​Les infirmières militaires

Les femmes ont soigné des soldats blessés tout au long de l’histoire de la guerre au Canada. Les infirmières militaires ont exercé des fonctions officielles au sein de l’armée durant la Rébellion du Nord-Ouest, la guerre d’Afrique du Sud, la Première Guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale et la guerre de Corée. Des dizaines d’entre elles sont décédées des suites d’actions ennemies ou de maladies durant leur service.

Les femmes ont soigné des soldats blessés tout au long de l’histoire de la guerre au Canada. Les infirmières militaires ont exercé des fonctions officielles au sein de l’armée durant la Rébellion du Nord-Ouest, la guerre d’Afrique du Sud, la Première Guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale et la guerre de Corée. Des dizaines d’entre elles sont décédées des suites d’actions ennemies ou de maladies durant leur service.


Prises de vues le jour de Noël 1917 à l’Hôpital de la Croix-Rouge de la duchesse de Connaught, Taplow.
Canada, Ministère de la Défense natio-nale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-005065 (modification de l’image originale). Avec la permission de La Fondation Vimy.
Dans l’ordre habituel : les infirmières Mowat, McNichol et Guilbride.
Canada, Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-007350 (modification de l’image originale). Avec la permission de La Fondation Vimy.
	Infirmières militaires à un hôpital canadien votant aux élections fédérales.
Canada, Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-002279 (modification de l’image originale). Avec la permission de La Fondation Vimy.
Infirmières militaires (1940)
À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, 4480 infirmières militaires avaient fait du service (avec la permission de l'U. York/Toronto Telegram Coll.).
Infirmières militaires
Le 10 septembre 1944, à Montreuil, en France, le lieutenant B. Rankin fait une transfusion sanguine à un soldat blessé (avec la permission du ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-128234).

La Rébellion du Nord-Ouest   

Jusqu’à la Rébellion du Nord-Ouest de 1885, les femmes qui prennent soin des soldats blessés à la guerre ne reçoivent aucune reconnaissance militaire officielle. La situation change lorsqu’une rébellion armée se déclenche dans l’ouest du Canada en 1885. Le chirurgien général de la milice canadienne demande à Hannah Grier Coome, mère supérieure fondatrice de la communauté Sisterhood of St John the Divine à Toronto, et à Kate Miller, infirmière en chef du Winnipeg General Hospital, d’assurer les soins des blessés en Saskatchewan.

Guerre d’Afrique du Sud (guerre des Boers)

Durant la guerre d’Afrique du Sud (1899-1902), des femmes qui se portent volontaires pour le service infirmier militaire sont envoyées à l’étranger sous la direction de Georgina Pope pour servir au sein du British Medical Staff Corps en tant qu’infirmières militaires. Bien qu’en anglais, on les appelle « nursing sisters » (sœurs infirmières), elles ne soient pas toutes membres d’ordres religieux. Au total, 12 femmes partent en Afrique du Sud durant trois périodes. Le troisième groupe, envoyé en 1902, se voir accorder le grade relatif de lieutenant au sein des forces militaires britanniques en Afrique du Sud.

Première Guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), 2 845 infirmières militaires qui ont un grade d’officier du Corps médical de l’armée canadienne (CMAC) servent au Canada, en Angleterre, en France, en Belgique, en Russie et dans la Méditerranée. Surnommées « les Bluebirds » (merles bleus) par des soldats reconnaissants d’avoir la chance d’apercevoir ces robes bleues et voiles blancs, elles reçoivent de nombreuses distinctions et acquièrent une haute réputation pour leur courage et leur compassion. Au moins 58 d’entre elles meurent durant la guerre, elles sont soit victimes d’une attaque ennemie ou soit d’une maladie contractée en soignant leurs patients. (Voir aussiInfirmières militaires du Service de santé de l’Armée canadienne.)

Deuxième Guerre mondiale

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), des milliers d’infirmières se précipitent pour s’enrôler. À la fin de la guerre, on estime que 4 480 infirmières militaires ont servi durant le conflit : 3 656 dans le service renommé Corps de santé royal canadien, 481 dans la branche des services de santé de l’Aviation royale canadienne, et 343 dans les services de santé de la Marine royale canadienne. En service à l’étranger et au Canada, elles exercent dans plus d’une centaine d’unités médicales majeures et prodiguent des soins à des centaines de milliers de blessés canadiens, et de soldats étrangers.

Les infirmières militaires reçoivent, durant les deux guerres mondiales, des formations sur le droit militaire, la lecture des cartes et la sécurité, l’utilisation des gaz au combat, l’évacuation des victimes et la participation à des manœuvres militaires à grande échelle. Elles travaillent dans des conditions qui varient des tentes en toile avec des planchers de bois à des hôpitaux civils établis ou des édifices transformés pour un usage hospitalier. Un groupe d’infirmières militaires se trouvent sur un navire qui est torpillé alors qu’il est en transit vers l’Italie ; deux infirmières (May Waters et Kay Christie) restent prisonnières de guerre à Hong Kong durant 21 mois, et d’autres sont victimes d’accidents ou de maladies. Au moins 12 infirmières militaires canadiennes meurent durant la Deuxième Guerre mondiale. L’une d’entre elles, Agnes Wilkie, meurt à la suite d’une action ennemie, alors que d’autres meurent d’accidents ou de maladies.

Le saviez-vous ?

L’infirmière militaire Agnes Wilkie était passagère du traversier SS Caribou lorsqu’il a été coulé par une torpille allemande dans le détroit de Cabot, au large de Terre-Neuve. Malgré les efforts de sa compagne, l’infirmière militaire Margaret Brooke, elle a perdu la vie dans les eaux froides de l’océan Atlantique. Pour son héroïsme, Margaret Brooke a été nommée membre de l’Ordre de l’Empire britannique. Elle a été la première infirmière militaire à être ainsi reconnue.

Guerre de Corée

Soixante infirmières servent également pendant la guerre de Corée (1950-1953) dans le cadre des forces des Nations Unies qui participent à ce conflit. Comme lors des conflits précédents, elles traitent des blessures reliées au combat et des maladies infectieuses.


Réserver la visite d’un orateur