Naviguer "Diverses communautés"

Afficher 101-120 de 150 résultats
Article

Musique italienne au Canada

Italie. Même si quelques Italiens firent partie des premières expéditions européennes au Canada (par exemple Jean Cabot, né Giovanni Caboto), l'immigration italienne ne commença véritablement qu'aux environs de 1880, pour ensuite augmenter considérablement au début du XXe siècle.

Article

Musique japonaise au Canada

Japon. Le premier immigrant japonais au Canada arriva en 1877, mais ce ne fut qu'aux environs de 1885 que ses compatriotes suivirent son exemple en plus grand nombre - sous la forme d'une colonie de pêcheurs actifs au large de la Côte ouest.

Article

Musique polonaise au Canada

Pologne. La première colonie polonaise au Canada fut fondée par des paysans kashubiens au début des années1860, dans le comté de Renfrew, au sud de Pembroke, Ont. En 1875, on organisa une paroisse polonaise et on contruisit une église au lieu qui, dans les années 1880, devint le village de Wilno.

Article

Musique tchèque au Canada

Tchécoslovaquie. Le premier musicien digne de mention émigré au Canada du pays qui allait être connu par la suite sous le nom de Tchécoslovaquie fut sans doute Wilhelm Labitzky (violoniste, Becov, 1829 - Toronto, 1871; fils de Joseph Labitzky, « roi de la valse en Bohême »).

Article

Musique turque au Canada

Turquie. L'immigration turque en Amérique du Nord est un phénomène récent, survenu surtout depuis la Deuxième Guerre mondiale. Les principaux lieux d'installation ont été les grandes villes comme Toronto, Montréal et Vancouver, ou des villes industrielles telles que Hamilton et Brampton en Ontario.

Article

Noms

Le nom personnel emporte histoire, tradition, identité, sens spirituel et espoir. L'histoire du Canada est marquée à la fois par des développements et des controverses en matière d'attribution d'un patronyme. Cet exercice est une source de controverse pour de nombreuses communautés autochtones.

Article

Nouvel An chinois au Canada

Le Nouvel An chinois, aussi nommé le Festival du printemps ou la Nouvelle Année lunaire, est célébré au Canada et dans plusieurs autres pays. Cette fête des plus animées pour la population chinoise du Canada (qui regroupe plus de 1,3 million de personnes établies principalement à Toronto, Vancouver et Montréal) est aussi célébrée par les Canadiens originaires du Viêt Nam, de la Corée et de l’Asie du Sud-Est. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un jour férié au Canada, plusieurs lieux d’affaires chinois ferment leurs portes ou réduisent leurs heures de travail pour l’occasion. Depuis le 1er juin 2016, cette célébration est reconnue comme fête officielle du Canada.

Article

Pacheenahts

Les Pacheenahts ou Pacheedahts (« gens de l'écume-de-mer-sur-les-roches ») tirent leur nom du lieu de l'ancien village « p'aachiida », au fond de la baie de Port San Juan, dans le Sud-Ouest de l'île de Vancouver.

Article

Peuples autochtones des forêts de l'Est au Canada

Les forêts de l’Est constituent l’une des six zones culturelles habitées par des peuples autochtones au Canada. La région s’étend de la côte nord-est des États-Unis d’aujourd’hui et des Maritimes, jusqu’à l’ouest de la région des Grands Lacs. Les forêts de l’Est sont habitées, entre autres, par les Haudenosaunee, les Micmacs, les Ojibwés et les Wendats (Hurons).

Article

Philippines

Philippines. Lors du recensement canadien de 1986, 107 000 personnes ont indiqué les Philippines comme lieu d'origine ethnique unique ou multiple. De ce nombre, 27 000 étaient nées au Canada et 80 000 avaient immigré : 30 000 de 1978 à 1986, 45 000 de 1967 à 1977 et le reste avant 1967.

Article

Potlatch

La cérémonie du potlatch (du mot chinook patshatl) fait partie intégrante de la gouvernance, de la culture et des traditions spirituelles de diverses Premières nations vivant sur la côte nord-ouest et dans certaines régions de l’intérieur de la région subarctique de l’Ouest. Le potlatch a principalement pour fonction de redistribuer la richesse, de conférer un statut et un rang aux individus, à des groupes apparentés et à des clans, et de revendiquer des noms et des droits sur des territoires de chasse et de pêche.