Dictionnaires

Dictionnaires. Ouvrages de référence contenant des renseignements sous forme d'articles séparés, disposés en ordre alphabétique.

Ouvrages de référence contenant des renseignements sous forme d'articles séparés, disposés en ordre alphabétique. Dans un dictionnaire de musique, les articles sont généralement en prose, bien que dans le catalogue des oeuvres, un ouvrage de référence de type semblable, les nomenclatures abondent. Les deux genres seront étudiés ici puisque leurs éléments principaux respectifs - le contenu biographique et les renseignements sur la musique elle-même - chevauchent.

Dictionnaires canadiens
Historique et principaux ouvrages. Tous les dictionnaires de musique canadiens et les sections dictionnaires dans les ouvrages plus substantiels antérieurs à l' EMC ont été biographiques, à l'exception de The Pocket Dictionary of Musical Terms compilé par C.F. Thiele et publié chez Waterloo (s.d.). Les exemples les plus anciens sont les sections biographiques du Musical Toronto de H.H. Godfrey (1897, 1898-99), du Musical Halifax de Hugo Talbot (1903-04) et du Musical Red Book of Montreal de Bernard K. Sandwell (1907). « A review of music in Canada » d'Edouard Hesselberg (dans Modern Music and Musicians, New York v. 1913), même s'il fut publié à l'étranger, consiste essentiellement en un supplément canadien compilé au Canada. Dans cet ouvrage, le premier qui couvre l'ensemble du pays, les portraits de 71 musiciens d'importance primordiale ou secondaire sont esquissés en 9 pages. Dans tous ces cas, le but principal de l'auteur fut d'inventorier les activités et réalisations musicales, la section dictionnaire ne jouant qu'un rôle auxiliaire.

Le premier véritable dictionnaire fut le Dictionnaire biographique des musiciens, publié en 1922 par les Soeurs de Sainte-Anne de Lachine, Québec, un ouvrage sans nom d'auteur mais compilé par soeur Marie-Valentine (Louisa Paquin). Quelque 675 musiciens étrangers y figurent avec 150 Canadiens. Dans la première catégorie, le choix favorisait les compositeurs français d'opérettes et de musique de salon de la fin du XIXe siècle et, dans la seconde, les Canadiens français et autres Québécois presque exclusivement. Beaucoup plus importante est la seconde édition, parue en 1935 sous le titre de Dictionnaire biographique des musiciens canadiens (Lachine 1935, réimprimée à Ann Arbor, Mich. 1972). L'ouvrage compte 384 musiciens dont la carrière s'est déroulée surtout au Québec, mais seulement une poignée (dont A.S. Vogt et Annie Lampman Jenkins) parmi ceux de l'Ontario. Il inclut des noms tels Charles-Amador Martin et Martin Boutet au XVIIe siècle et comprend la jeune génération active en 1934. Seuls quelques noms importants y sont absents, notamment Joseph Quesnel, T.F. Molt, Clara Lichtenstein et Sarah Fischer. L'ouvrage demeure un outil indispensable pour les études canadiennes, en dépit d'inexactitudes et de disproportions imputables à une compilation hâtive et superficielle attestant un manque évident de recherche historique originale.

Une de ses principales responsabilités étant l'exécution de la musique canadienne, la SRC s'organisa, dès sa création en 1936, pour recueillir des renseignements sur les compositeurs vivants et leurs oeuvres au moyen d'un questionnaire distribué au début de la Deuxième Guerre mondiale. La tâche de rassembler ces données éparses dans un Catalogue of Canadian Composers, entreprise sous la direction de J.-J. Gagnier et continuée par Jean-Marie Beaudet, fut abandonnée durant plusieurs années. Quand l'ouvrage parut en 1947, il était dactylographié, sans révision critique ou recherche supplémentaire, et il s'est révélé désuet pour beaucoup de compositeurs. En raison des imperfections de cette édition miméographiée et de la croissance phénoménale de la composition au Canada à la fin des années 1940, une nouvelle édition sous forme de livre fut compilée en 1950-51 et publiée en 1952 (réimprimée à Ann Arbor, Mich. 1972). Préparée sous la direction de Helmut Kallmann, elle regroupe 356 compositeurs (et en cite brièvement une centaine d'autres) de l'époque contemporaine, du XIXe siècle et même d'un passé plus lointain.

L'ouvrage suivant de type dictionnaire fut aussi parrainé par la SRC. Trente-quatre biographies de compositeurs canadiens / Thirty-Four Biographies of Canadian Composers (Montréal 1964) renferme d'importantes esquisses biographiques et des listes d'oeuvres. Il fut rédigé par V.I. Rajewsky et publié par RCI sous la responsabilité de Helmut Blume et Gilles Potvin. Un autre de même format, mais traitant de 144 compositeurs actifs après 1920, fut Contemporary Canadian Composers du Centre de musique canadienne (Toronto 1975), qui regroupe des articles de plusieurs auteurs sous la responsabilité de John Beckwith et Keith MacMillan. Il s'agit là du premier dictionnaire de musique canadienne à contenu surtout analytique et critique. Une traduction française, Compositeurs canadiens contemporains (Montréal 1977), corrigée et augmentée de compositions plus récentes et comprenant 160 compositeurs, fut publiée sous la direction de Louise Laplante, dir. régionale du Centre MC pour le Québec. Il n'y a pas lieu ici de s'étendre sur l'envergure et la nature de l' EMC, qui est d'abord parue dans son édition anglaise en 1981 et dans sa version française en 1983.

Catalogues d'oeuvres à portée restreinte. Les ouvrages qui suivent sont écrits à l'exemple des dictionnaires, mais pour des genres particuliers de musique, des régions précises du Canada ou des utilisateurs spécifiques.

LCComp, Catalogue of Orchestral Music (Toronto 1957).

Ronald Napier, A Guide to Canada's Composers (Toronto 1973, 1976).

Atlantic Canada '81 [Halifax 1981] : renseignements biographiques sur 20 compositeurs et liste de leurs oeuvres; publié par l'Assn des compositeurs canadiens de l'Atlantique.

Jean-François Denis, dir., Q Résonance ([Montréal] 1988); Addendum (1989) : notices biographiques et liste des oeuvres du groupe de compositeurs affiliés au Groupe électroacoustique de Concordia (Électroacoustiques Université Concordia).

Helen Dahlstrom, Canadian Composer : Mini Biographies (Rossland, C.-B. 1989) : élaboré pour la Semaine de la musique canadienne et portant sur 86 compositeurs.

Carolyn Beatty, dir., Répertoire des compositeurs agréés; supplément (Toronto 1989) : notices biographiques, listes des oeuvres (sélection) des compositeurs agréés du Centre MC.

Voir Centre de musique canadienne pour d'autres catalogues.

Interprètes

Michèle Maillé, Blow up des grands de la chanson au Québec (Ottawa 1969).

Edward Moogk, En remontant les années (Ottawa 1975) : inclut un chapitre de « notices biographiques » sur plus de 80 artistes et groupes qui ont enregistré et ont été actifs avant 1930, en plus d'une grande partie consacrée à la discographie.

Harold J. Newlove, Fiddlers of the Canadian West (Swift Current, Sask. 1976) : comprend 112 esquisses autobiographiques de violoneux, dont 90 de la Saskatchewan.

Gabriel Labbé, Les Pionniers du disque folklorique québécois 1920-1950 (Montréal 1977).

Annuaire des chefs d'orchestre au Canada (Toronto [1977]) : comprend de brèves esquisses biographiques sur 91 chefs d'orchestre actifs au Canada.

Bill Guest, Canadian Fiddlers (Hantsport, N.-É.) : brèves biographies de 157 violoneux vivants et 17 défunts.

Carl Ian Walker, Pioneer Pipes of British Columbia (Squamish, C.-B. 1987).

Jazz

Mark Miller, Boogie, Pete & the Senator (Toronto 1987) : 40 biographies.

John Gilmore, Who's Who of Jazz in Montreal : Ragtime to 1970 (Montréal 1989).

Ouvrages canadiens de référence générale. En voici quelques-uns qui fournissent des renseignements utiles sur la musique et les musiciens : The Canadian Men and Women of the Time (Toronto 1898, 1912) de H.J. Morgan; The Canadian Who's Who (Toronto 1910 -); le Canadian Radio and Television Annual (Toronto 1950, environ 240 entrées de musiciens); le DBC (Toronto 1966 -, 12 vol. en 1990); Encyclopedia Canadiana (10 vol., Ottawa 1957-58, Toronto 1972, 1975, dont les entrées sur la musique sont inscrites dans CMJ, vol. III, printemps 1959); et Creative Canada, (2 vol., Toronto 1971, 1972). L'Encyclopédie Grolier (Montréal 1947) inclut quelques articles biographiques et un aperçu général écrit par Eugène Lapierre sous le titre « Canada, musique ». The Canadian Encyclopedia (Edmonton 1985, rév. 1988) / L'Encyclopédie du Canada (Montréal 1987) présente une information sûre et détaillée sur la musique; elle a pour complément la Junior Encyclopedia of Canada (Edmonton 1990). Le dictionnaire pour enfants The Book of Canadians : An Illustrated Guide to Who Did What (Edmonton 1988), de Carlotta Hacker, inclut les principaux compositeurs, interprètes et autres personnalités des domaines classique et pop. Une information musicale substantielle couvrant des domaines spéciaux se trouve dans le Dictionnaire biographique du clergé canadien-français (6 vol., Montréal 1908-34) de Jean-Baptiste-Arthur Allaire et Who's Who in Canadian Jewry (Montréal 1965). De nombreux autres exemples pourraient être cités. Un dictionnaire d'intérêt général plutôt que strictement canadien fut compilé par Wayne Gilpin, le Student's Dictionary of Music (Oakville, Ont. 1985).

Le Canada dans les dictionnaires étrangers

Avant les années 1930, le monde avait peu d'occasions de prendre conscience de l'existence de musiciens canadiens. Le Musical Times de Londres ou le Musical Courier et autres publications américaines publiaient parfois un compte rendu de concert soumis par un correspondant de Toronto ou de Montréal et, à l'occasion, un article intitulé « Music in Canada ». Toutefois, l'amateur de musique curieux ne trouvait qu'un article, Emma Albani, dans les première (1878-89) et deuxième (1900) éditions du Grove's Dictionnary of Music and Musicians et ne voyait figurer que Joseph Quesnel dans le Dictionnaire universel des musiciens (augmenté en 1881) de Fétis. Le Handbook of American Music and Musicians (Canaseraga, N.Y. 1886, 1887) de F.O. Jones incluait au moins cinq Canadiens bien connus ou actifs aux É.-U. - Albani, H.A. Clarke, Calixa Lavallée, J.B. Sharland et S.R. Warren - tandis que l'ouvrage British Musical Biography (Londres 1897) de Brown et Stratton contenait, grâce à la collaboration de F.H. Torrington, des articles sur six musiciens nés au Canada et sept immigrants. La teneur canadienne s'améliora lentement, le Grove's American Supplement (s.l. 1928) paraissant avec des articles sur plus de 60 Canadiens, la 11e édition du Riemanns Musiklexikon (Berlin 1929) avec 18, la Thompson's International Cyclopedia of Music and Musicians (New York 1938) avec 110 articles biographiques et 20 sur des organismes ou des sujets divers (Lawrence Mason, ex-critique du Globe and Mail, était rédacteur canadien), et la Macmillan Encyclopedia of Music and Musicians de Wier (New York 1938) avec 125 articles biographiques repris, semble-t-il, sans discernement parmi d'autres sources de référence. Une place généreuse fut aussi accordée aux Canadiens dans Who Is Who in Music (4e éd., Chicago 1941) de J.T.H. Mize, les diverses éditions du Baker's Biographical Dictionary (1900, 1919, 1940, 1958, etc.) et The ASCAP Biographical Dictionary (2e éd., New York 1952, 1966). Cependant, l'inclusion dans des ouvrages autres qu'en langue anglaise demeure très pauvre. Les dictionnaires bien connus de facteurs de pianos et d'orgues ainsi que de luthiers incluent certains noms canadiens.

Les protestations quant à l'information canadienne dans les grands dictionnaires de musique internationaux devraient porter non pas sur la quantité - qui est raisonnablement généreuse - mais sur l'exactitude et la sélection. Lorsque parut la 5e édition du Grove's Dictionary en 1954, les articles sur MacMillan, Mazzoleni et Willan accusaient 20 ans de retard tandis que Léo Roy parvenait à persuader le directeur d'inclure quelques musiciens relativement peu importants de la ville de Québec (des corrections furent apportées au supplément de 1961). D'autres dictionnaires furent également lents à mettre à jour leur information canadienne, principalement parce qu'ils ne savaient à qui s'adresser. Quelques-uns cependant, notamment Nicolas Slonimsky dans ses révisions du Baker's et du Thompson's, parvinrent par des efforts répétés à corriger les erreurs et à présenter des faits nouveaux. Les Canadiens, de leur côté, commencèrent à apporter leur concours aux ouvrages de l'étranger. Le Conseil canadien de la musique, sous la signature de sir Ernest MacMillan, prépara un article majeur sur le Canada pour une publication italienne, La Musica (Turin 1966), dirigée par Guido Gatti. Helmut Kallmann vit à ce que le Canada soit représenté dans le MGG et dans l'édition de 1969 du Harvard Dictionary of Music. Il apporta des corrections et suggestions à l'ouvrage de Riemann, au Baker's et au Concise Oxford Dictionary of Music de Scholes. Andrée Desautels signa un essai, « Les Trois âges de la musique au Canada », dans La Musique de Larousse (vol. II, Paris 1965). John Beckwith fut le conseiller canadien pour le New Grove Dictionary (Londres 1980) avec Kallmann et Keith MacMillan comme consultants. The New Grove Dictionary of American Music (4 vol., New York 1986), issu de The New Grove, ne traite que des É.-U., mais on y trouve beaucoup de Canadiens ayant travaillé dans ce pays. Une trentaine de Canadiens sont inscrits dans The New Grove Dictionary of Jazz (New York 1988). MacMillan assura un contenu canadien à l'édition de 1975 de Cyclopedia de Thompson et nombre d'autres ouvrages de référence. Jan Matejcek fut le conseiller canadien pour un nouveau supplément au Tonkünstler-Lexikon d'Altmann (2 vol., Wilhelmshaven 1974, 1978). Gilles Pilote rédigea un article sur le Canada dans Science de la musique (Paris 1976), ouvrage dirigé par Marc Honegger. Kenneth Winters écrivit l'article sur le Canada dans l'ouvrage suédois Sohlmans Musiklexikon (1977). Un article signé M. Yakovlev traite de la musique canadienne dans l' Encyclopédie musicale parue en Union soviétique sous la direction de Yuri Keldich (Moscou 1974); le personnel du Conseil CM y avait apporté les corrections nécessaires. Ces exemples, et d'autres encore, démontrent des progrès récents réalisés quant à la représentation canadienne. Il en est de même dans des ouvrages spécialisés tels que Band Encyclopedia (Evansville, Ind., 1960) de Berger, les trois encyclopédies de jazz de Feather (New York 1960, 1966, 1976), Concise Oxford Dictionary of Opera de Rosenthal et Warrack (Londres, Toronto 1964; éd. rév. Londres 1979; 1re éd. traduite en français par Aziz Izzet sous le titre Dictionnaire de l'opéra, Paris 1974), A Concise Biographical Dictionary of Singers de Kutsch et Riemens (éd. en anglais, Philadelphie 1969; nouvelle éd. en allemand, Großes Sängerlexikon, Berne, Stuttgart 1987) et Dictionary of Contemporary Music de Vinton (New York 1974). The Penguin Encyclopedia of Popular Music (Londres 1989) de Donald Clarke et The Encyclopedia of Pop, Rock and Soul (New York 1974, 1977, 1989) d'Irwin Stambler contiennent aussi de l'information sur les musiciens canadiens populaires.

Un outil précieux pour repérer 2000 noms canadiens dans quelque 120 ouvrages de référence canadiens et étrangers est la Bio-Bibliographical Finding List of Canadian Musicians (Ottawa 1961) compilée par l'ACBM. Il est intéressant de comparer le nombre d'entrées des musiciens le plus souvent nommés dans cet ouvrage et dans celui qui l'a remplacé, Musiciens au Canada : index bio-bibliographique / Musicians in Canada : A Bio-Bibliographical Finding List (Ottawa 1981) : Albani (entrées dans 42-59 dictionnaires), sir Ernest MacMillan (31-50), Gena Branscombe (29-36), A.S. Vogt (27-35), Healey Willan (26-41), Calixa Lavallée (25-37), Boris Hambourg (25-33) Nathaniel Dett (23-28), Wilfrid Pelletier (22-36), Kathleen Parlow (22-35), F.H. Torrington (22-32), H.A. Fricker (22-29), C.A.E. Harriss (22-26), Edward Johnson (20-33), Pauline Donalda (17-30), John Weinzweig (11-30).

Voir aussi Bibliographie, Biographie, Discographie.


Lecture supplémentaire

  • Kallmann, Helmut. 'The New Grove's: disappointment to Canada,' SatN, 12 Mar 1955

    Beckwith, John. 'About Canadian music: the P.R. failure,' Mcan, 21, Jul-Aug 1969

    MacMillan, Rick. 'New Grove Dictionary gives Canadian music its due,' MSc, 318, Mar-Apr 1981

    Beckwith, John. 'A "failure" re-visited: new Canadian music in recent studies and reference works,' Hello Out There! CanMus Documents 2 (Toronto 1988)