Naviguer "Lieux historiques"

Afficher 101-120 de 212 résultats
Article

Lieu historique national du Canada de la Mission-de-Hebron

Pendant des générations, Hebron, l’un des sites historiques les plus importants du point de vue culturel du Nunatsiavut (voir Inuits du Labrador et Terre‑Neuve‑et‑Labrador), constitue un lieu de rassemblement majeur pour les Inuits, ainsi qu’une de leurs principales zones de pêche et de chasse. Au début des années 1800, les missionnaires moraves ont choisi ce site pour établir leur quatrième mission, la plus septentrionale, au Labrador. Elle a été officiellement ouverte en 1830. Les missionnaires créeront ultérieurement des missions plus au nord, à Ramah, en 1871, et à Killinek en 1905. Pendant près de 130 ans, Hebron est une collectivité florissante où vivent en moyenne 200 à 250 Inuits. En 1959, sans consultation avec les Inuits, la collectivité est fermée, obligeant la population locale à aller s’installer ailleurs. Déclarée site historique, en 1976, par le gouvernement fédéral, la mission de Hebron fait actuellement l’objet de travaux de restauration majeurs, lancés en 2004.

Article

Lieux historiques du Canada

Les lieux historiques sont des endroits qui sont reconnus pour leur importance dans l’histoire canadienne. Les lieux historiques provinciaux et territoriaux sont désignés par les gouvernements provinciaux et territoriaux, alors que les lieux historiques nationaux sont désignés par le gouvernement fédéral. Au niveau fédéral, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada désigne également des personnages et des événements d’importance nationale, en plus des sites. Ces personnages et ces événements sont souvent commémorés par une plaque dans un endroit physique. Les municipalités ont également souvent le pouvoir de désigner des lieux d’importance locale, tout comme les organismes autochtones, en vertu d’ententes sur l’autonomie gouvernementale. Finalement, les lieux historiques peuvent être désignés à plus d’un niveau (par exemple, provincial et national) (voir aussi Lieux historiques nationaux au Canada ; Sites du patrimoine mondial des Nations Unies).

Article

Louisbourg

Au 18e siècle, la ville fortifiée de Louisbourg constitue l’importante capitale stratégique de la colonie française de l’Île Royale (île du Cap-Breton). Elle est le théâtre de deux grands sièges militaires, dans le cadre des guerres franco-anglaises mettant en jeu la domination de l’Amérique du Nord. La chute de Louisbourg aux mains des Britanniques en 1758 ouvre la voie à la conquête de Québec et à la fin du règne français en Amérique du Nord. De nos jours lieu historique national, Louisbourg est une destination touristique populaire du Cap-Breton.

Article

Lower Fort Garry

Le Lower Fort Garry est construit sur la rivière Rouge, à 30 km en aval de fort Garry (Winnipeg), entre 1830 et 1840, pour servir de centre administratif de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH), dans la Terre de Rupert.

Article

Maison des Canadiens

« Plus de 100 hommes du Queen’s Own Rifles sont tombés au combat ou ont été blessés, pas très loin de cette maison, dans les premières minutes après leur débarquement sur la plage. »

Article

Maison Saint-Gabriel

La Maison Saint-Gabriel est un musée et site historique qui a ouvert ses portes en 1966. Situé à la Pointe-Saint-Charles à Montréal, ce bâtiment tricentenaire est l’un des plus beaux exemples de l’architecture traditionnelle de la Nouvelle-France.

Article

McCulloch House

La McCulloch House, à PICTOU (Nouvelle-Écosse), a été construite vers 1806 pour Thomas MCCULLOCH, l'un des plus éminents pédagogues des Maritimes, aussi théologien, écrivain et érudit de renom. McCulloch arrive à Pictou en 1803, en route vers l'Île-du-Prince-Édouard.

Article

Missions moraves au Labrador

En 1771, des missionnaires moraves ont été les premiers Européens à s’installer au Labrador. Au fil d’une présence de 133 ans, ils y ont établi huit missions le long de la côte, devenues le centre d’activités religieuses, sociales et économiques pour les Inuits venus graduellement s’installer à proximité de ces communautés. Tout au long de cette période, les Moraves ont eu une incidence énorme sur la vie et la culture des Inuits du Labrador. De ces échanges est née une culture unique, enracinée dans les traditions inuites et teintée de pratiques européennes adaptées au monde autochtone. Le dernier missionnaire morave quitte le Labrador en 2005, mais l’Église morave, ses coutumes et ses traditions sont toujours bien vivantes au Labrador.