Recherche pour "Université McGill"

Afficher 1-8 de 8 résultats
Article

Harriet Brooks

Harriet Brooks Pitcher, physicienne et scientifique nucléaire (née le 2 juillet 1876 à Exeter, en Ontario; morte le 17 avril 1933 à Montréal, au Québec). Harriet Brooks a apporté d’importantes contributions au domaine de la physique nucléaire. Elle a découvert qu’un élément pouvait se transmuer en un autre dans le processus de désintégration radioactive. Harriet Brooks a été la première femme à recevoir une maîtrise de l’Université McGill (1901). Elle est considérée comme la première femme physicienne nucléaire au Canada. Ernest Rutherford l’a présentée comme «la plus importante femme physicienne dans le domaine de la radioactivité» après la physicienne et chimiste Marie Curie, récipiendaire d’un prix Nobel.

Article

Rose Johnstone

Rose Mamelak Johnstone, MSRC, biochimiste (née le 14 mai 1928 à Lodz, en Pologne; décédée le 3 juillet 2009 à Montréal, au Québec). Rose Johnstone est connue pour sa découverte des exosomes, un progrès crucial dans le domaine de la biologie cellulaire. Ces minuscules structures qui sont présentes dans toutes les cellules du corps humain sont des véhicules qui transportent les protéines, les lipides et l’ARN d’une cellule à l’autre. Pionnière de la présence des femmes en science, Rose Johnstone a été la première femme à occuper la Chaire Gilman Cheney de biochimie et la première et seule femme à présider le Département de biochimie de la Faculté de médecine de l’Université McGill.

Article

James McGill

McGill témoigne une forte affection pour sa ville d'adoption : il s'engage activement dans la vie publique et assume plusieurs fonctions importantes dans les affaires municipales et provinciales.

Article

Maude Abbott

Maude Elizabeth Seymour Abbott, pathologiste cardiaque, médecin et conservatrice (née le 18 mars 1868 à St. Andrews East, QC ; décédée le 2 septembre 1940 à Montréal). Maude Abbott est connue comme étant l’auteure de l’Atlas des maladies cardiaques congénitales (1936), un texte révolutionnaire dans le domaine de la recherche cardiaque. Bien qu’elle ait obtenu un diplôme en arts de l’Université McGill (1890), elle n’a pas eu le droit d’y étudier la médecine en raison de son sexe. Elle s’est donc inscrite au Bishop’s College (aujourd’hui l’Université Bishop’s), où elle a obtenu un diplôme de médecine en 1894. En tant que conservatrice adjointe (1898) et conservatrice principale (1901) du Musée médical de McGill, elle a révolutionné l’enseignement de la pathologie en utilisant le musée comme outil pédagogique. Le travail de Maude Abbott a ouvert la voie aux femmes en médecine et a jeté les bases de la chirurgie cardiaque moderne. (Voir aussi Les femmes en STIM.)

Article

Corridart (1976)

Corridart dans la rue Sherbrooke était une suite d’installations artistiques exposées, sur plusieurs kilomètres, le long de la rue Sherbrooke. Organisée par Melvin Charney, elle avait été commandée à l’occasion des Jeux olympiques d’été de 1976 à Montréal. Elle comprenait 16 installations majeures, environ 80 installations mineures, ainsi que plusieurs petits lieux consacrés à des spectacles et à des projets connexes. Financée par le ministère de la Culture du Québec, elle se voulait une vitrine internationale pour les artistes québécois. Toutefois, environ une semaine après son dévoilement, le maire de Montréal Jean Drapeau a ordonné sa destruction, au motif qu’elle était indécente. À la suite de cette décision, la plupart des artistes n’ont pu récupérer leurs œuvres. Le maire ne s’est jamais excusé et les actions en justice qui ont suivi se sont poursuivies sur plus d’une décennie. Compte tenu de la taille, de la portée et du budget de l’exposition, le démantèlement de Corridart pourrait constituer le cas de censure artistique le plus important de toute l’histoire du Canada.

Article

James Naismith

James Naismith, enseignant d’éducation physique, auteur, inventeur, aumônier et médecin (né le 6 novembre 1861 à Almonte, en Ontario; décédé le 28 novembre 1939 à Lawrence, au Kansas). James Naismith est principalement connu comme l’inventeur du basketball. Il a été le premier instructeur d’athlétisme à temps plein de l’université McGill, et a crée le programme de basketball de l’Université du Kansas à Lawrence, où il vit et travaille pendant 41 ans jusqu’à sa mort. Il est devenu le premier membre du Temple de la renommée du basketball en 1959. Il a été intronisé au Panthéon des sports canadiens et au Canada’s Walk of Fame à titre posthume. En 2010, les règles originales du basketball, qu’il a écrites à la main, trouvent preneur dans le cadre d’enchères pour 4,3 millions de dollars, un record pour un article sportif. 

Article

Leonard Cohen

Leonard Norman Cohen, C.C., G.O.Q, poète, romancier, auteur-compositeur-interprète (né le 21 septembre 1934 à Montréal, QC; décédé le 7 novembre 2016 à Los Angeles, en Californie). Leonard Cohen a été un des artistes canadiens les plus révérés du 20e siècle. Artiste sage, spirituel, bohème et romantique, il a produit un ensemble d’œuvres littéraires acclamé et s’est bâti une grande carrière dans l’industrie de la musique populaire. Dans sa poésie, ses romans et sa musique, il se questionne constamment sur la condition humaine et puise dans les thèmes de l’amour, du deuil, et de la mort et son engagement pour son art. Improbable vedette poétique de la pop, Leonard Cohen s’est démarqué par l’imagerie intense et la profondeur de ses paroles — qu’il livre à l’aide de sa voix bourrue au registre restreint s’étant intensifiée et assombrie avec l’âge — et des mélodies simples et chantantes. En plus d’être Compagnon de l’Ordre du Canada, il a été intronisé au Panthéon de la musique canadienne, aux panthéons canadiens et américains des auteurs-compositeurs, au Panthéon du rock and roll et à l’Allée des célébrités de la musique folk. Il a aussi reçu le prix Glenn Gould, huit prix Juno et un prix Grammy pour l’ensemble de son œuvre, entre autres nombreuses récompenses.