Cuthbert Grant

Cuthbert Grant, commerçant de fourrures, chef métis (né vers 1793 à Fort de la Rivière Tremblante, en Saskatchewan; décédé le 15 juillet 1854 à White Horse Plains, au Manitoba). Après avoir mené les Métis à la victoire à Seven Oaks en 1816, Cuthbert Grant a fondé la communauté métisse Grantown (plus tard Saint-François-Xavier) au Manitoba en 1824. De nos jours, Cuthbert Grant est salué comme l’un des fondateurs de la nation métisse. (Voir aussi Peuples autochtones au Canada.)

Cuthbert Grant, commerçant de fourrures, chef métis (né vers 1793 à Fort de la Rivière Tremblante, en Saskatchewan; décédé le 15 juillet 1854 à White Horse Plains, au Manitoba). Après avoir mené les Métis à la victoire à Seven Oaks en 1816, Cuthbert Grant a fondé la communauté métisse Grantown (plus tard Saint-François-Xavier) au Manitoba en 1824. De nos jours, Cuthbert Grant est salué comme l’un des fondateurs de la nation métisse. (Voir aussi Peuples autochtones au Canada.)


Cuthbert Grant

Jeunesse

Cuthbert Grant naît d’une métisse, Margaret Utinawasis, et d’un père d’origine écossaise, également appelé Cuthbert Grant. Cuthbert Grant père est un important commerçant de fourrures dans la Compagnie du Nord-Ouest (CNO).

Cuthbert Grant passe sa petite enfance dans différents postes de traite des fourrures de la CNO situés le long de la rivière Assiniboine. Le père décède en 1799 et lègue par testament à ses fils, Cuthbert et James, de l’argent pour couvrir leur éducation. Cuthbert Grant père a choisi pour être leur tuteur William McGillivray, l’agent de la CNO à Montréal.

En 1801, William McGillivray emmène Cuthbert Grant, alors âgé d’environ huit ans, à Montréal. Il y est baptisé le 12 octobre à l’église presbytérienne écossaise (plus tard l’église de la rue St-Gabriel), que son père a aidé à construire grâce à des dons. Alors que son frère est envoyé à l’école en Écosse, il poursuit ses études à Montréal sous la supervision de William McGillivray.

Le saviez-vous?
Cuthbert Grant est également connu sous le nom de Wappeston (hermine blanche).

Carrière à la Compagnie du Nord-Ouest

Cuthbert Grant commence à travailler pour les bureaux de la CNO à Montréal aux alentours de 1810. En 1812, il devient commis au département du haut de la rivière Rouge et est affecté à Fort-Espérance en Saskatchewan. À cette époque, la CNO et la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) se disputent la suprématie sur le commerce des fourrures au Canada. Les tensions s’accentuent lorsqu’un directeur de la CBH, lord Selkirk, fonde une autre colonie dans la vallée de la rivière Rouge, le long des routes où la CNO transporte des fourrures et du pemmican.

En 1814, le gouverneur de la colonie, Miles Macdonnell, contrarie les commerçants métis et de la CNO lorsqu’il ne leur permet plus d’exporter du bison près de la colonie ni d’accéder au pemmican de la rivière Rouge. (Voir aussi Proclamation sur le pemmican.) Afin de gagner les Métis à sa cause contre la CBH, la CNO nomme Cuthbert Grant capitaine général des Métis. 

Le 7 juin 1815, Cuthbert Grant et les Métis attaquent les colons de Selkirk et s’emparent de leur bétail. Des actions similaires parmi d’autres groupes de Métis conduisent à l’abandon de la colonie en juin. Les tensions entre la CBH et la CNO restent vives. Les conflits liés au commerce des fourrures s’intensifient, devenant connus sous le nom de « guerre du pemmican ». Le point culminant en est la bataille de la Grenouillère, le 19 juin 1816.

Bataille de la Grenouillère

En 1816, Cuthbert Grant dirige une soixantaine d’hommes métis et des Premières Nations vers l’ouest, à travers La Grenouillère, au nord de la colonie de la rivière Rouge, pour livrer du pemmican aux brigades en canot de la CNO sur le lac Winnipeg. Lorsque le gouverneur de la CBH, Robert Semple, et ses hommes affrontent le groupe de Cuthbert Grant, des tirs et des combats au corps à corps s’ensuivent. Robert Semple meurt, ainsi que 20 de ses hommes. Du côté des Métis, un homme trouve la mort et un autre est blessé.

La CBH met en cause Cuthbert Grant dans le meurtre d’un de ses agents en août 1816. Cuthbert Grant se rend en 1817 et fait face à des accusations à Montréal. Après avoir été blanchi de tous les actes d’accusation, il retourne dans l’Ouest.

Vie et carrière après 1821

En 1821, la concurrence entre la CNO et la CBH s’éteint définitivement quand les deux sociétés fusionnent sous le nom de Compagnie de la Baie d’Hudson. Toujours méfiante à l’égard des commerçants métis, la CBH envisage de s’entendre avec Cuthbert Grant afin d’aider à stabiliser et à contrôler les Métis de la rivière Rouge. En juillet 1823, la CBH nomme Cuthbert Grant comme commis au fort Garry et l’assermente en tant que constable spécial.

Cuthbert Grant démissionne l’année suivante et accepte une concession de terre sur la plaine de White Horse, où il se lance dans l’agriculture. Il y fonde une petite colonie, connue sous le nom de Grantown (aujourd’hui Saint-Francois-Xavier), à environ 29 kilomètres à l’ouest de Winnipeg. Entre 80 et 100 familles métisses se joignent à lui.

En 1828, la CBH nomme Cuthbert Grant « surveillant des plaines » pour empêcher le commerce illicite des fourrures. Sept ans plus tard, en 1835, il est nommé juge de paix du quatrième district d’Assiniboia. En 1839, il rejoint le Conseil d’Assiniboia et devient l’un des deux shérifs du district.

Perte d’influence

Lors des conflits liés au commerce des fourrures des années 1840, Cuthbert Grant reste loyal à la CBH, ce qui le rend impopulaire auprès des Métis. Une jeune génération de Métis nationalistes remet en cause ses efforts pour maintenir le monopole de la CBH au procès Sayer en 1849. Cet événement met fin à sa carrière de surveillant d’Assiniboia.

Dans les années 1850, le politicien radical Jean Louis Riel, père du célèbre Louis Riel, supplante Cuthbert Grant auprès des Métis en termes de pouvoir et de prestige. Jean-Louis Riel fait partie d’une nouvelle génération de jeunes rebelles parlant français qui évince du pouvoir les Métis écossais tels que Cuthbert Grant.

Importance et héritage

Cuthbert Grant contribue à semer dans les esprits des Métis le concept d’une nation métisse. Ce nouveau sentiment d’identité joue un rôle important dans la rébellion de la rivière Rouge (1869-1870) et la rébellion du Nord-Ouest (1885).

Cuthbert Grant est largement commémoré et célébré dans la communauté métisse et au-delà. En 1972, le gouvernement du Canada le reconnaît comme une personnalité historique nationale. La Fédération des Métis du Manitoba a désigné 2016, l’année marquant le 200e anniversaire de la bataille de la Grenouillère, comme « l’année de Cuthbert Grant fils ». La St. James Assiniboia Pioneer Association organise la journée Cuthbert Grant chaque année en juillet.


Collection Métis

Guide pédagogique perspectives autochtones

Liens externes

//