Banques d'alimentation

Le terme « banque d'alimentation » désigne souvent au Canada toute réserve d'aliments destinée à des fins de bienfaisance.

Banques d'alimentation

Le terme « banque d'alimentation » désigne souvent au Canada toute réserve d'aliments destinée à des fins de bienfaisance. Toutefois, au sens strict, ce terme désigne tout programme à grande échelle de collecte d'aliments en vue de les redistribuer gratuitement à la communauté, habituellement par l'intermédiaire d'églises et d'organismes de services sociaux.

Même s'il voit d'abord le jour aux États-Unis, c'est au Canada que le concept de banque d'alimentation est mis en pratique à grande échelle avec succès par l'Edmonton Gleaners Association, un organisme constitué le 16 janvier 1981. La naissance des banques d'alimentation découle de l'évidence de besoins non satisfaits dans la communauté, surtout en raison des contraintes qui pèsent sur les réseaux de services sociaux et de leurs failles. Cette situation incite vivement les églises et d'autres organisations à prendre en main la prestation directe, à domicile, de services d'approvisionnement alimentaire d'urgence. Les banques d'alimentation jouent également le rôle important de fournir un supplément aux programmes alimentaires et aux soupes populaires à l'aide d'aliments « récupérables » ou en « surplus » recueillis auprès de fabricants, de magasins d'alimentation, de détaillants et de grossistes. Les campagnes publiques de collecte d'aliments en conserve et les achats effectués grâce aux dons en argent y contribuent aussi.

Le financement des banques d'alimentation varie énormément d'une ville à l'autre. Certaines des plus grandes acceptent l'aide du gouvernement; cependant, la plupart la refusent, préférant faire appel aux dons de la population plutôt que de devenir partie intégrante de la structure gouvernementale. D'autres reçoivent le soutien d'organismes collecteurs de fonds locaux affiliés à Centraide (p. ex., Edmonton, Montréal et Ottawa). Généralement, les banques d'alimentation se veulent des organisations bénévoles fournissant des solutions d'urgence à court terme au problème de la faim et priant les gouvernements et autres organismes en place d'élaborer des stratégies coordonnées pour trouver des solutions à long terme. Certaines banques jouent un rôle clé dans la sensibilisation de la population aux principaux problèmes et recommandent ouvertement des améliorations.

Les conférences organisées à Edmonton en 1985 et à Toronto en 1986 mènent à la création de l'Association canadienne des banques alimentaires, appelée aujourd'hui Banques alimentaires Canada. À l'origine, en 1989, cette association se compose de 43 banques d'alimentation membres opérant dans tout le pays. Elle regroupe aujourd'hui 450 banques d'alimentation membres.

Clientèle des banques d'alimentation

Depuis 1989, Banques alimentaires Canada publie Bilan-Faim, un sondage national sur les utilisateurs des banques d'alimentation au Canada. Les trois groupes de population qui ont le plus recours à ces banques sont les prestataires de l'aide sociale, les personnes handicapées et les travailleurs pauvres. Ce ne sont pas que les populations des villes canadiennes qui souffrent de la faim. Environ la moitié des banques d'alimentation qui participent au Bilan-Faim œuvrent dans des zones rurales, auprès de communautés de moins de 10 000 habitants. Plus de la moitié des ménages qui bénéficient des banques d'alimentation comptent au moins un enfant, de sorte qu'une personne sur trois ayant recours aux banques alimentaires est un enfant.


Lecture supplémentaire

  • Anna Maria Kirbyson, ed, Recipes for Success: A Celebration of Food Security Work in Canada (2005); Graham Riches, Food Banks and the Welfare Crisis (1986); Candace Weimar, Bridging the Gap from Poverty to Independence: What is the Role of Canadian Food Banks? (2009).