Caisse de dépôt et placement du Québec

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a été établie par une loi de l’Assemblée nationale le 15 juillet 1965. Elle a été créée pour gérer le fonds du Régime des rentes du Québec (RRQ), un régime d’assurance public similaire au Régime de pensions du Canada (RPC). La CDPQ est un groupe mondial d’investissement avec dix bureaux à l’international. Au 30 juin 2021, ses actifs s’élevaient à 390 milliards de dollars.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a été établie par une loi de l’Assemblée nationale le 15 juillet 1965. Elle a été créée pour gérer le fonds du Régime des rentes du Québec (RRQ), un régime d’assurance public similaire au Régime de pensions du Canada (RPC). La CDPQ est un groupe mondial d’investissement avec dix bureaux à l’international. Au 30 juin 2021, ses actifs s’élevaient à 390 milliards de dollars.


Mandat

  • Le 15 juillet 1965, une loi adoptée par l’Assemblée nationale crée la CDPQ. Celle-ci a le mandat de gérer le fonds du RRQ, le régime québécois d’assurance public. Le nombre de déposants de la CDPQ, qui augmente régulièrement depuis la création de celle-ci, est maintenant de 42 groupes. Il s’agit principalement de caisses de retraite et de régimes d’assurance des secteurs public et parapublic.

La CDPQ a pour mandat légal de faire fructifier les actifs de ses déposants. Elle s’est historiquement efforcée de le faire en favorisant le développement économique du Québec. Elle parvient généralement à remplir ce double objectif avec succès, car ses rendements se comparent avantageusement à ceux du RPC et souvent d’autres portefeuilles institutionnels du pays ainsi qu’aux indices habituels de référence.

Portefeuille

Les premiers placements de la CDPQ sont surtout des obligations du Québec et d’Hydro-Québec, dont une partie a joué un rôle clé dans le développement hydroélectrique des chutes Churchill au Labrador. Depuis 1997, la loi constitutive de la CDPQ lui permet d’investir dans des actions la majorité de ses actifs sous gestion.

La CDPQ s’est dotée de plusieurs filiales spécialisées en placements dans les sociétés ouvertes ou fermées afin de maximiser son rendement. Ces sociétés sont des secteurs des communications, des nouvelles technologies, des petites entreprises comme des grandes sociétés, et de l’immobilier. Vu sa taille, la CDPQ doit de plus en plus se tourner vers l’étranger. Elle a ainsi ouvert dix bureaux à l’international afin de trouver les meilleures occasions de placement. Au 30 juin 2021, les actifs nets de la CDPQ sont de 390 milliards de dollars.