Joseph Benjamin Keeper

Joseph Benjamin Keeper, dit « Joe », athlète de calibre international et héros de guerre, originaire de la nation crie de Norway House (né le 21 janvier 1886, à Walker Lake, au Manitoba; décédé le 29 septembre 1971, à Winnipeg, au Manitoba). Joe Keeper a participé aux Jeux olympiques d’été de Stockholm en 1912, au cours desquels il a pris part aux épreuves du 5 000 m et du 10 000 m sur piste. Il a ensuite servi dans le Corps expéditionnaire canadien, pendant la Première Guerre mondiale, et a reçu la Médaille militaire pour ses actions au front. Après sa mort, il a été intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada, en 1977, et au Panthéon des sports canadiens, en 2015.



Joseph Benjamin Keeper

Joseph Keeper, athlète cri du Canada, remportant la course du trois milles. (Canadian Sport, juin1918).(avec la permission du ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA 002734.)

Jeunesse

Vers l’âge de 13 ans, Joseph Benjamin Keeper est envoyé au pensionnat indien de Brandon, dirigé par la commission des missions de l’Église méthodiste. (Voir également Pensionnats indiens au Canada.) Là, il excelle dans les épreuves d’athlétisme, affichant un talent particulier pour les courses de demi‑fond. En 1909, il se classe deuxième lors d’une épreuve courue en salle sur un mille (1 609 m), organisée à Brandon, au Manitoba. L’année suivante, il part à Winnipeg, où il intègre le North End Amateur Athletic Club pour continuer à courir.

Carrière sportive avant la guerre

Joseph Benjamin Keeper remporte des courses sur route, courues sur une distance de sept miles (11 265 m), en 1910 et en 1911. En 1911, il établit également un nouveau record national sur 10 milles (16 093 m) et est choisi pour représenter le Manitoba lors des Championnats du Dominion à Montréal. Sa deuxième place derrière un coureur américain dans l’épreuve du trois milles (4 828 m) lui vaut d’être sélectionné dans l’équipe olympique canadienne pour les Jeux olympiques d’été de Stockholm de 1912. Aux Jeux, il participe aux épreuves du 5 000 m et du 10 000 m, se classant quatrième sur cette distance. À ce jour, il reste le Canadien ayant obtenu le meilleur classement lors d’un 10 000 m olympique (voir également Le Canada et les Jeux olympiques d’été).

Première Guerre mondiale

Joseph Benjamin Keeper n’aura pas l’occasion de participer à d’autres Jeux olympiques. En 1916, les Jeux olympiques d’été de Berlin sont annulés en raison de la Première Guerre mondiale. Le 1 er mai 1916, Joe Keeper s’enrôle dans le 203e Bataillon (Winnipeg Rifles) du Corps expéditionnaire canadien, à Norway House, au Manitoba. Peu de temps après, le 8 juin, il est nommé caporal suppléant. Son unité quitte Halifax, à bord du SS Grampian, le 24 octobre, et arrive à Liverpool, en Angleterre, le 4 novembre. De là, elle se dirige vers Bramshott, un camp important pour les Canadiens.

En janvier 1917, Joe Keeper est transféré au 107e Bataillon (Timber Wolf), stationné au camp Witley voisin. Le 107e compte dans ses rangs un grand nombre de soldats autochtones (voir également Les peuples autochtones et la Première Guerre mondiale). Après avoir réussi à empêcher la dispersion de l’unité pour fournir des renforts à d’autres unités, le 107e est renommé 107e Bataillon de pionniers. Les unités pionnières sont entraînées à combattre, en tant qu’unités d’infanterie, ainsi qu’à effectuer des tâches de génie militaire limitées.

En raison de ses capacités athlétiques, Joseph Keeper est employé comme estafette. Il est chargé de porter des messages manuscrits aux combattants sur le front. Il s’agit là d’une mission parmi les plus dangereuses qui soient. Les estafettes doivent traverser le champ de bataille en courant, sans pouvoir s’abriter dans les tranchées, puis revenir sur leurs pas pour informer le commandement que le message a bien été transmis.

Lors d’une rencontre sportive de division, organisée en France, le 19 septembre, Joseph Keeper se classe premier sur le mille et sur le trois milles (1 609 m et 4 828 m). Dix jours plus tard, il répète sa performance, sur les mêmes distances, lors d’une autre rencontre, organisée, cette fois, à l’échelon du Corps expéditionnaire canadien, devançant, les deux fois, le célèbre coureur de fond onondaga Tom Longboat.

Fin mai 1918, le 107e Bataillon est dissous et ses hommes sont dispersés dans un certain nombre d’unités de génie nouvellement formées en vue de la dernière poussée alliée de la guerre, qui débutera en août 1918. Joseph Keeper est transféré au 1er Bataillon du Génie canadien. La bataille de Cambrai se déroule dans le nord de la France, du 27 septembre au 11 octobre 1918. Il s’agira de l’une des dernières batailles livrées par les Canadiens au cours de la Grande Guerre. Joe Keeper reçoit la Médaille militaire le 23 septembre, en récompense de son dévouement au service au cours des préparatifs pour cette bataille.

Vie après‑guerre

En juin 1919, aux Jeux interalliés à Paris, en France, pour sa dernière compétition internationale, Joseph Benjamin Keeper représente le Canada sur 10 000 m, en cross‑country. Il quitte ensuite la Grande‑Bretagne pour revenir au Canada et est libéré de la vie militaire à Winnipeg, le 27 août 1919. Il dispute ensuite quelques épreuves dans cette ville, mais est éclipsé par des coureurs plus jeunes que lui.

En 1921, il quitte Winnipeg et retourne à Norway House. Là, il élève sa famille et travaille au poste local de la Compagnie de la Baie d’Hudson pendant 30 ans, avant de prendre sa retraite en 1951.

En 1969, Joseph Keeper est hospitalisé au Deer Lodge Hospital de Winnipeg, un établissement pour les anciens combattants. Lors d’une entrevue avec un journaliste, il déclare avec humour : « Je pouvais à peine marcher 5 m, alors ne parlons pas de 5 milles! » Il décède à l’hôpital en 1971, à l’âge de 85 ans.

Le saviez-vous?

L’un des fils de Joseph Benjamin Keeper, Joseph Irvine, a été intronisé membre de l’Ordre du Canada en 1992. Il était membre fondateur du Conseil national des Indiens (devenu l’Assemblée des Premières Nations). La petite‑fille de Joe, Tina Keeper, est actrice et récipiendaire de nombreux prix, dont l’Ordre du Manitoba, en 2002. Elle a également été députée libérale de Churchill, de 2006 à 2008.


Postérité

Joseph Benjamin Keeper est enterré au champ d’honneur, au cimetière Brookside de Winnipeg, l’un des plus grands et des plus anciens cimetières militaires au Canada. Après sa mort, il a été intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada en 1977, au Manitoba Sports Hall of Fame en 1984, au Manitoba Runners’ Association Hall of Fame en 2006 et au Panthéon des sports canadiens en 2015.

Pendant des années, la Manitoba Runners’ Association a organisé la course commémorative Joe‑Keeper–Angela‑Chalmers, qui s’est tout d’abord appelée course commémorative Joe‑Keeper. La nation crie de Norway House organise également des courses commémoratives en l’honneur de Joe Keeper.


Collection Premières Nations

Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones

Liens externes