Carbone 14

Carbone 14, une compagnie de théâtre basée à Montréal jusqu'à sa dissolution discrète en 2005, produit un théâtre de style physique, formaliste, imagé et avant-gardiste. Depuis ses débuts, il enflamme le public et influence l'art de représentation au Québec.

Carbone 14

Carbone 14, une compagnie de théâtre basée à Montréal jusqu'à sa dissolution discrète en 2005, produit un théâtre de style physique, formaliste, imagé et avant-gardiste. Depuis ses débuts, il enflamme le public et influence l'art de représentation au Québec.

Fondé par Gilles Maheu sur les cendres des Enfants du paradis, le groupe de théâtre de rue centré sur le mime qu'il a formé en 1975, Carbone 14 reflète l'imagination fébrile et éclectique de son directeur et son intérêt pour une forme d'expression où l'action prévaut sur le texte et l'improvisation sur l'interprétation. Le théâtre de Maheu est un théâtre d'émotion et de présence physique, dans lequel le mouvement, l'environnement et les circonstances jouent un plus grand rôle que le texte.

Débutant en 1981 avec Pain blanc, Carbone 14 produit 22 œuvres très différentes pendant ses 24 années d'activité, cependant toutes s'interrogent sur la société contemporaine. Pain blanc parodie la société de consommation, Marat-Sade (1984) médite sur la révolution, Le Rail (1984) dénonce la brutalité, Le Titanic (1985) est une allégorie des destinées collectives tragiques, Hamlet-Machine (1987) considère l'effondrement de l'idéologie, Le Dortoir (1988) explore l'enfance et la mémoire et Le Café des aveugles (1992) décrit la vie pendant le nouveau millénaire. Les dernières œuvres de Maheu comprennent une trilogie de poèmes visuels oniriques créés par séquences de 1994 à 1997 : La Forêt, Les Âmes mortes et L'Hiver/Winterland. Ces poèmes visuels ont pour thèmes le fossé des générations, l'abus des drogues et le voyage au pays du Nord glacé de l'esprit et de la passion et sont des métaphores d'une quête incessante de la destinée humaine, où les visions d'une beauté exquise côtoient les ténèbres de la réalité crue et de la désillusion.

Maheu est reconnu pour avoir défini le style dramatique de la construction d'images qui distingue le théâtre québécois du théâtre qui se fait ailleurs au Canada. Formé à la fois par le mime Étienne Decroux, à Paris, par le metteur en scène Eugenio Barba, au Danemark, ainsi que par le professeur de chant John Devers, à New York, Maheu est un visionnaire qui, à partir de l'intégration de l'esthétique européenne, a redéfini le théâtre québécois.

Carbone 14 repose sur un noyau d'artistes fidèles mais engage des artistes de diverses disciplines, afin de combler les besoins de chaque pièce, comme la plupart des compagnies de danse de Montréal. On fait fréquemment appel à des danseurs expérimentés pour des pièces comme Le Dortoir, qui exigent une présence physique exceptionnelle, acrobatique. D'autres œuvres, comme Peau chair et os (1991) utilisent des artistes dont la voix est travaillée. Carbone 14 se spécialise dans les décors de rêve somptueusement mis en scène, dans lesquels les gens traversent un temps non linéaire. N'étant pas chorégraphe, Maheu utilise instinctivement le corps pour sa propre intensité dramatique, et non comme le moyen de parvenir à ses fins comme dans une chorégraphie. C'est ce qui a attiré vers Carbone 14 certains des danseurs les plus remarquables de Montréal, comme le danseur de ballet Louis ROBITAILLE. Robitaille apparaît dans l'Hiver/Winterland.

Parce que la compagnie n'avait pas de système de répertoire établi, elle était libre de prolonger et de réduire les séries de ses représentations. À Montréal, il n'est pas rare qu'un spectacle inaugural soit prolongé pendant des semaines. Comme les compagnies de danse locales, mais contrairement à la plupart des compagnies de théâtre, Carbone 14 a l'habitude de faire des tournées internationales. Le Dortoir, son spectacle le plus populaire, a effectué des tournées en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, en Europe et en Australie pendant quatre ans, de 1989 à 1991, après des tournées avec Le Rail et Hamlet-Machine en Australie, en Hollande, en Amérique du Sud et à Chicago en 1988. Cependant, au cours de ses dernières années, Carbone 14 fait des tournées au Québec avec d'occasionnels arrêts à Toronto et Ottawa.

Maheu, sa compagnie et ses collaborateurs ont reçu beaucoup de prix, dont un prix de l'Association québécoise des critiques de théâtre pour la saison 1989-1990, pour « sa démarche expérimentale qui influence le théâtre des années 1980 », le prix spécial du CENTRE NATIONAL DES ARTS présenté aux PRIX DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL POUR LES ARTS DE LA SCÈNE à Ottawa en 1992 et, la même année, un hommage de CINARS (Conférence internationale des arts de la scène/ International Performing Arts Conference) pour son « succès international remarquable ». En 1995, le Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal décerne à la compagnie son grand prix pour 20 ans de production théâtrale, pour ses contributions extraordinaires à la vie théâtrale de Montréal et pour sa renommée internationale. L'adaptation pour la télévision de Le Dortoir, à elle seule, a gagné plusieurs prix, y compris un Emmy pour le Best Performing Arts Program, à New York. Le Dortoir a aussi reçu les plus grands honneurs pour sa musique et ses images en 1992, lors du Festival international des programmes audiovisuels à Cannes, en France.