Naviguer "Traite de fourrures"

Afficher 21-40 de 46 résultats
Article

Isobel Gunn

Isobel Gunn (parfois orthographié Isabel, alias Isabella Gunn, John Fubbister et Mary Fubbister), manœuvre (née le 10 août 1780 à Tankerness, en Écosse; décédée le 7 novembre 1861 à Stromness, en Écosse). Au 19e siècle, Isobel Gunn se déguise en homme pour pouvoir travailler pour la Compagnie de la Baie d’Hudson. Elle se rend à la Terre de Rupert (territoire aujourd’hui incorporé au Canada) pour travailler dans le commerce des fourrures. C’est selon toute vraisemblance la première femme européenne dans l’ouest du Canada.

Article

James McGill

McGill témoigne une forte affection pour sa ville d'adoption : il s'engage activement dans la vie publique et assume plusieurs fonctions importantes dans les affaires municipales et provinciales.

Article

Jean-Baptiste Gaultier de La Vérendrye

Jean-Baptiste Gaultier de La Vérendrye, commerçant de fourrures et explorateur, fils de Pierre Gaultier de Varennes et de la Vérendrye (né le 3 septembre 1713 sur l’île Dupas, au Québec; décédé le 6 juin 1736 au lac des Bois). En 1731, Jean-Baptiste est membre du premier groupe qui part vers l’Ouest sous le commandement de son père. En automne 1731, il termine la construction du fort Saint-Pierre, au lac à la Pluie. Son rôle dans la construction du Fort Maurepas en 1734 l’établit comme l’un des fondateurs de l’actuel Manitoba (voir aussiFrancophones du Manitoba.)

Article

Joseph Lewis

Joseph Lewis, aussi appelé Levi Johnston, Lewes et Louis, négociant de fourrures (né vers 1772–1773 à Manchester, dans le New Hampshire; mort en 1820 dans le district de Saskatchewan). Joseph Lewis était un négociant de fourrures noir, originaire des États-Unis, qui a participé aux débuts de l’expansion de l’industrie de la fourrure à la fin du 18e et au début du 19e siècles. Il est une des rares personnes noires engagées dans la traite des fourrures dont le nom est attesté dans les sources. Joseph Lewis est aussi le premier Noir à avoir vécu dans le territoire actuel de la Saskatchewan et, vraisemblablement, en Alberta.

Article

Louis Jolliet

Louis Jolliet était explorateur, cartographe, hydrographe du roi, commerçant de fourrures, seigneur, organiste et enseignant (baptisé le 21 septembre 1645 à Québec, décédé entre le 4 mai et le 18 octobre 1700, vraisemblablement près de l’île d’Anticosti).

Article

Louis-Joseph Gaultier de La Vérendrye

Louis-Joseph Gaultier de La Vérendrye, explorateur, cartographe, commerçant de fourrures et officier militaire (né le 9 novembre 1717 à l’Île aux Vaches, au Québec [Nouvelle-France]; décédé en mer au large de la côte du Cap-Breton le 15 novembre 1761). Connu sous son titre de Chevalier, le plus jeune des fils de Pierre Gaultier de Varennes et de la Vérendrye a dirigé la première exploration européenne au-delà de la rivière Missouri, dans les grandes plaines. Il sert la Nouvelle-France lors de la guerre de la Succession d’Autriche et de la guerre de Sept Ans.

Article

McIntosh, William

William McIntosh, marchand de fourrures (Grand Rapids, États-Unis, 1784 -- 16 févr. 1842). Après avoir travaillé au Petit lac des Esclaves (1803), dans la région de la rivière de la Paix (1805) et à Fort Vermilion (1815), il travaille comme hivernant pour la COMPAGNIE DU NORD-OUEST (CNO) en 1816.

Article

Ounanguissé

Ounanguissé (« lumière chatoyante du soleil », aussi orthographié Onangizes, Onanguisset ou Onanguicé) était wkama (chef) des Potéouatamis vers 1660-1701. Il est une importante figure des alliances entre les Français et les peuples autochtones de la région des Grands Lacs durant la fin du 17e et le début du 18siècle. Il est surtout connu pour le discours qu’il a tenu au sujet de cette alliance, au cours d’une réunion avec le gouverneur général de Nouvelle-France, Louis de Buade de Frontenac, en 1697. Il a aussi apporté une importante contribution à la négociation de la Grande Paix de Montréal en 1701.

Article

Peter Bostonais Pangman

Peter (ou Pierre) Bostonais Pangman, chef métis, chasseur de bison (né le 20 octobre 1791 dans la région de la vallée de la rivière Saskatchewan Nord, aujourd’hui en Alberta; décédé le 4 mars 1850 à St. François Xavier, aujourd’hui au Manitoba). Peter Bostonais Pangman est un habile chasseur qui aide à approvisionner en viande de bison la colonie de la rivière Rouge. Il joue un rôle actif dans les guerres du pemmican et les événements entourant la bataille de la Grenouillère. Dans le cadre de la traite des fourrures à Pembina, Peter Bostonais Pangman est un personnage central qui rallie et inspire les Métis de la vallée de la rivière Rouge à se percevoir et à s’exprimer avec une identité distincte des peuples autochtones voisins. Le nom Bostonais s’écrit aussi Bastonnais et Bostonnais.

Article

Peter Fidler

Peter Fidler, commerçant de fourrures, cartographe et explorateur (Bolsover, Angl., 16 août 1769 -- Fort Dauphin, Man., 17 déc. 1822).

Article

Philip Turnor

Philip Turnor, arpenteur, commerçant de fourrures (Angl., v. 1751 -- Londres, 1799 ou 1800). C'est le premier employé de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) dont la tâche consiste précisément à arpenter et à dresser des cartes de son vaste empire.

Article

Pierre Dugua de Mons

Pierre Dugua de Mons (ou Du Gua de Monts), colonisateur, explorateur, traitant (né vers 1558 à Royan, France; mort le 22 février 1628 près de Fléac-sur-Seugne, France). Pierre Dugua de Mons a dirigé la fondation de Port Royal (aujourd’hui Annapolis Royal), en Acadie, et de Québec, au Québec, les deux premiers établissements français durables en Amérique du Nord. Dans une époque marquée par de vives tensions religieuses en Europe, peu de personnes engagées dans l’exploration et la colonisation française de l’Amérique du Nord sont aussi représentatives du contexte social, politique et religieux du début du 17e siècle. Samuel de Champlain et Mathieu Da Costa, des personnages beaucoup plus connus de cette période, étaient des employés de Dugua de Mons et travaillaient sous sa supervision. La renommée de Dugua de Mons a été éclipsée par celle de Samuel de Champlain notamment parce que celui-ci a beaucoup écrit au sujet de son œuvre, ce que de Mons n’a pas fait. En outre, dans certains de ses écrits, Samuel de Champlain s’est attribué lui-même le rôle de Dugua de Mons.