sinfonia Mystica : 1993; orchestre.

Concerto pour accordéon et orchestre : 1993.

Intermezzo : 1994; orchestre à cordes.

Concerto pour basson et orchestre : 1994.

Letters : 1994; mezzo-soprano, violon, clarinette, piano.

Concerto pour alto et orchestre : 1995.

Symphony of Nordic Tales : 1995; orchestre.

Concerto pour trompette et orchestre : 1996.

Ancestral Voices : 1996; orchestre.

Saga : 1996; orchestre.

Concerto pour trompette et orchestre : 1996.

Concerto pour violoncelle et orchestre : 1998.

Fable Mystique de Rachel : 2000; orchestre.

Bibliographie

« Karen Kieser s'entretient avec Peter Paul Koprowski », Musicanada, XXXIII (oct. 1977).

Michael SCHULMAN, « Peter Paul Koprowski : le goût de polir ses œuvres à l'infini », Compositeur canadien, 152 (juin 1980).

Keith MACMILLAN et John BECKWITH, éd., Compositeurs canadiens contemporains (Toronto 1975).

Paul GESSELL, « When music never sleeps », Ottawa Citizen (5 oct. 1997).

Elissa POOLE, « Ahead by a century », Words & Music (mai 1998).


Lecture supplémentaire

  • 'Karen Kieser talks with Peter Paul Koprowski,' Musicanada, 33, Oct 1977

    Schulman, Michael. 'The composer as perfectionist: continual revision and polishing,' Canadian Composer, 152, Jun 1980

    Macmillan, Keith and Beckwith, John, eds. Contemporary Canadian Composers (Toronto 1975)

    Gessell, Paul. "When music never sleeps," Ottawa Citizen, 5 Oct 1997

    Poole, Elissa. "Ahead by a century," Words & Music, May 1998

//