Cartier, Victoria

Victoria (Prudença Victorine) Cartier. Pianiste, organiste, professeure (Sorel, Québec, 4 avril 1867 - Montréal, 1er janvier 1955). Elle fit des études classiques chez les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame à Sorel et fut l'élève, au piano et à l'orgue, de Romain-Octave Pelletier.

Cartier, Victoria

Victoria (Prudença Victorine) Cartier. Pianiste, organiste, professeure (Sorel, Québec, 4 avril 1867 - Montréal, 1er janvier 1955). Elle fit des études classiques chez les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame à Sorel et fut l'élève, au piano et à l'orgue, de Romain-Octave Pelletier. Elle donna son premier concert dans sa ville natale, où elle enseignait le piano et occupait le poste d'organiste à l'église Saint-Pierre. En 1896, elle alla à Paris étudier l'orgue avec Eugène Gigout, le piano avec Élie Delaborde, la théorie avec Louis-Albert Bourgault-Ducoudray et la pédagogie avec Hortense Parent. Elle y rencontra Théodore Dubois, Raoul Pugno et Camille Saint-Saëns. De retour à Montréal en 1898, elle fonda l'École de piano Paris-Montréal, centre de vulgarisation des méthodes d'enseignement de ses maîtres français qui dura au moins 25 ans. Plusieurs autres voyages lui permirent d'approfondir ses connaissances du fonctionnement des institutions européennes. À Montréal, elle fut successivement organiste aux églises Saint-Louis-de-France, Saint-Viateur (Outremont) dont elle inaugura les orgues Casavant en 1913, et l'Immaculée-Conception.

Le 27 octobre 1898, au Karn Hall, elle interprétait en première canadienne la Rhapsodie sur des airs canadiens pour orgue (Durand v. 1898) que lui avait dédiée Gigout. Son apport à l'enseignement musical fut à l'époque remarquablement stimulant tout comme sa participation à de nombreux concerts présentés par son école, en public et, plus tard, à la radio. Elle enseigna dans plusieurs institutions, dont Villa-Maria et l'Institut pédagogique de la Congrégation de Notre-Dame. Parmi ses élèves, citons Alfred Lamoureux, Jean Leduc, Éva Plouffe et Esther Wayland. Elle fut nommée à Paris officier d'Académie (1901) et de l'Instruction publique (1912). Elle était une nièce de sir George-Étienne Cartier.


Lecture supplémentaire

  • Gleason-Huguenin, Madeleine. Portraits de femmes (Montreal 1938)