Naviguer "Langues"

Afficher 1-20 de 29 résultats
Article

Anglais canadien

L’anglais est l’une des deux langues officielles du Canada. Selon le recensement canadien de 2016, l’anglais est la langue maternelle d’environ 19,5 millions de personnes, soit 57 % de la population, et c’est la première langue officielle de 26 millions de personnes, soit 75 % de la population canadienne.

Article

Langue anglaise

Bien que l'anglais ait été en usage au Canada avant le XIXe siècle, il n'y avait ni suffisamment de locuteurs ni assez de traits distinctifs dans la langue avant cette date pour qu'on puisse la considérer autrement que comme de l'anglais britannique.

Article

Anglo-Québécois

Les Anglo-Québécois (communautés québécoises d’expression anglaise) sont une minorité linguistique comprenant des gens de diverses origines ethniques, religieuses et socio-économiques. Ces communautés présentent aussi d’importantes particularités régionales. La présence d’anglophones sur le territoire actuel du Québecremonte au Régime français, mais des communautés ne se développent véritablement qu’après laConquêtebritannique. La proportion d’anglophones augmente dans les années avant la Confédération, puis décline graduellement, particulièrement dans les régions à l’extérieur deMontréal.

Article

Langue française au Canada

Le français est l’une des deux langues officielles du Canada. Bien qu’on trouve des individus dont le français est la langue maternelle dans toutes les provinces canadiennes, ce n’est qu’au Québec que les locuteurs de langue française sont majoritaires. En 2011, 7 054 975 Canadiens ont le français comme langue maternelle, soit 21 % de la population du pays.

Article

Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme

L’une des commissions ayant eu le plus d’influence sur le cours de l’histoire canadienne, la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (1963-1969) change radicalement la politique linguistique aux échelles fédérale et provinciale. Elle est créée en réaction au malaise grandissant parmi les Canadiens français du Québec, qui demandent la protection de leur langue et de leur culture et attendent l’occasion de participer pleinement à la prise de décisions en matière politique et économique. Les conclusions de la commission mènent à des changements en matière d’éducation en français partout au pays, à la création du ministère fédéral du Multiculturalisme et à l’adoption de la Loi sur les langues officielles.

Article

Question des écoles du Nouveau-Brunswick

Sous le gouvernement du Nouveau-Brunswick de George Luther Hatheway, en mai 1871, une loi est votée en faveur des écoles communes. Cette Loi vise à assurer une éducation standardisée et gratuite, la création de nouveaux districts scolaires, la construction d’écoles et le contrôle des brevets d’enseignement. En conséquence, les écoles deviennent toutes non confessionnelles, de sorte que l’enseignement du catéchisme est interdit.

Article

Canadian Parents for French

Canadian Parents for French (CPF) est une association nationale de parents qui a pour but d’accroître les possibilités d’étudier le français langue seconde (FLS) pour les jeunes Canadiens. Fonctionnant avant tout grâce au travail bénévole de parents, elle est, depuis les années 1970, la principale organisation consacrée à l’expansion des programmes d’immersion en français et à l’amélioration des programmes d’apprentissages du FLS au Canada.

Article

Langues celtiques

Les langues celtiques appartiennent à la famille des langues indo-européennes; elles ont donc des liens de parenté avec la plupart des langues européennes ainsi qu'avec beaucoup d'autres, parlées dans des régions aussi loin à l'est de l'Europe que l'Inde.

Article

Chiac

Le chiac (ou chiak ou chiaque) est un type spécifique d’alternance discursive entre le français et l’anglais chez des bilingues profonds, locuteurs natifs du français acadien comme langue maternelle et de l’anglais canadien comme langue première ou seconde.

Article

Chinook wawa

Le chinook ou chinook wawa – wawa signifiant « parler » – était un pidgin très répandu en Colombie-Britannique et le nord-ouest de la côte Pacifique au 19e siècle et au début du 20e siècle. Son vocabulaire réduit ainsi que sa grammaire et ses sonorités simplifiées en ont fait un outil idéal pour communiquer entre les diverses communautés, en particulier pour le commerce. Cette langue est basée sur le lower chinook, le nuu-chah-nulth (nootka), le français et l’anglais avec quelques apports du salish et d’autres langues autochtones. On estime qu’approximativement 100 000 personnes pouvaient parler le chinook wawa en 1875. La langue était couramment utilisée lors des témoignages devant les tribunaux, dans les journaux et les publicités, dans le cadre des activités des missionnaires auprès des autochtones et dans les conversations de tous les jours, du centre de la Colombie-Britannique au nord de la Californie.

Article

Langue crie

La langue des Cris (aussi appelée « cri-montagnais-naskapi ») est parlée dans de nombreuses régions du Canada, des Rocheuses à l’ouest au Labrador à l’est. La langue crie s’entend également aux États-Unis, plus particulièrement dans le nord de l’État du Montana. Souvent écrit en caractères syllabiques (c’est-à-dire à l’aide de symboles représentant des combinaisons de consonnes et de voyelles, ou seulement une consonne ou une voyelle), le cri est l’une des langues autochtones les plus couramment parlées au Canada. Selon le recensement de 2016, 96 575 personnes ont déclaré parler le cri.

Article

Sourds, culture des

C'est un signe de maturité lorsqu'un peuple commence à étudier sa propre histoire, sa langue et sa culture. L'étude de la culture des sourds est une discipline récente.

Article

Office québécois de la langue française

L'Office québécois de la langue française est une institution publique québécoise chargée de l'officialisation linguistique, des recommandations terminologiques et de la francisation de la langue de travail des secteurs public et privé. Fondé en 1961, il est, depuis 1977, chargé d'assurer le respect de la Charte de la langue française et de surveiller l'évolution de la situation linguistique au Québec.

Article

Question des écoles de l’Ontario

La question des écoles de l’Ontario est le premier grand débat scolaire axé sur la langue plutôt que sur la religion. Dans cette province, l’enseignement du français ou en français demeure une question litigieuse pendant presqu’un siècle, soit de 1890 à 1980. Sur cette question, les anglophones, tant catholiques que protestants, s’opposent aux francophones catholiques.