Bates, Mona

Mona (Hazelwood) Bates. Pianiste, professeure (Burlington, Ont., 31 octobre 1889 - Toronto, 29 mars 1971). A.T.C.M. 1908. Elle étudia à Hamilton (où elle donna son premier récital à l'âge de sept ans) avec J.E.P. Aldous, et à Toronto avec Edward Fisher, A.S. Vogt et après 1913, Viggo Kihl.

Bates, Mona

Mona (Hazelwood) Bates. Pianiste, professeure (Burlington, Ont., 31 octobre 1889 - Toronto, 29 mars 1971). A.T.C.M. 1908. Elle étudia à Hamilton (où elle donna son premier récital à l'âge de sept ans) avec J.E.P. Aldous, et à Toronto avec Edward Fisher, A.S. Vogt et après 1913, Viggo Kihl. Elle devint professeure au TCM (RCMT) en 1912. Tout en étudiant avec Kihl, elle se produisit au Massey Hall le 30 avril 1914 et y interpréta la Fantaisie hongroise de Liszt avec le TSO de Welsman. Le Canadian Journal of Music lui adressa des éloges pour « une exécution compétente et une technique sûre ». En 1916, elle rencontra Ernest Hutcheson à Chautauqua et y devint son élève et adjointe, tout comme à la Juilliard School (1917-20). Par la suite, elle étudia dans la métropole des É.-U. avec Sigismund Stojowski. Elle fit ses débuts new-yorkais au Lewisohn Stadium, le 21 août 1919 (Conservatory Quarterly Review, novembre 1919), dans la Fantaisie de Liszt avec accompagnement d'orchestre. Selon Who is Who in Music (1951), elle donna en 1920 un récital à l'Aeolian Hall au cours duquel elle exécuta la Sonate « Waldstein » de Beethoven. Au lendemain d'un concert dont elle était la soliste avec Damrosch et l'OS de New York, le 28 février 1921 au Massey Hall de Toronto, Lawrence Mason décrivit son jeu, dans The Globe, comme « un exemple remarquable d'une exécution soignée et sans effort ». Ses débuts à Londres, le 9 novembre 1922, encore à l'Aeolian Hall, recueillirent les éloges du Times (« fraîcheur, sincérité et musicalité authentique ») et du Daily Telegraph. Elle effectua ensuite, en Europe continentale, une tournée qui la conduisit à Prague, Vienne, Budapest et Paris. Pendant son séjour à Paris, elle étudia avec Isidor Philipp; à Budapest, avec Zoltán Kodály. Comme son nom semblait trop terne pour le public européen, elle décida d'en inverser les lettres et se produisit sous le nom exotique d'Anom Setab. Son matériel publicitaire soulignait cependant ses origines canadiennes et fourmillait de renseignements sur le blé et les ressources minières. Elle fit des enregistrements pour les rouleaux perforés Duo-Art et pour la maison Victor.

Elle interrompit sa carrière de concertiste en 1925 pour ouvrir un studio, rue Jarvis à Toronto, où elle enseigna le piano pendant environ 40 ans. Muriel Albert, Elsie Bennett, Madeline Bone, Margaret Miller Brown, Etta Coles, George Crum, Erica Goodman, Marian Grudeff, Gordon Hallett, John Knight, Warren Mould, Patricia Parr, Clifford Poole et Naomi Yanova Adaskin furent quelques-uns de ses élèves. Influencée par un concert de charité que dirigea Walter Damrosch en 1931, Mona Bates mit sur pied le Ten-Piano Ensemble dans le but de recueillir des fonds pour les nécessiteux. Cet ensemble était formé de ses élèves les plus connus et placé sous sa direction. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il s'intégra à son Musical Manifesto Group qui donna de nombreux concerts et recueillit des milliers de dollars comme effort de guerre. En 1967, elle fut au nombre des six récipiendaires des Centennial Citation Awards de la FCAPM. En 1976, plusieurs de ses anciens élèves créèrent au RCMT une bourse qui porte son nom. Les premiers lauréats en ont été Erica Goodman et Lawrence Pitchko en 1978.


Lecture supplémentaire

  • 'Mona Bates gets bouquets,' MCan, vol 16, Aug 1920

    'Famous Canadian pianist's success in Austria and Hungary,' MCan, vol 6, Jul 1925

    Hamilton, H.C. 'Canadian musician of the month,' MCan, vol 12, Jul-Aug 1931

    Dempsey, Lotta. 'Money will help the music sound sweeter,' Toronto Star, 8 Nov 1978