Harold Cardinal

Harold Cardinal, chef cri, avocat, auteur (né le 27 janvier 1945 à High Prairie, en Alberta; mort le 3 juin 2005 à Edmonton, en Alberta). Défenseur des droits des Autochtones, Harold Cardinal a été un des leaders du mouvement d’opposition au Livre blanc de 1969, qui proposait d’abolir le statut d’« Indien » et les droits issus des traités. Harold Cardinal a participé à la vie politique autochtone pendant la plus grande partie de sa vie, et a laissé le souvenir d’un leader fort et inspirant.



Négociations avec les peuples autochtones
Le premier ministre Harry Strom, Harold Cardinal et Jean Chrétien, ministre des Affaires indiennes, le 18 décembre 1970 (avec la permission des Provincial Archives of Alberta/J-547).

Jeunesse et début de carrière

Harold Cardinal grandit dans la réserve de Sucker Creek, située approximativement 22 km à l’est de High Prairie, en Alberta.

En 1968, il est élu président de l’Indian Association of Alberta. Il est le plus jeune à occuper ce poste. Durant ses neuf mandats, de 1968 à 1977, il lance plusieurs programmes pour promouvoir la culture et les traditions autochtones. (Voir aussi Autochtones : organisations et activisme politiques.)

Livre blanc de 1969

En 1969, le gouvernement fédéral publie La politique indienne du gouvernement du Canada, 1969, aussi appelé Livre blanc de 1969. Celui-ci propose d’abolir le statut juridique distinct des peuples autochtones au Canada (le statut d’Indien) et préconise leur assimilation dans la société canadienne. Le Livre blanc soutient aussi que le gouvernement fédéral ne devrait pas négocier de traités avec les peuples autochtones parce que les traités ne peuvent être négociés et signés qu’entre nations souveraines.

Harold Cardinal et l’Indian Association of Alberta, ainsi que d’autres leaders autochtones, comme John Snow et Adam Soloway, rejettent le Livre blanc et y répondent en publiant Citizens Plus (1970), aussi appelé Livre rouge. Le Livre rouge défend fermement les droits issus des traités et les droits autochtones à la terre, aux services publics et à l’autodétermination.

Harold Cardinal est l’auteur de deux énoncés extrêmement critiques de la politique autochtone au Canada, The Unjust Society (1969) et The Rebirth of Canada’s Indians (1977).

Politique des Premières Nations et fonction publique

Quittant la vie politique des Premières Nations, Harold Cardinal est nommé directeur général régional des Affaires indiennes en Alberta. Il est le premier Autochtone à occuper ce poste. Il y entreprend plusieurs réformes innovatrices. Après un mandat controversé de sept mois, il quitte la fonction publique et travaille ensuite comme consultant pour plusieurs bandes du nord de l’Alberta.

Harold Cardinal est élu chef de la bande crie de Sucker Creek en 1982-1983 puis revient pendant une courte période à la politique nationale autochtone en 1983, quand il est nommé vice-chef de la région des Prairies pour la Fraternité nationale des Indiens (aujourd’hui Assemblée des Premières Nations). En 1984, il contribue à la création de la Prairie Treaty Nations Alliance (Alliance des nations des Prairies assujetties à des traités), qui représente des Premières Nations de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, et qui participe à la négociation de traités avec le gouvernement fédéral.

Autres activités et réalisations

Harold Cardinal a obtenu un doctorat en droit et a enseigné à l’Université de la Saskatchewan. Il a reçu un doctorat honorifique de l’Université de l’Alberta en 1999 et a été nommé chercheur en résidence autochtone à l’école de droit de l’université. En 2000, Harold Cardinal et Walter Hildebrandt ont rédigé ensemble Treaty Elders of Saskatchewan, dans lequel ils ont recouru à des traducteurs pour analyser la négociation et la signature des traités selon la perspective des aînés des communautés de Premières Nations. L’année suivante, Harold Cardinal a été honoré d’un prix de la Fondation nationale des réalisations autochtones (aujourd’hui Indspire) pour l’ensemble de son œuvre.

Postérité et signification

Harold Cardinal était un infatigable défenseur des droits des Autochtones. Par son travail, il a su mettre les questions autochtones sur le devant de la scène au Canada et démontrer l’importance des droits issus des traités et du droit à l’autodétermination. (Voir aussi Autonomie gouvernementale des Autochtones.)


Collection des peuples autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones

Lecture supplémentaire

  • Harold Cardinal, La tragédie des Indiens du Canada. The unjust society : the tragedy of Canada's Indians.(1969).

Liens externes